Olivier de Kersauson, un navigateur épris de beauté

Présentée par UA-96576

S'abonner à l'émission

Visages

mercredi 29 juillet à 9h03

Durée émission : 55 min

Olivier de Kersauson, un navigateur épris de beauté

© Philip Plisson - Olivier de Kersauson

À 75 ans, Olivier de Kersauson ne perd rien de son franc-parler. Au-delà de son parcours de marin impressionnant, il faut le découvrir assoiffé de solitude, de beauté et de contemplation.

On le surnomme "L'amiral" pour son parcours impressionnant de marin, d'abord avec Éric Tabarly, puis comme recordman du tour du monde en solitaire (en 1989), vainqueur deux fois du trophée Jules-Verne (en 1997 et en 2004). Mais que ce soit sur un bateau ou dans un studio de radio, Olivier de Kersauson fait vite savoir qui est le patron. Il est connu pour son franc-parler et ses coups de gueule. À l'occasion de la sortie de son livre "De l'urgent, du presque rien et du rien du tout" (éd. éd. Le Cherche midi) il est de passage en France, lui qui vit une bonne partie de l'année à Tahiti. Rencontre.
 

marin solitaire

"La vie est seule. C'est un énorme mensonge, le groupe : tous les moments forts de la vie sont seuls." On a souvent l'image du marin solitaire : Olivier de Kersauson semble y correspondre, lui qui a pourtant navigué plusieurs fois avec un équipage. "Le groupe a d'autant plus de valeur que les gens qui le composent ont une notion précise de la solitude."

Vers cinq ou six ans, Olivier de Kersauson a "compris la solitude". "J'ai saisi intellectuellement que j'étais seul, personne ne m'aiderait jamais à penser." Il se souvient même de l'heure à laquelle ça s'est produit - 15 heures, "une heure que je n'aime pas d'ailleurs" - et il se souvient alors de sa stupéfaction. Il cultive depuis une notion aigüe de solitude, au point d'écrire qu'il "l'adore".
 

son côté bourru, une carapace ?

Dans son livre, Olivier de Kersauson parle de "délicatesse", de "gentillesse", de "compassion" et de "bienveillance". Ce qui peut étonner quand on l'écoute tant sa façon de parler le montre bourru, avec un langage souvent grossier parfois brutal.

Est-ce une carapace ? Une manière de cacher sa sensibilité ? "L'âge venu, je me suis permis à penser aussi qu'il y a quand même des domaines sur lesquels j'avais des grosses lacunes - gentillesse, bienveillance, courtoisie - et que dans le fond ce serait peut-être pas idiot de commencer à peut-être essayer de faire un effort de ce côté-là !"
 

LE CONTEMPLATIF

En mer, le marin contemple des "décors de grâce", de "beauté pure". "C'est tellement extraordinaire, tellement magique... Dieu est intéressant pour ça, ça fait quelqu'un à remercier !" Ce qu'Olivier de Kersauson aime dans la prière c'est la "concentration d'énergie" et "l'éloignement de la temporalité".

Mais "à terre aussi", il y a toujours quelque chose à contempler... "la lumière, le bruit, l'espace, le vent dans les arbres..." Quelque chose qui vous donne toujours "un moment qui a de la gueule", qui vous émerveille et même vous étonne. "Les entrées de la prière c'est la capacité de recevoir l'étonnement de ce que nous vivons." 

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 9h03 et 23h

Car chaque visage est unique, le podcast Visages accueille des hommes et des femmes d'une grande diversité : philosophes, aventuriers, personnes engagées dans le développement et dans l'action humanitaire, artistes, religieux, entrepreneurs ... Tous partagent au moins un point commun : l'ouverture et le respect de l'autre dans sa différence. Thierry Lyonnet leur donne la parole pour une rencontre en profondeur.

Le présentateur

Thierry Lyonnet

Rédacteur en chef du Service « Foi et Culture », Thierry met son insatiable curiosité au service de RCF depuis 1990. Spiritualité, art, voyages, solidarité et surtout rencontres, qu’il aime partager avec les auditeurs. Depuis l’enfance, il est fasciné par la richesse de la différence…et cette fascination ne cesse de croître!