Christian Streiff, la vie d'un homme pressé

Présentée par

S'abonner à l'émission

Visages

mercredi 19 décembre 2018 à 17h03

Durée émission : 55 min

Christian Streiff, la vie d'un homme pressé

© Thierry Mamberti / Safran - Christian Streiff

Sa vie de grand patron a basculé quand Christian Streiff a eu un AVC. Au cinéma c'est Fabrice Luchini qui incarne "l'homme pressé", celui qui "redécouvre les choses merveilleuses de la vie".

Il était le puissant patron du groupe PSA Peugeot Citroën. La vie de Christian Streiff a basculé en mai 2008 quand il s'est retrouvé cloué au sol par un violent AVC. Son histoire, il l'a racontée dans "J'étais un homme pressé" (éd. Cherche Midi, 2014), qui fait l'objet d'une adaptation au cinéma. Dans "Un homme pressé" d'Hervé Mimran on voit Fabrice Luchini inventer des mots suite à son traumatisme, ce qui donne lieu à des situations cocasses. Dans la vraie vie, Christian Streiff ne se souvient pas de cette période-là. L'homme que rencontre Thierry Lyonnet a retrouvé un bon usage du langage. Et plus encore. "Aujourd'hui je suis beaucoup plus riche, j'ai retrouvé toutes les choses merveilleuses de la vie que j'avais laissées tomber et j'en ai trouvé d'autres, et j'en trouve tous les jours, c'est fantastique !"
 

Sa vie d'avant

Qui êtes-vous Christian Streiff ? Le 10 mai 2008, la veille de son AVC, si on lui avait posé la question il aurait répondu : "Je suis un grand patron et c'est tout." L'homme pressé avait mis de côté sa vie de famille, sa vie de couple, son amour de la nature... "J'étais un grand patron, je n'étais vraiment que ça."

"Être patron d'un grand groupe comme ça, ça use terriblement." Nommé le 6 février 2007 à la tête du groupe PSA Peugeot Citroën, Christian Streiff mène la vie des grands patrons : trois rendez-vous par heure, des déplacements en France et à l'étranger... Quand il arrive "tard" au travail, vers 7 heures, c'est qu'il a été nager à la piscine avant. Un métier qu'il juge toutefois "fabuleux". Et plutôt que la soif de pouvoir, ce qui le laisse visiblement indifférent, c'est bien la soif de réussir, de "gagner" qui l'animait. 
 

Les étangs et les forêts de Moselle

Rien cependant n'indiquait que le petit Christian Streiff né le 21 septembre 1954 à Sarrebourg (Moselle) allait devenir grand patron. Issu d'un milieu simple, ses parents ont du inoculer le goût de la réussite à leurs trois enfants puisque tous les trois ont toujours été premiers. "Il y a a du avoir quelque chose dans l'éducation de mes parents..." Eux qui désiraient que leur fils devienne avocat ou médecin ne s'attendaient pas à le voir partir à Paris tenter les concours des grandes écoles d'ingénieur.

Sans en faire trop, Christian Streiff avait des facilités à l'école. Cet amoureux de la nature et des camps scouts qui avait grandi "entre les étangs et les forêts vosgiennes", avec son petit côté "antimilitariste" n'a pas pensé à tenter Polytechnique. Il réussira brillamment au concours d'entrée à l'École nationale supérieure des mines de Paris. Grand patron, on ne le devient pas du jour au lendemain : il y a eu Saint-Gobain, puis Airbus avant le Groupe PSA. Un "boulot tellement pesant, tellement lourd, tellement envahissant, que c'est diffficle de résister".
 

En 2008, la crise

L'arrêt vasculaire cérébral se traduit par "une perte soudaine de la fonction cérébrale provoquée par un arrêt de la circulation sanguine dans le cerveau". En 2008 Christian Streiff doit faire face à des plans de relance, c'est la crise, il y a beaucoup de décisions difficiles à prendre, et notamment mettre des gens au chômage partiel. Lui qui a toujours "énormément travaillé" arrive là à son "maximum". Est-ce la crise qui a causé son AVC ? Lui pense que non, sa famille pense que oui, les médecins ne se prononcent pas.

Quand, le 11 mai 2008, son assistante le trouve cloué au sol dans son bureau, il est transporté à l'hôpital par son chauffeur. Trois mois après son AVC, Christian Streiff est déjà au travail : il présente avec son directeur financier les résultats du semestre du groupe, devant la presse et les actionnaires. Les chiffres qu'il oublie, on les lui écrit discrètement sur des petits bouts de papiers... Il pensait que petit à petit les mots qu'il avait perdu allaient revenir et qu'il pourrait reprendre sa vie d'avant.
Un dimanche, vers midi, Thierry Peugeot l'appelle pour lui annoncer qu'on allait le démettre de ses fonctions. "Ça a été terrible, je lui en ai beucoup voulu, maintenant ça va mieux..."

 

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le mercredi à 17h03, le jeudi à 23h et le dimanche à 19h

Chaque visage est unique, aussi l'émission Visages accueille-t-elle des hommes et des femmes d'une grande diversité : philosophes, personnes engagées dans le développement et dans l'action humanitaire, aventuriers, psychologues, écrivains... Tous partagent au moins un point commun : l'ouverture et le respect de l'autre dans sa différence. Thierry Lyonnet leur donne la parole pour une rencontre en profondeur.

Le présentateur

Thierry Lyonnet

Rédacteur en chef du Service « Foi et Culture », Thierry met son insatiable curiosité au service de RCF depuis 1990. Spiritualité, art, voyages, solidarité et surtout rencontres, qu’il aime partager avec les auditeurs. Depuis l’enfance, il est fasciné par la richesse de la différence…et cette fascination ne cesse de croître!