Réfugiés: sortir de l'impasse

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Temps de le dire

jeudi 8 juin 2017 à 9h03

Durée émission : 55 min

Le Temps de le dire

© Jan SCHMIDT-WHITLEY/CIRIC - 25 novembre 2016: Migrants, centre humanitaire de la Chapelle à Paris

Le débat sur l'accueil des migrants est si tendu aujourd'hui qu'on n'ose pas toucher à la Convention de Genève. Le texte de 1951 est pourtant inadapté à la situation actuelle.

Ces dernières années, dans Le Temps de le Dire, il n'est pas un trimestre sans que l'on aborde la question des migrants. Certains parmi nos auditeurs s'en plaignent, d'autres s'inquiètent de la difficulté d'accueillir dignement ces personnes qui ont souvent traversé l'enfer avant d'arriver en France. D'autres enfin témoignent de leur engagement dans l'accompagnement de ces personnes.
 

Aujourd'hui, les raisons qui poussent une personne à fuir son pays sont multiples

 

Calais, huit mois après

Or, depuis le démantèlement du camp de Calais, en octobre dernier, la situation ne s'est pas améliorée, loin s'en faut. Les associations continuent de dénoncer le harcèlement dont elles font l'objet de la part des forces de l'ordre. Et Gérard Collomb vient d'annoncer, le 6 juin dernier, l'envoi de plus de 150 policiers et gendarmes à Calais.

Dans ce contexte, la revue Projet publie son dossier de juin "Réfugiés: sortir de l'impasse". Un dossier pour nous permettre de rester au plus près du terrain. De ce que vivent les migrants et ceux qui leur viennent en aide.
 

Réfugiés: sortir de l'impasse - Pour toute personne en danger dans son pays, l'hospitalité était devenue un droit. Mais notre civilisation régresse. La France et l'Europe trient, chassent, rejettent bon nombre de celles et ceux qui frappent à leurs portes. Dans un sursaut d'humanité, des citoyens, des associations prennent le relai. Jusqu'à quand?
> Lire le dossier de la revue Projet

 

Ce qui est sûr, c'est qu'à Calais, comme au Cedre (Centre d’entraide pour les demandeurs d’asile et les réfugiés, dans le XIXè arrondissement de Paris, les réfugiés sont fatigués. "Ils ont subi des menaces, des violences, dans leur pays et aussi dans le voyage qu'ils ont entrepris pour arriver jusque là", explique Julien Fromanger. Une fois arrivés, reste l'attente et le labyrinthe administratif pour obtenir le statut de réfugié.

 



 

Fuir une persécution, être privé de droits

Réfugié. "Même ce statut protecteur n'est plus respecté", déplore Jean Merckaert. La période durant laquelle le migrant est privé de droits est "antagonique avec le socle de valeurs de l'Europe et de la France". Avec la Convention de Genève, la communauté internationale s'accordait pourtant sur le droit d'une personne à être accueillie dans un autre pays, en cas de persécution.
 

Dans le contexte actuel, réviser la Convention pourrait aboutir à un texte encore moins favorable pour les migrants

 

réviser la convention de Genève

La Convention de 1951 relative au statut des réfugiés est aujourd'hui "un instrument inadapté", selon François Gemenne. Car la situation est bien plus complexe qu'en 1951. Et les raisons qui poussent une personne à fuir son pays sont multiples - économiques, politiques, sociales ou climatiques. Ainsi la frontière entre migration forcée ou volontaire est-elle de plus en plus floue.

Aujourd'hui, le débat sur la question des migrants est très tendu. Trop tendu même. Si bien que réviser la Convention pourrait aboutir à un texte encore moins favorable pour les migrants.

 

Invités

  • Jean Merckaert , rédacteur en chef de la revue Projet

  • François Gemenne , politologue, spécialiste des migrations environnementales, enseignant-chercheur à l'université de l'Université de Liège et à l'Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, expert associé au Centre d'études et de recherches internationales (CERI)

  • Julien Fromanger , membre du Centre d’entraide pour les demandeurs d’asile et les réfugiés (Cedre)

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours du lundi au vendredi à 9h03

La grande émission interactive pour aborder tous les sujets de société, qui font l'actualité. Antoine Bellier reçoit ses invités pour réfléchir, approfondir, apprendre et donner du sens à tous les sujets du moment. Posez vos questions ou témoignez en direct pendant l’émission 04 72 38 20 23 ou par mail à l'adresse letempsdeledire[arobase]rcf.fr.

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.