Quel islam pour la France?

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Temps de le dire

mardi 26 janvier 2016 à 9h03

Durée émission : 55 min

Le Temps de le dire

© JOEL SAGET AFP

Une question de plus en plus présente dans le débat public, qui plus est après les attentats qui ont marqué le pays récemment, et dont les auteurs se revendiquaient de cette religion.

L’islam est aujourd’hui la deuxième religion de notre pays. A l’échelle nationale, les musulmans restent moins nombreux que les chrétiens mais dans certaines communes, et particulièrement dans certains quartiers pauvres de nos banlieues, la présence de l’islam est de plus en plus marquée. Et pour beaucoup, cette visibilité de l’islam pose question : le voile, la nourriture halal, le statut de la femme, la construction de mosquées. Tout cela interroge. Peut-on vivre ensemble sous le drapeau républicain avec des référents culturels aussi différents ? L’islam est-il compatible avec les valeurs de la France ?

Pour Pierre Manent, en ce qui concerne l’islam, "la méfiance est là". "Elle installe les groupes dans une séparation dont ils ne savent comment sortir. Or pour surmonter cette séparation, il ne suffit pas d’être tolérant les uns avec les autres, il faut produire des vies communes, une amitié civique" ajoute le philosophe.

Une question d’autant plus aiguë que notre pays vient de subir des attentats terrifiants par des tueurs qui se revendiquaient de l’islam. Pourtant, de plus en plus de Français de confession musulmane accèdent à des postes à responsabilité, devenant enseignant, chercheur, journaliste, chef d’entreprise, médecin. Beaucoup d’entre eux s’engagent dans la vie citoyenne, le milieu syndical, associatif, politique. Et beaucoup de ces Français de confession musulmane voudraient être considérés comme des Français comme les autres et que l’on ne fasse plus de leur religion un prétexte pour les stigmatiser.

Pour Mohamed Bajrafil, qui revendique d’être 100 % français et 100 % musulman, "le monde est aujourd’hui dans une mutation qu’il n’a jamais connu autrefois. Les racistes de tout poil comme les intégristes de tout poil, quel que soit leur bord, sentent que tout est en train de leur échapper. Ils essaient de tout faire du coup pour que ce qui est une réalité indéniable soit considéré comme quelque chose d’inacceptable". Cet imam ajoute "le monde est tellement globalisé qu’un tiers de la communauté musulmane du monde vit dans des pays qui ne sont pas majoritairement musulmans. Et ces gens-là ne vont jamais retourner en "Musulmanie", qui n’existe pas. A partir de là, les Français musulmans sont à la fois français, et musulmans. Point à la ligne".

Depuis quelques jours une polémique se développe autour de la laïcité avec d’un côté ceux qui veulent en faire un outil contre les religions, et ceux pour qui elle est d’abord un formidable outil pour vivre ensemble. Quelles seraient alors les conditions nécessaires pour faire émerger dans notre pays un islam à l’aise dans ses baskets républicaines ?  Pour Mourad Latrech, "la diversité est une valeur à laquelle on tient particulièrement, en France et dans le monde. C’est ce qui peut marquer cet islam de France".

Invités

  • Pierre Manent , Philosopge, enseignant à l'EHESS

  • Mourad Latrech , Journaliste, confondateur de SaphirNews et de SalamNews

  • Mohamed Bajrafil , Universitaire, Imam,

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours du lundi au vendredi, à partir du lundi 4 septembre 2017

La grande émission interactive pour aborder tous les sujets de société, qui font l'actualité. Antoine Bellier reçoit ses invités pour réfléchir, approfondir, apprendre et donner du sens à tous les sujets du moment. Posez vos questions ou témoignez en direct pendant l’émission 04 72 38 20 23 ou par mail à l'adresse letempsdeledire[arobase]rcf.fr.

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.