Christiane Rancé, l'écrivain de l'indicible

Présentée par

S'abonner à l'émission

Visages

jeudi 10 août 2017 à 9h03

Durée émission : 55 min

Christiane Rancé, l'écrivain de l'indicible

© Sandrine Expilly

Rarement Christiane Rancé a osé se confier ainsi. Avec pudeur et délicatesse elle partage au micro de Thierry Lyonnet ce qui lui donne un tel amour pour le monde et la rencontre de l'autre.

"Dès mon plus jeune âge je me suis fait l'obligation d'apprendre par cœur ce qui m'entourait et que je traversais. Les instant, les lieux, les visages. Je m'immobilisais brusquement, souvent sans qu'un événement particulier me dicte l'urgence de le faire et je regardais de toutes mes forces chaque élément de la rue ou de la pièce où je me trouvais. Et je me disais 'Souviens-t'en, souviens-t'en toujours'."
Christiane Rancé, "En pleine lumière"

 

Discète et ardente. Dans son dernier livre "En pleine lumière" (éd. Albin Michel), Christiane Rancé lève pudiquement le voile sur son histoire, joyeuse et douloureuse. Ce sont surtout des écrits d'une grande intensité spirituelle, nourris de ses rencontres. Et éclairés d'une foi chrétienne qui ne l'a jamais quittée, qui "fait partie" d'elle. Christiane Rancé a éprouvé le besoin d'en témoigner à la mort de sa sœur "partie dans une incandescence extraordinaire" malgré la maladie. Elle parle aussi pour la première fois publiquement de la mort de sa fille. Deux disparitions qui lui ont appris que la joie "n'est pas insouciance joyeuse" mais que la joie c'est "tout accepter de quelqu'un, y compris sa mort". "C'est comme ça que l'on aime quelqu'un."
 

Le monde extérieur, "d'une sublime et inépuisable beauté".

 

amour du monde, quête de beauté

"Je suis quelqu'un de passionnément aimant de la vie." Journaliste, Christiane Rancé a longtemps été grand reporter pour Le Figaro Magazine ou Géo. Prise d'un enthousiasme qu'elle définit comme sa "plus grande qualité" et son "plus grand défaut", elle est sans cesse en quête de beauté, de mystère. Il y eut, à l'âge de 14 ou 15 ans, la rencontre avec l'écriture d'Arthur Rimbaud - et ce poème, "Génie", qu'elle tient pour le plus beau de la littérature française. Elle a compris avec lui "la puissance de création" présente en chacun, "quelque chose de l'ordre du mystère".
Il y eut aussi l'amour de ses parents. Christiane Rancé est née et a vécu dans un univers "très imaginé et imaginaire" avec des parents qui aimaient la littérature et qui s'aimaient "profondément". De quoi lui donner l'assurance, la curiosité et la passion pour le monde extérieur "d'une sublime et inépuisable beauté".
 

"Le travail de chaque être c'est de ressusciter la beauté qu'il a pu recevoir."

 

sa passion pour l'autre

La beauté du monde, Christiane Rancé a décidé d'aller la chercher "dans les coins" et recoins de l'être humain. Selon un phrasé lent, délicat, l'écrivain choisit un à un les mots justes pour nous parler de "nos coeurs et de nos âmes remplis d'alluvions de beauté et de malheur". Elle qui semble plus que tout autre avertie des relations secrètes entre le visible et l'invisible a fait de la quête de beauté une éthique. "Je crois que le travail de chaque être c'est de ressusciter la beauté qu'il a pu recevoir pour lui apporter un petit peu plus, qui est cette chair que nous avons tous et cette façon de la raconter." Aujourd'hui elle se consacre à l'écriture de biographies. Sainte Thérèse d'Avila, Jésus, la philosophe Simone Weil, et aussi le pape François.

Une rencontre l'a tout particulièrement marquée, dont elle parle sur son blog Pollen. Celle d'un ermite du désert. Au contraire des nombreuses célébrités que la journaliste a rencontrées, le Père Edouard vit dans l'anonymat le plus total le voyage intérieur de l'expérience mystique. Christiane Rancé est allée le trouver sur le plateau de l'Assekrem, près de là où vivait Charles de Foucauld. Elle y a croisé une trajectoire de vie qui est "une leçon de foi et d'humilité peu à la mode", éclairée par la lecture quotidienne de l'Evangile de Jean. "La joie parfaite c'est accepter pleinement sa nature d'homme et essayer d'épouser la part divine, ce dépôt de lumière au fond de soi."

Comment percevoir les carnets spirituels de Christiane Rancé, qu'elle publie aujourd'hui, autrement que comme une action de grâce? "J'ai été très chanceuse. La chance c'est une disposition d'esprit qui fait qu'on ne laisse pas passer une occasion." Une définition parfaite du kairos, cette façon d'être au monde présente et attentive.

- émission diffusée le 13 octobre 2016 - 

 

Les dernières émissions

L'émission

Le mercredi à 17h03, le samedi à 23h et le dimanche à 19h

Car chaque visage est unique, le podcast Visages accueille des hommes et des femmes d'une grande diversité : philosophes, aventuriers, personnes engagées dans le développement et dans l'action humanitaire, artistes, religieux, entrepreneurs ... Tous partagent au moins un point commun : l'ouverture et le respect de l'autre dans sa différence. Thierry Lyonnet leur donne la parole pour une rencontre en profondeur.

Le présentateur

Thierry Lyonnet

Rédacteur en chef du Service « Foi et Culture », Thierry met son insatiable curiosité au service de RCF depuis 1990. Spiritualité, art, voyages, solidarité et surtout rencontres, qu’il aime partager avec les auditeurs. Depuis l’enfance, il est fasciné par la richesse de la différence…et cette fascination ne cesse de croître!