Christian Signol, l'écrivain amoureux de la nature

Présentée par

S'abonner à l'émission

Visages

mercredi 28 août 2019 à 9h03

Durée émission : 55 min

Christian Signol, l'écrivain amoureux de la nature

© Hannah Assouline / Albin Michel

Christian Signol est l'un des écrivains préférés des Français. Éternel amoureux d'un monde rural en survie, il nous transporte du côté de la Dordogne et de la Corrèze d'où il est originaire.

Chaque matin, Christian Signol se place devant sa table et écrit, deux heures durant. "L'été de nos vingt ans" (éd. Albin Michel), son dernier roman, évoque la guerre, la violence de son irruption dans le quotidien joyeux de trois amis. Les personnages font l’épreuve de l’engagement, afin de défendre l’harmonie du paradis perdu. Une forme de transposition du vécu de l’écrivain, sans cesse en quête de son enfance lumineuse et champêtre.
 

Un enfant de la nature

Christian Signol est un enfant des champs et des bois. "Petit j’allais dans les prés, les rivières, on avait tout le temps les pieds dans les ruisseaux." Le contact avec le monde naturel lui est indispensable. Principalement élevé par des grands-parents aimants et généreux, l’épreuve de la pension pour le lycée, à Brive-la-Gaillarde, lui est extrêmement douloureuse, "une déchirure cruelle".

Ainsi, la nature, toujours vivante derrière les murs qui l’enserrent alors qu’il est élève, devient sa compagne imaginée qu’il ressuscite sur des pages. L’écriture lui permet de s’évader de ce lycée d’avant 1968, qu’il vit comme une prison, avec ses punitions, ses privations de sorties. "J’ai commencé à écrire pour me réattribuer ce monde naturel que j’avais perdu."
 

La famille, source d'inspiratioN

L’écrivain n’a de cesse de rendre hommage aux générations qui l’ont précédé, notamment ses grands-parents qu’il évoque avec tendresse. Son grand-père maternel, boulanger de profession, fut gazé pendant la guerre. La farine lui étant devenue intolérable, il loue un pré, avec quelques vaches. Une vie sobre, mais ô combien forte de valeurs dont Christian Signol fait l’éloge : "Ils m’ont transmis le goût du travail bien fait, le courage. J’ai appris à leurs côtés la bonté, le travail dans le silence. J’ai vécu avec eux les heures les plus précieuses de mon enfance."

Cette enfance perdue, l’auteur la recherche dans ses œuvres. Le petit garçon qui courait dans les champs n’a pas réellement disparu. Christian Signol est un adulte au regard constamment tourné vers ses jeunes années. "Qu’est-ce que le destin sinon la densité de l’enfance ?" a dit l'écrivain américain Jim Harrison.
 

Un écrivain nostalgique

"On n’est plus dans la civilisation de l’écrit, on est dans celle de l’image. Je crois que dans cinquante ans, il n’y aura plus de livres", déplore l'écrivain qui dit être né "avec le livre, devant le livre". Les livres et la nature sont les deux passions qui animent Christian Signol et ont construit l’homme qu’il est aujourd’hui, auteur d’une quarantaine de romans, amoureux éternel d’un monde rural en survie. Toutefois, ce qui compte réellement pour lui, ce sont ses enfants et l’héritage littéraire et mémoriel qu’il leur laissera. 

 

Émission diffusée en septembre 2018

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le mercredi à 17h03, le samedi à 23h et le dimanche à 19h

Car chaque visage est unique, le podcast Visages accueille des hommes et des femmes d'une grande diversité : philosophes, aventuriers, personnes engagées dans le développement et dans l'action humanitaire, artistes, religieux, entrepreneurs ... Tous partagent au moins un point commun : l'ouverture et le respect de l'autre dans sa différence. Thierry Lyonnet leur donne la parole pour une rencontre en profondeur.

Le présentateur

Thierry Lyonnet

Rédacteur en chef du Service « Foi et Culture », Thierry met son insatiable curiosité au service de RCF depuis 1990. Spiritualité, art, voyages, solidarité et surtout rencontres, qu’il aime partager avec les auditeurs. Depuis l’enfance, il est fasciné par la richesse de la différence…et cette fascination ne cesse de croître!