Charles Péguy, l'auteur à suivre au XXIè siècle

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Temps de le dire

vendredi 29 avril 2016 à 9h03

Durée émission : 55 min

Charles Péguy, l'auteur à suivre au XXIè siècle

© édition Robert Laffont

Mort sur le front en 1914, Charles Péguy serait tendance en 2016! Enfin dépoussiérée son image, il est urgent de découvrir son originalité. On en parle avec Stéphanie Gallet.

Il se passe quelque chose autour de Charles Péguy. Il y a peu, l'écrivain était considéré comme le héros réactionnaire par excellence, malgré sa défense inconditionnelle d'Alfred Dreyfus. Un patriotisme poussiéreux entourait cet écrivain inconstant, passé du socialisme révolutionnaire au catholicisme - même si l'Eglise catholique ne sut jamais vraiment qu'en faire. Comme tant d'autres, Alexandre de Vitry admet avoir eu une image "lointaine et déformée" de l'artiste, associée à celle d'un Maurice Barrès (1862-1923) ou d'un Charles Maurras (1868-1952). Et c'est attiré par l'aspect "si peu commercial" du "Porche du Mystère de la deuxième vertu" que Pierre-Yves Le Priol a renoué avec le poète!

En 1912 et en 1913, à deux reprises, Charles Péguy a marché de Paris à Chartres. Un itinéraire que le journaliste de La Croix a retrouvé et qu'il a, avec les membres de l'Amitié Charles-Péguy, baptisé le "Chemin Charles Péguy". Au long de ses 140 kilomètres, il faut se laisser bercer par les vers de "Présentation de la Beauce à Notre-Dame de Chartres": "Étoile de la mer voici la lourde nappe / et la profonde houle et l’océan des blés"...

Issu de condition très modeste, Charles Péguy (1873-1914) n'était pas appelé à faire des études mais il est allé jusqu'aux bancs de l'Ecole normale supérieure grâce à l'un de ses instituteurs. C'est dans les "Cahiers de la Quinzaine", revue qu'il a fondée et dirigée, que l'écrivain a publié l'essentiel de sa propre oeuvre, entre 1900 et 1914. Mais on a surtout découvert ses écrits après sa mort. Alexandre de Vitry, qui a consacré sa thèse à cette grande figure littéraire, défend non seulement l'originalité d'une pensée mais aussi le côté "expérimental" de sa manière d'écrire: "La rumeur qui le précède ne donne pas du tout d'indices de cette singularité d'abord formelle, parce que c'est d'abord un grand écrivain."

Il ne s'est jamais renié comme socialiste mais "avec une part d'utopie", comme l'explique Alexandre de Vitry. Son rêve de République éradiquant la misère ne l'a jamais quitté. Et ne l'a pas empêché d'évoluer vers le patriotisme en 1905, devant l'imminence de la guerre et l'importance de défendre l'héritage de la Révolution française. Son évolution vers le christianisme n'a jamais été vécue par Charles Péguy comme une conversion - terme qu'il a toujours réfuté. L'écrivain assez anticlérical, affichait aussi l'image paradoxale d'un catholique fervent mais farouchement indépendant qui aimait se dire mystique. "C'est au bout de son socialisme qu'il a découvert le christianisme", explique Pierre Yves Le Priol.

 

Emission enregistrée en mars 2016

Invités

  • Pierre-Yves Le Priol, secrétaire général de la rédaction de La Croix

  • Alexandre de Vitry, normalien, agrégé de lettres modernes, docteur en littérature française de l'Université Paris-Sorbonne

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 09h03

La grande émission interactive pour aborder tous les sujets de société, qui font l'actualité. Antoine Bellier reçoit ses invités pour réfléchir, approfondir, apprendre et donner du sens à tous les sujets du moment. Posez vos questions ou témoignez en direct pendant l’émission 04 72 38 20 23 ou par mail à l'adresse letempsdeledire[arobase]rcf.fr.

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.