Slimane Zeghidour, un autre regard sur la guerre d'Algérie

Présentée par

S'abonner à l'émission

Visages

jeudi 13 juillet 2017 à 9h03

Durée émission : 52 min

Slimane Zeghidour, un autre regard sur la guerre d'Algérie

© Pierre Hybre/MYOP - Slimane Zeghidour, auteur de "Sors, la route t’attend" (éd. Les Arènes)

Né dans un hameau de petite Kabylie, Slimane Zeghidour a connu les camps de regroupement. L'éditorialiste propose un autre regard, subtil voire apaisé, sur la guerre d'Algérie.

La France et l'Algérie sont liées par un passé commun douloureux, fait de guerres et de violences. Mais aussi de souvenirs d'amitié, pour beaucoup gravés à jamais dans les cœurs. Des relations complexes, paradoxales. "Le paradoxe est que s'il n'y avait pas eu la guerre, les autorités française ne seraient jamais venues dans nos hameaux, je n'aurais jamais rencontré les médecins qui m'ont soigné de la tuberculose - qui m'ont sauvé la vie - et je n'aurais jamais rencontré ces braves bidasses qui m'ont appris à lire et à écrire." Slimane Zeghidour est un témoin fidèle, subtil, de cette histoire de nos deux pays. Il est aussi de ceux qui font avancer bénéfiquement le dialogue entre la France et l'Algérie. De ceux qui pansent des plaies. Il vient de publier "Sors, la route t’attend" (éd. Les Arènes).
 

"Les camps de regroupement, le plus grand tabou de l'histoire de l'Algérie."

 

"Et pourtant nous étions bien en France!"

Le récit de Slimane Zeghidour s'ouvre sur le Djebel, cette frange montagneuse qui longe la côte algérienne sur 1.000 km. Un relief tourmenté, fait de replis, de grottes, de gorges, d'oueds. Mais pas une route ni d'électricité. Là où est né Slimane Zeghidour en 1953, dans un hameau à six kilomètres d'Erraguène, "depuis le Néolithique, rien n'avait changé". Avec un brin de nostalgie, le grand reporter (il a travaillé pour Le Monde, Le Nouvel Observateur ou La Vie) se souvient du seul "élement de modernité" qu'il y avait dans son hameau: la lampe à pétrole.
 


©Pierre Hybre/MYOP

 

Une page d'histoire méconnue

À partir de 1957, l'état-major français a décidé de déplacer les populations de petite et de grande Kabylie. 2,5 millions de paysans déplacés dans quelque 1.000 camps de regroupement. "Ce n'était évidemment pas des camps de concentration pour tuer ces populations, mais pour nous soustraire à l'iunfluence du FLN."

Pour Slimane Zeghidour, c'est là "le plus grand tabou de l'histoire de l'Algérie". Ses deux frères et sa sœur sont nés et décédés dans ce camp. aujourd'hui éditorialiste à TV5 Monde, chercheur associé à l'IRIS, il est spécialiste des liens entre religion et géopolitique. Il considère que la France s'est alors "réveillée après 120 ans de négligence du Dejbel" et "a misé sur nous plus d'efforts d'instruction et de soin qu'en 120 ans" d'histoire de colonisation en Algérie.

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Tous les mercredis à 17h03

Chaque visage est unique, aussi l'émission Visages accueille-t-elle des hommes et des femmes d'une grande diversité : philosophes, personnes engagées dans le développement et dans l'action humanitaire, aventuriers, psychologues, écrivains... Tous partagent au moins un point commun : l'ouverture et le respect de l'autre dans sa différence. Thierry Lyonnet leur donne la parole pour une rencontre en profondeur.

Le présentateur

Thierry Lyonnet

Rédacteur en chef du Service « Foi et Culture », Thierry met son insatiable curiosité au service de RCF depuis 1990. Spiritualité, art, voyages, solidarité et surtout rencontres, qu’il aime partager avec les auditeurs. Depuis l’enfance, il est fasciné par la richesse de la différence…et cette fascination ne cesse de croître!