Marcel Rufo, l'enfance d'un pédopsy

Présentée par

S'abonner à l'émission

Visages

mercredi 10 janvier à 17h03

Durée émission : 55 min

Marcel Rufo, l'enfance d'un pédopsy

© Olivier Touron - Marcel Rufo

Quelle a été l'enfance du pédopsy le plus connu de France ? Marcel Rufo incarne finalement assez bien ce qu'il préconise aux parents d'aujourd'hui, un mélange d'autorité et de bienveillance.

Qui mieux que lui pour écrire un "Dictionnaire amoureux de l'enfance et de l'adolescence" (éd. Plon / Anne Carrière) ? Marcel Rufo est l'un des pédopsychiatres les plus connus de France, notamment grâce à ses nombreuses apparitions télévisuelles et aussi grâce à ses nombreux livres. Mais en l'écoutant on se dit que c'est aussi le style Rufo qui séduit, peut-être ce léger accent chantant pour dire des paroles fortes, parfois directes, mais qui ne heurtent pas car elles sont dites avec bienveillance. D'ailleurs c'est un peu son leitmotiv, "grondez-les avec bienveillance"...
 

"Être enfant c'est aimer, accepter, les défauts de nos parents"

 

De la difficulté d'éduquer aujourd'hui

En fait, quand on a Marcel Rufo à l'autre bout du micro, même si c'est pour qu'il nous parle de lui et de son parcours, on ne peut pas ne pas lui poser la question : est-ce qu'on n'en fait fait un peu trop avec les enfants aujourd'hui ? Et là, à notre grand étonnement, lui reconnaît sa "culpabilité et celle des pédopsychiatres" : "À force de dire comprenez-les on risque de ne plus les éduquer, de ne pas oser les frustrer." Le pédopsychiatre le constate évidemment, ce drame des "parents séducteurs" qui fait "le drame" de certains enfants : "Certains enfants, par mégalomanie, par toute-puissance ne considèrent par l'autre comme équivalent de soi."

Qu'est-ce qu'un enfant ? "Un transgresseur qui passe son temps à essayer de rompre les contrats", explique Marcel Rufo qui plaide sans mal pour l'autorité. Il croit aussi "beaucoup à l'intégration d'enfants porteurs de handicap", qui "fait des générations plus intelligentes que celles qu'on a été" et permet aux enfants "de sentir que la différence est équivalente en qualité relationnelle".

Marcel Rufo plaide aussi pour "un débat de vérité vis-à-vis de l'enfant". Avec un couple sur deux qui divorce, et ce chiffre terrible qui est que "un couple de trentenaires n'a que 30% de chances d'être encore ensemble au bout de trois ans", sans doute faudra-t-il admettre que "l'enfant est en souffrance". "L'autorité est proche de la vérité, de la loyauté, de la politesse, de la galanterie, c'est quand même un joli truc !"

 



 

Marcel Rufo, l'enfance d'un pédopsy

Comment en est-il venu à consacrer sa vie aux enfants et aux adolescents ? Fallait-il que la sienne d'enfance ait été si belle ou au contraire si terrible ? En réalité lui-même se "pose encore la question". Même si selon ses parents il a eu très tôt "le goût de l'autre". Né en 1944, enfant unique comme beaucoup d'enfants de migrants à l'époque, "pour tout miser sur un enfant", il a grandi à Toulon où ses parents étaients marchands de fruits et légumes. Dans le milieu des revendeurs il était devenu un symbole de réussite sociale - "Je devais réussir" confie-t-il et il admet que cela aurait très "lourd" si ça n'avait pas été le cas.

Sa réussite professionnelle, il la doit à ses "patrons", ces grands spécialistes qu'il admirait. Comme Henri Gastaut (1915-1995), l'inventeur de électroencéphalographie, qui l'a attiré vers la neurologie ; le Pr René Bernard (1904-1969) celui qui l'a conduit vers la pédopsychiatrie ; et enfin Arthur Tatossian (1929-1995), psychiatre "phénoménologue génial" qui a pris Marcel Rufo "sous son aile". Mais c'est aussi le décès de l'un de ses petits patients, Michel, "un enfant qu'[il] aurait aimé être s'[il] avait été malade", qui a fait basculer Marcel Rufo vers la pédopsychiatrie. Lorsqu'il travaillait en oncologie pédiatrique, il ne supportait pas bien de voir les enfants mourir.

 

L'enfant est une personne... depuis le XXè siècle

Lui qui aurait aimé être journaliste sportif - parce qu'à Toulon, le rugby, c'est quelque chose ! - choisirait sans hésiter pédopsychiatre, si c'était à refaire. Parce que dans ce métier, "on apprend toujours." La preuve, ce n'est que tout récemment que l'on sait que l'enfant est... une personne ! "L'enfant est une découverte du XXè siècle", écrit-il. "C'est fini l'enfant-bouche-à-nourrir-et-à-évacuer-des-matières !"
 

"Nous sommes la première génération à voir dans l'enfant une personne à part entière et nous ne pouvons plus ignorer que l'enfance est la matière même dont nous, adultes, sommes tissés."
Marcel Rufo, "Dictionnaire amoureux de l'enfance et de l'adolescence"

 



 

Marcel Rufo féministe

Un autre chose à savoir sur Marcel Rufo ? "Je suis féministe, nous dit-il, grâce aux femmes qui m'ont entouré, ma grand-mère, ma mère, mon épouse, ma fille, mes cousines en Italie." Il va même jusqu'à dire : "À partir du moment où on a compris l'importance des femmes comment ne pas être égalitaire ? Comment ne pas les respecter dans leurs valeurs essentielles et dans la parité vers laquelle je tends ?" S'il avait des responsabilités politiques - ce qui n'arrivera pas, prévient-il - il donnerait à la mère un congé de six mois suivi d'un congé paternité de six mois aussi. "Vous verriez les enfants compétents que ça donnerai !"

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Tous les mercredis à 17h03

Chaque visage est unique, aussi l'émission Visages accueille-t-elle des hommes et des femmes d'une grande diversité : philosophes, personnes engagées dans le développement et dans l'action humanitaire, aventuriers, psychologues, écrivains... Tous partagent au moins un point commun : l'ouverture et le respect de l'autre dans sa différence. Thierry Lyonnet leur donne la parole pour une rencontre en profondeur.

Le présentateur

Thierry Lyonnet

Rédacteur en chef du Service « Foi et Culture », Thierry met son insatiable curiosité au service de RCF depuis 1990. Spiritualité, art, voyages, solidarité et surtout rencontres, qu’il aime partager avec les auditeurs. Depuis l’enfance, il est fasciné par la richesse de la différence…et cette fascination ne cesse de croître!