Quel avenir pour les territoires ruraux? | Revivez la journée spéciale à Troyes

A l'approche des élections présidentielles et législatives, RCF propose l'opération "Territoires de Fraternité". Quatre journées sur RCF pour se préparer à voter en 2017. Deuxième journée: le 24 février 2017 à Troyes.

INVITATION
A 17H et 21H - Venez assister aux enregistrements de deux émissions en direct et en public
Lieu: Groupe École supérieure de commerce de Troyes - 217, avenue Pierre Brossolette - 10000 Troyes

 


©RCF-Céline Leignel / Brieuc Guinard, président du MRJC

 

Brieuc Guinard, le président du MRJC est l'invité fil rouge de la journée

Pour Brieuc Guinard, le monde rural, c’est l’avenir. Engagé au MRJC depuis 2001, il est originaire d’une petite commune de Bretagne entre Rennes et Saint Malo, a entrepris des études d’histoire contemporaine sur l’agriculture. Il est aujourd’hui président national du MRJC (Mouvement Rural de Jeunesse Chrétienne) et fil rouge de la journée spéciale de RCF à Troyes.
ÉCOUTER ► L'avenir des territoires ruraux selon Brieuc Guinard

 


AU programme

7H50 - Jean-François Leroux, écrivain et historien engagé dans la valorisation du patrimoine local
Émission Le Grand Invité - Présentée par Thomas Pasquier (RCF Aube Haute-Marne)

"La ruralité a une certaine chance. La plupart des habitants deviennent des urbains et la nostalgie de la ruralité est une vraie opportunité dans les zones rurales." Jean-François Leroux est l'ancien maire de Bar-sur-Aube (2001-2008), il est le fondateur et président de l'association Renaissance de l'Abbaye de Clairvaux.
ÉCOUTER ► Jean-François Leroux, un acteur engagé pour la survie des territoires ruraux

 

8H40-10H00 - UN TERRITOIRE RURAL PLEIN DE RESSOURCES
Émission spéciale présentée par Gaëlle Henry (RCF Aube Haute-Marne) et Anne Kerléo (RCF)
À l'heure où le modèle dominant reste le mode de vie urbain, il est plus que jamais nécessaire de valoriser les initiatives positives qui redynamisent les territoires ruraux.

Invités: Pierre-Éric Jolly, président de l’association de vignerons Cap’C, qui organise chaque été La Route du Champagne en fête ; Didier Leprince, président du Comité départemental du tourisme de l’Aube ; Sœur Dominique Sabas qui a longtemps vécu dans une communauté dans le milieu rural à Estissac, à l’ouest de l’Aube, témoigne de la vie qui fourmille dans le monde rural.
ÉCOUTER ► L'Aube Haute-Marne, un territoire rural plein de ressources

 

12H30 - Les Bonnes Ondes
L’une des rubriques de l’émission est consacrée à une initiative porteuse de dynamisme en zone rurale en Haute-Marne. Gaëlle Henry (RCF Aube Haute-Marne) nous emmène à Cohons, petit village haut-marnais de 200 habitants, à la rencontre de la maire, Sylvie Baudot, qui se bat pour dynamiser son village.
ÉCOUTER ► Cohons, un petit village qui se bouge!

 

13H30 - QUAND DES CHRÉTIENS S’ENGAGENT POUR LA VITALITÉ DU MONDE RURAL
Emission Chrétiens à la Une - Présentée par Thomas Pasquier (RCF Aube Haute-Marne) et Pauline de Torsiac (RCF)

Avec le P. Rémi Prud'hom, curé de la paroisse de Riceys (Aube) ; Monique Ployé, de l’Action catholique rurale (ACR) ; José Cotel, responsable de l’association Un jour, une église, qui se mobilise pour l’ouverture des églises.
ÉCOUTER ► Quand les chrétiens s'engagent pour la vitalité du monde rural

 

17H-18H00 - CONSTRUIRE SA VIE À LA CAMPAGNE, UNE UTOPIE ?
Emission en direct et en public de l’ESC avec des étudiants de l’ESC et des jeunes du MRJC (Mouvement rural de jeunesse chrétienne) - Présentée par Gaëlle Henry (RCF Aube Haute-Marne) et Pauline de Torsiac (RCF)
Quand on a 20 ans, vouloir bâtir sa vie dans le monde rural, est-ce bien raisonnable? Des jeunes originaires de la campagne et des jeunes urbains croisent leurs points de vue.

Invités: Sarah Alaya, ancienne étudiante de l’ESC, créatrice de La Petite Marchande, société de livraison de fruits et légumes bio à Troyes et dans l’agglomération ; Stéphanie Pestelard, membre du MRJC (Mouvement rural de Jeunesse Chrétienne), chargée de mission au Conservatoire d'Espace naturel de Champagne Ardenne ; Père Didier Noblot, prêtre, curé de paroisse à Nogent-sur-Seine (Aube), et directeur adjoint du Service national pour l'Evangélisation des jeunes et pour les vocations (SNEJV) à la Conférence des évêques de France ; Lucas Bolze, étudiant en Master 1 à l'École supérieure de commerce de Troyes ; Claire Cottet, viticultrice.
ÉCOUTER ► Construire sa vie à la campagne, une utopie?

 

EN PUBLIC
21H-22H - LE MONDE RURAL ENTRE DOUTES ET ESPOIR

Soirée en direct de l’Arène de l’Ecole Supérieure de Commerce de Troyes.
Présentée par Christophe Henning (Pèlerin) et Thomas Pasquier (RCF Aube Haute-Marne)

Dans un monde rural en pleine mutation, quel avenir possible? Quelles solutions pour lutter contre le départ des populations vers les villes? Quelles pistes d’activités nouvelles pour faire vivre une économie dans l’espace rural? Quels liens nouveaux tisser avec les villes? Autant de questions qu’explorera cette émission, avec des acteurs de la vie politique et économique et sociale des territoires de l’Aube et de la Haute-Marne.
ÉCOUTER ► Le monde rural entre doutes et espoirs

 

 


Yannick DELAVALLADE, directeur de RCF Aube Haute-Marne

Nous vous proposons, le temps d’une journée, une immersion en milieu "rurbain", mi-rural et mi-urbain!

 

«En cette année électorale, plus que jamais les habitants des territoires ruraux sont attentifs aux paroles de nos politiques. Dans l’Aube et en Haute-Marne, des hommes et des femmes œuvrent quotidiennement, au plus près des habitants, pour le bien commun, pour maintenir, encourager et développer une dynamique dans nos villes et nos campagnes.

Nous donnerons la parole à des élus, des prêtres, des jeunes et des laïcs engagés venant de tous horizons... Nous parlerons de nos richesses: le tourisme avec un patrimoine architectural et religieux impressionnant (Troyes, la ville aux 10 églises, la cité du Vitrail, la Maison de l’outil et de la pensée ouvrière, Langres, une puissante citadelle qui a cultivé l’art de repousser son destin...) ; les grandes figures qui ont marqué l’histoire, et qui ont un lien très étroit avec nos départements (De Gaulle, Renoir, Claudel, saint Bernard de Clairvaux, Diderot, Voltaire...).

Nous évoquerons aussi bien sûr l’agriculture et la viticulture, deux activités emblématiques de notre économie locale. Et puis nos difficultés: désertification des campagnes, isolement, difficultés économiques, désespoir de certains agriculteurs.

Enfin, nous n’oublierons pas l’avenir: avec plus de 10.000 étudiants à Troyes, des initiatives qui font naître une économie nouvelle et le choix assumé de vouloir construire sa vie à la campagne et profiter de la qualité de vie qui va avec.

Nous vous proposons, le temps d’une journée, une immersion en milieu "rurbain", mi-rural et mi-urbain! Soyez les bienvenus, depuis notre studio de Troyes puis en direct de l’arène de l’Ecole supérieure de commerce (ESC).»

 


Territoires de Fraternité

Culture, ruralité, pauvreté, transition écologique: quatre thèmes, quatre journées spéciales, dans quatre villes de France. RCF est riche de ses 63 radios associatives, actrices et témoins de la solidarité sur nos territoires. Avec le projet "Territoires de Fraternité", elle met en lumière les réalités de la vie quotidienne des Français et les difficultés qu'ils éprouvent. Les journées "Territoires de Fraternité" mettent en lumière les initiatives positives et les réponses qui ont été apportées et qui vont dans le sens de la fraternité. Une opération pour redonner une signification concrète aux enjeux politiques et montrer qu'il existe des solutions.

 

"A l’occasion de la campagne pour la présidentielle et les législatives 2017, RCF propose à ses auditeurs des clés de réflexion pour poser un choix éclairé au moment de mettre leur bulletin dans l’urne. Comme tous les médias et comme lors de chaque échéance politique importante, RCF rend compte des débats entre les forces en présence et donne la parole aux candidats. RCF souhaite aussi aider ses auditeurs à réfléchir en amont des débats strictement électoraux, à penser les questions importantes qui se posent à la société.
Nous voulons mettre en valeur les chemins nouveaux qui se cherchent, les engagements qui existent, les solutions qui fonctionnent. Il ne s’agit pas de nier la réalité, de ne pas voir les problèmes, mais bien de les poser et de donner à entendre des solutions, des tentatives, des réussites.
Et c’est sur nos territoires, au plus près de la vie des citoyens, que nous allons rencontrer les porteurs de solutions, les inventeurs d’une société plus humaine, plus fraternelle, qui devient capable de répondre aux défi s d’aujourd’hui et de demain."

Anne KERLÉO, rédactrice en chef Opérations spéciales, responsable du projet "Territoires de Fraternité"

 

Territoires de Fraternité | LE PROGRAMME

Quatre jours de programmation spéciale en direct d'une ville de France. RCF installe ses studios dans un lieu emblématique de la ville.

• La culture, facteur de cohésion sociale
Vendredi 3 février à BREST, avec RCF Finistère
► Écouter la programmation spéciale

• Quel avenir pour les territoires ruraux?
Vendredi 24 février, à TROYES, avec RCF Aube-Haute-Marne

• Pauvreté et fraternité
Vendredi 17 mars, à MARSEILLE, avec Dialogue RCF
► Écouter la programmation spéciale

• Repenser la ville à l'heure de la transition écologique
Vendredi 7 avril, à SAINT-ETIENNE, avec RCF Saint-Etienne

 

Ces journées s’achèvent par une soirée en direct et en public, en partenariat avec le magazine Pèlerin.

 


Télécharger le dossier de presse

 

Redynamiser les territoires: l’exemple d’un institut de beauté itinérant

Redynamiser les territoires: l’exemple d’un institut de beauté itinérant

Après les boulangeries itinérantes et les librairies mobiles, voici l’institut de beauté itinérant. Une initiative lancée dans l’Aube, participant à la dynamisation des territoires !

Mylène Prévot roule chaque jour en camping-car. Pas pour le plaisir, ni pour partir en vacances. Mais bien pour travailler. Elle a lancé en début d’année un concept d’institut de beauté itinérant, aux alentours de Saint-Parres-lès-Vaude. Depuis, elle sillonne le département, déployant son institut de beauté mobile sur les places des villages.

Un vrai service rendu à la dynamisation du territoire, et aux habitants n’ayant pas les moyens de se déplacer. Elle témoigne, au micro de RCF Aube-Haute Marne. "Je voulais faire un institut de beauté traditionnel. Cela fait partie de mon métier d’apporter du bien-être, notamment pour les gens qui ne peuvent pas se déplacer. C’est pour cela que je m’installe sur les places. C’est moins loin pour venir. On essaye vraiment d’être au plus proche des gens" explique Mylène Prévot.

Elle ajoute avoir voulu créer cela pour elle, afin de ne pas être enfermée toute la journée dans un institut. "Et je me rends compte que cela plaît beaucoup. C’est plus facile, je suis plus proche des gens, j’aime beaucoup ça".

Une cliente témoigne, l’air enthousiaste. "Le commerce de proximité, c’est génial. J’essaie de le faire fonctionner au maximum. Cela fait vivre la commune, c’est sympa et puis c’est pratique. Notamment pour les petites jeunes qui n’ont pas le permis et pour les personnes plus âgées qui n’ont pas de moyen de se déplacer. C’est super comme concept !" conclut-elle, une fois sa manucure achevée.

00:00

00:00

Pour faire vivre la ruralité, Jean-François Leroux mise sur l'excellence

Pour faire vivre la ruralité, Jean-François Leroux mise sur l'excellence

A l'occasion de seconde journée spéciale "Territoires de Fraternité", à Troyes, RCF reçoit Jean-François Leroux, écrivain et historien, très engagé dans la valorisation du patrimoine local.

L'excellence est fondamentale

RCF a lancé vendredi sa seconde journée spéciale "Territoires de Fraternité". Quatre journées au total, pour proposer des clés de réflexion pour faire un choix éclairé, avant les prochaines élections présidentielles. Après Brest le 3 février dernier, RCF  passe toute la journée de ce vendredi à Troyes, autour de cette thématique "quel avenir pour les territoires ruraux ?"

A cette occasion, Thomas Pasquier, de RCF Aube-Haute Marne, a reçu Jean-François Leroux, écrivain et historien. Ancien maire de Bar-sur-Aube, entre 2001 et 2008, il est le fondateur et président de l'association Renaissance de l'Abbaye de Clairvaux. Jean-François Ledoux a passé sa vie entre Clairvaux et Bar-sur-Aube, afin de défendre la valorisation du patrimoine local.

Jean-François Leroux est un acteur engagé pour la survie du territoire local. Il est un témoin privilégié du déclin de ce territoire, représentatif du monde rural en France. Mais pour faire vivre les campagnes dans les prochaines années, il ne manque pas d’idées. "L’excellence est vraisemblablement un élément fondamental pour survivre. Qu’il s’agisse du domaine agricole, industriel, touristique. La ruralité a une certaine chance. La plupart des habitants deviennent des urbains et la nostalgie de la ruralité est une vraie opportunité dans les zones rurales. Mais faut-il encore y découvrir des lieux d’excellence. Comme à Clairvaux par exemple" explique-t-il.

 

"Les maires se défoncent pour leur territoire"

Pour redynamiser les territoires ruraux, il faudra compter à la fois sur les habitants, et sur leurs élus. "On ne peut rien faire sans les habitants. Cela dit, ce n’est pas suffisant. Les habitants des zones rurales ne pourront aboutir que s’ils sont aidés. Encore faut-il ne pas aider n’importe comment. Les élus peuvent aider, le mécénat, les associations. Il n’en reste pas moins vrai que c’est une politique d’aménagement rural encouragée par le pouvoir local. Les maires qui en général adorent leur territoire se défoncent pour ces derniers. Ils ont une bonne reconnaissance des populations. Mais il faut que l‘Etat et les ministères viennent aider les élus locaux et les initiatives locales à être professionnelles, pour tirer vers l’excellence" ajoute l’ancien maire de Bar-sur-Aube.

Pour ce spécialiste de la ruralité, "il faut revenir à des politiques du territoire rural, telles que le Moyen-Age les connaissait. Ce sont des politiques extraordinairement structurées, pensées, fabriquées par un pouvoir qui n’hésitait pas à organiser les choses pour que le territoire vive dans sa plénitude" . De là à créer un ministère de la ruralité. "La ruralité est présente dans tous les ministères. Mais la coordination des ministères sur la ruralité serait peut-être meilleure s’il y avait un organisme, voire un ministère qui encadrerait cela" précise-t-il.

 

L'égalité entre les populations rurales et urbaines

"Dans les zones rurales négligées par les flux modernes, moins il y a d’habitants, plus ils sont intéressants" a un jour écrit Jean-François Leroux. "Je faisais allusion à une réflexion de Claude Levi-Strauss, qui avait une maison en Haute-Marne, et qui avait un jour eu une réflexion sur l’adéquation qui doit exister entre le niveau de population et un territoire. On ne peut pas imaginer que du jour au lendemain, on injecte dans des territoires des populations nouvelles pour combler les villages et les maisons vides. Il y a une vraie politique d’aménagement du territoire à mener" relate Jean-François Leroux.

Pour ce dernier, "il faut accepter que la majorité de la population mondiale soit urbaine, et que la population rurale soit moins importante. Sans pour autant mettre de côté l’égalité dont doivent bénéficier les populations rurales, notamment sur l’accès aux soins etc. S’il n’y a pas de services d’urgence dans la ruralité, cela veut dire que les ruraux ne sont pas égaux. Même chose pour le réseau Internet."

 

L'Aube Haute-Marne, un territoire rural plein de ressources

L'Aube Haute-Marne, un territoire rural plein de ressources

À l'heure où le modèle dominant reste le mode de vie urbain, il est plus que jamais nécessaire de valoriser les initiatives positives qui redynamisent les territoires ruraux.

Comment faire pour que les territoires ruraux restent ou redeviennent attractifs? Dans une société où le mode de vie dominant est l'urbain, les habitants du monde rural sont inquiets face à l'avenir. "Tous les phénomènes de regroupement de région et de métropolisation posent des questions sur l'avenir du monde rural et notamment de la possiblité pour les citoyens qui y habitent de vraiment décider", témoigne Brieuc Guinard, président du MRJC. A la veille de l'ouverture du salon de l'Agriculture, et alors que le premier tour des élections présidentielles approche, Gaëlle Henry et Anne Kerléo se penchent sur une question au cœur de l'actualité.
 

Le monde rural, un monde où on s'engage

"Le monde rural, c'est un monde où on s'engage pour que vive un village", témoigne Sr. Dominique Sabas. Si depuis novembre 2016, la religieuse est installée à Troyes elle reste nostalgique du temps où elle habitait dans de petites communes des alentours. Nostalgique de ces rencontres - au marché, dans la rue - où des liens se créent. Pour elle, le monde rural est un lieu où "la qualité de vie", alliée à la possibilité de s'investir au service de la communauté, permet de "donner un sens à sa vie". "C'est un monde qui fait grandir."

"En ruralité, tu vas faire tes courses, on te dit bonjour, tout le monde se connaît", explique Didier Leprince. Le maire de Fontvannes évoque là "le fait d'exister, qui a toute son importance dans notre pays". Pour que la vie en milieu rural soit agréable et conviviale, il faut tout de même des services, ce que souligne Pierre-Eric Jolly.
 

TERRITOIRES DE FRATERNITÉ - Vendredi 24 février, journée spéciale en direct de Troyes

 

"C'est peut-être aujourd'hui dans le rural, là où on croit qu'on ne peut plus rien faire, qu'il y a des solutions!"

 

La jeunesse et l'avenir des territoires ruraux

A l'approche des élections justement, Brieuc Guinard lance un appel aux candidats. "Qu'ils prennent le remps de regarder toutes les initiatives porteuses de sens, d'avenir et d'espoir qui se font dans le milieu rural. Et qu'ils s'appuient dessus pour développer une économie plus localisée, une agriculture plus localisée aussi."

Présent dans une cinquantaine de départements, le MRJC est particulièrement dynamique dans la région de Troyes. Il réunit des jeunes âgés de 13 à 30 ans issus de tous horizons et attachés à leur territoires ruraux. Des jeunes qui s'emparent de la vie politique. Ils se sont lancés dans un programme, "Oser agir et transformer la société pour 2014-2021", pour proposer des solutions. "C'est peut-être aujourd'hui dans le rural, là où on croit qu'on ne peut plus rien faire, qu'il y a des solutions!"
 

"À partir du moment où les gens se parlent, des choses peuvent se construire pour que le lieu revive à nouveau."

 

redonner de la vitalité aux territoires ruraux

On n'imagine pas toujours l'impact que peut avoir l'installation d'un bar dans un village. À Jessains, village de 200 habitants, le dernier commerce avait fermé il y a cinq ans. Un ancien électricien, Franck Bourlier, a mis toutes ces économies dans son bar, ouvert en janvier 2017. "Le Bar Du Coin" fait aussi épicerie et dépôt de pain. "C'est inespéré, témoigne un client, on était obligés de faire 15 km pour se retrouver tous, on espère que ça va durer longtemps!" Pour Franck Bourlier, le bar constitue "un repère" pour des "jeunes qui ne savent pas toujours quoi faire".

"Ce qu'on a remarqué sur les territoires, c'est que le vivre ensemble il a du sens dans le faire ensemble." Que ce soit un commerce qui s'ouvre, un bar, cela renforce la convivialité. Comme le constate Brieux Guinard, "à partir du moment où les gens se parlent, des choses peuvent se construire, des actions peuvent se mettre en place pour que le lieu revive à nouveau."
 

 

Cohons, un village qui se bouge!

Cohons, un village qui se bouge!

Comment attirer des touristes dans un petit village de moins de 300 habitants ? Illustration à Cohons en Haute-Marne

Réhabilitation de "jardins remarquables", chantier d'insertion, championnat du monde de courses d'escargot, autant d'initiatives mises en place par Sylvie Baudot et son équipe municipale. Dans le cadre de la Journée spéciale RCF/Pelerin "Territoires de Fraternité", Gaëlle Henry de RCF Toyes a rencontré une maire dynamique et motivée.

A suivre aussi:

Le Carême, ça peut se vivre aussi sur Internet. Des pistes avec Valérie Anne-Maitre dans les "Bonnes ondes du Web". 
Comment est née la chanson "Le petit Bonheur" de Félix Leclerc ? Michèle Delaunay nous en retrace l'origine. 
Dans Papotages, on reprend le chemin de l’école, entre hier et aujourd’hui. 

Et comme tous les Vendredis, le Petit Journal des Bonnes nouvelles de la semaine !
 

Construire sa vie à la campagne, une utopie?

Construire sa vie à la campagne, une utopie?

Pauline de Torsiac et Gaëlle Henry animent une émission en direct et en public de l’Ecole supérieure de commerce de Troyes.

Désertification, isolement... Construire sa vie à la campagne relève parfois du défi. Certains pourtant font le choix de vivre loin de la ville. Pour d'autres cela semble inconcevable. Qu'est-ce qui attire la jeunesse dans les territoires ruraux? Qu'est-ce qui la repousse? La vie en milieu rural est-elle une vocation? De quelle manière les pouvoirs publics prennent-il en compte ces choix de vie? Comment accompagner ces jeunes dans leurs projets?
 

TERRITOIRES DE FRATERNITÉ - Vendredi 24 février, journée spéciale en direct de Troyes

 

 

 

Le monde rural entre doutes et espoirs

Le monde rural entre doutes et espoirs

Une émission en partenariat avec l'hebdomadaire Pélerin pour faire le point sur les réussites, mais également les difficultés des territoires ruraux.

Dans un monde rural en pleine mutation, quel avenir possible ? Quelles solutions pour lutter contre le départ des populations vers les villes ? Quelles pistes d’activités nouvelles pour faire vivre une économie dans l’espace rural ? Quels liens nouveaux tisser avec les villes ? Autant de questions qu’a exploré cette émission, avec des acteurs de la vie politique et économique et sociale des territoires de l’Aube et de la Haute-Marne.

 

Territoires de Fraternité | JOURNÉE SPÉCIALE Quel avenir pour les territoires ruraux? en direct de Troyes

 

Les opportunités des territoires ruraux

Les territoires ruraux, loin des idées reçues, peuvent être porteurs de véritables opportunités économiques notamment. Quoi qu'en en pense, l'emploi existe en milieu rural. C'est ce qu'explique Laure Clerget, chef d'entreprise dans le département. Elle ajoute que beaucoup d’entreprises en ruralité. La première difficulté pour elle, c'est de devoir s’intégrer dans les réseaux locaux.

Philippe Adnot, président du département, explique quant à lui qu'il faut veiller à ce que tous les territoires se développent, au sein du département. Une vraie nécessité pour les élus de terrain, précise le sénateur. Rebondissant sur le sujet de l'entrepreneuriat, Philippe Adnot reconnait que pour que les entreprises s'installent en ruralité, il faut évidemment les accompagner. Pour le président du département, cette collectivité particulière pense avant tout à ses habitants, à la différence de collectivités plus importantes, qui sont obligées de penser globalement.

Il rappelle également l'importance de valoriser la particularité et richesse du territoire. Prenant l'exemple de l'Aube, il rappelle que ce département dispose d'un patrimoine et d'une histoire unique. L’Aube est par exemple le département-capitale du vitrail. Deux cent églises disposent de vitraux classés.

 

Un besoin évident de services

Pour qu'un territoire rural soit attractif, il faut qu'il puisse offrir un minimum de services. Internet, cantines, écoles, transports, santé, services à la personne. Les sujets sont nombreux, les absences d'évolution aussi. Elsa Brulez, agricultrice, explique notamment qu'avec une meilleure connexion Internet, elle ferait connaître plus facilement le fruit de son activité. Un problème soulevé également par Laure Clerget. 

Un spectateur de l'émission soulève également la question de l'accès aux soins. Les territoires ruraux manquent crucialement de médecins généralistes, c'est ce qu'on appelle les déserts médicaux. Et l'absence de maisons médicale ne vas pas régler le problème. Pour Philippe Avnot, les maisons médicales ne peuvent remplacer les médecins de campagne. Il préfère pointer du doigt l'absence de conditions d'installation des généralistes. 

Durant l'émission, c'est la question des transports qui a également été soulevée. Le problème d'accessibilité , qu'il s'agisse des personnes âgées, ou des stagiaires pour les entreprises, est un fait majeur. L'absence de covoiturage dans certaines zones plus ou moins isolées, et les difficultés des transports en commun n'améliorent évidemment pas l'attractivité du territoire.

 

Une agriculture diversifiée

Elsa Brulez, agricultrice céréalière qui fabrique des pâtes sèches dans sa ferme, met particulièrement l'accent sur l'agriculture diversifiée et les circuits courts. Elle explique que les agriculteurs de la zone s'organisent en petites fermes. Quant à Elsa, elle produit plusieurs céréales en agriculture biologique. Elle veut répondre à un véritable besoin alimentaire au niveau local, en circuit court. Pour cette agricultrice, la diversification agricole représente une réelle voie de développement pour les territoires ruraux.

Une agriculture loin des élevages et des productions intensives, qui fonctionnent grâce au territoire et pour le territoire. Forte de son activité, débutée récemment, et qui fonctionne, Elsa Brulez veut faire connaître son activité à la population locale. Régulièrement, des événements sont organisés autour de l’agriculture, afin de faire découvrir le patrimoine agricole aux habitants du département.

Une émission qui témoigne de la vitalité d'un territoire local, qui bénéficie de l'énergie de ses acteurs locaux, qu'ils soient élus, ou membres de la société civile. Une vitalité qui ne peut fonctionner que si membres du secteur public et du secteur privé travaillent de concert, afin de relever les défis. C'est sans doute cela, la vraie conclusion de cette journée spéciale.

 

 

Les dossiers RCF