Prince Sadruddin Aga Khan, Prince à la ville et dans sa vie

Présentée par

S'abonner à l'émission

Dans mon sac de voyage

vendredi 22 juin à 11h00

Durée émission : 25 min

Prince Sadruddin Aga Khan, Prince à la ville et dans sa vie

© Daniel Bernard, 2018

J'ai rencontré Diana Miserez : elle est à ce jour l’unique biographe de cet homme que fut le Prince Sadruddin Aga Kahn, dont la mère était née à Aix-les-bains, et le père, pakistanais, était chef spirituel des Ismaéliens. On découvre un homme attaché à la région alpine, comme aux migrations et aux actions humanitaires multiples.

En 2003 disparaissait le Prince Sadruddin Aga Kan. Avec lui, une figure digne de son père, l’Aga Khan, chef spirituel des ismaéliens, exilé car ayant dû fuir son pays, le Pakistan actuel, pour cause d’intransigeance de ses dirigeants, c’est un pan de l’Histoire du XXe siècle qui s’évanouit. Il n’avait que 70 ans. J’avais eu la chance de le rencontrer en 1998, et de l’entendre répondre au rédacteur en chef du média que je dirigeais : « Comment m’appeler ? Mais dites-moi monsieur, comme à tout le monde ! ». Cette simplicité était typique d’une personne de haut rang, rompu à l’exercice dû à son rang, mais si chaleureux et spontané. Pour nous, aujourd’hui encore, qui sont ces soufis modérés appelés Ismaéliens ?

Au salon du livre 2017, je m’arrête devant le stand d’une maison d’édition : une biographie de Sadruddin Aga Kahn vient d’être écrite. Son auteur, que nous avons donc rencontrée, est Diana Miserez, une anglaise au mari suisse (Miserez) qui fut sa collaboratrice aux Nations-Unies à Genève pendant de très nombreuses années. Séduite par l’approche de l’émission, elle m’a reçu chez elle, dans le canton de Vaud. Elle retrace la figure de l’homme pour lequel elle a travaillé, lui vouant, c’est sûr, une certaine admiration.

Dire enfin que la mère du Prince, Andrée Joséphine Carron, native d’Aix-les-Bains, suffit à faire comprendre son attachement à la région alpine, la création de la Fondation, l’assainissement d’une partie du lac d’Annecy, précurseur en la matière, son intérêt pour les migrants, déjà, devenu Haut Commissaire des Nations unies pour les Réfugiés de 1965 à 1977.

Diana Miserez et son accent british nous fait comprendre l’homme, ses luttes, ses limites. Qui mieux que sa seule biographe à ce jour, pouvait témoigner de ce que fut cet homme riche en spiritualité – également fortuné – qui a voué sa vie aux autres ?

Invités

  • Diana Miserez , biographe du Prince Sadruddin Aga Kahn

Les dernières émissions

L'émission

Tous les troisièmes vendredi du mois à 11h00

A travers ses voyages, Daniel Bernard a mis dans son sac toutes les larmes et tous les sourires qu'il lui ont été donné de croiser. Une conversation originale avec des hommes et des femmes pour lesquelles la foi et la spiritualité n’étaient pas un à priori.

Le présentateur

Daniel Bernard

Sa vie professionnelle s’étend du cinéma à la télévision. Des années 70, où il travaille avec Jean-Luc Godard, au début du XXIe siècle, où il dirige la télévision locale genevoise, il pratique son métier de cinéaste comme réalisateur, puis comme journaliste. Il rejoint RCF de 2012 à 2015 pour l’émission « Entrelacs ». En parallèle, il écrit depuis toujours et il publie depuis les années 90. Ses voyages autour du monde l’ont nourri de culture et son éclectisme transparaît clairement dans sa façon de voir le monde. « Dans mon sac de voyage » est une émission culturelle qu’il produit et anime depuis octobre 2017.