Benoît Peeters rend hommage à Jirō Taniguchi

Présentée par Thierry Lyonnet

S'abonner à l'émission

L'entretien de la semaine

samedi 18 février à 22h45

Durée émission : 7 min

Benoît Peeters rend hommage à Jirō Taniguchi

© Wikimédia Commons / Jirō Taniguchi au festival de bande dessinée de Lucques 2011

"Il y a eu une histoire d'amour entre la France et Jirō Taniguchi." Au micro de Thierry Lyonnet, Benoît Peeters rend hommage à l'artiste, une semaine après sa disparition.

"Jusqu'au dernier moment il a eu des projets, il est resté l'homme qui dessine que j'avais rencontré et aimé jusqu'au bout. C'était toute sa vie finalement." Ainsi Benoît Peeters rend-il hommage à l'artiste Jirō Taniguchi. Il n'avait que 69 ans quand, samedi 11 février 2017, la mort l'a emporé. Elle a surpris tous ceux qui - et ils sont nombreux - admiraient son talent. Le mangaka japonais luttait depuis deux ans contre un cancer. En 2012, Benoît Peeters avait publié un livre d'entretien avec lui "L'Homme qui dessine - Entretiens avec Jirô Taniguchi" (éd. Casterman). Aujourd'hui, il lui rend hommage.
 

"Il y avait deux dessinateurs qu'il admirait par-dessus tout: l'un s'appelait Jean Giraud et l'autre Mœbius.
Le jour où il a découvert que ses deux idoles étaient une seule et même personne, ça a été un choc extraordinaire!"

 

L'influence occidentale

On recense à peu près 15.000 planches de dessin, mais le nombre est en réalité difficile à évaluer tant son œuvre est considérable. Comme beaucoup d'auteurs japonais, Jirō Taniguchi, né en 1947, a débuté comme assistant. L'un des grands maîtres auprès desquels il a appris est Kazuo Kamimura (1940-1986) - le festival de la BD d'Angoulême lui a d'ailleurs consacré une exposition en 2017. Mais peu à peu le jeune Taniguchi s'est distingué par son propre style. C'est surtout une fois la quarantaine venue qu'il a trouvé son style, très influencé par la BD occidentale. Une approche "surtout graphique", pour celui qui ne parlait pas le français et très peu l'anglais.
 

"C'est vrai qu'il y a eu une histoire d'amour entre la France et Taniguchi."

 

Le Japon que la France aime

Il a donné aux Français une image du Japon que l'on aime. Plus encore qu'au Japon, où il reste un mangaka parmi d'autres, Jirô Taniguchi bénéficie en France d'une incroyable aura. "C'est vrai qu'il y a eu une histoire d'amour entre la France et Taniguchi, probablement parce qu'il a correspondu à une idée du Japon que nous aimons." Notamment, grâce à "Quartier lointain" (éd. Casterman, 2002), il a aussi donné une nouvelle image du manga, avec des personnages plus subtils.

Invités

  • Benoit Peteers , biographe français

Les dernières émissions

L'émission

Tous les samedis à 20h45 Tous les dimanches à 20h45

Chaque semaine, Thierry Lyonnet donne la parole à un acteur de l'actualité culturelle. Ecrivains, metteurs en scènes, peintres, etc, parlent de leur travail et de leurs oeuvres. 

Le présentateur

Thierry Lyonnet

Rédacteur en chef du Service « Foi et Culture », Thierry met son insatiable curiosité au service de RCF depuis 1990. Spiritualité, art, voyages, solidarité et surtout rencontres, qu’il aime partager avec les auditeurs. Depuis l’enfance, il est fasciné par la richesse de la différence…et cette fascination ne cesse de croître!