25 ans aprés le génocide, le dernier Tutsi temoigne

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

samedi 17 août à 8h10

Durée émission : 15 min

25 ans aprés le génocide, le dernier Tutsi temoigne

© RCF

​Charles Habonimana avait à peine douze ans quand le génocide des Tutsis a éclaté au Rwanda. Dans son village, il a vu ce qu’aucun enfant ne devrait jamais voir.

"J'ai demandé à ce qu'on me tue à coup de machette"

"C’est la pire chose que j’ai jamais vue, ni rêvée" explique celui qui a été choisi pour être le dernier Tutsi. "Sur nos collines, le 24 avril 1994, cela faisait déjà une dizaine de jours que le génocide avait été déclenché. J’étais avec les dix membres de ma famille : mon père, ma mère, et huit enfants. Ils nous ont trouvés, et ils ont décidé de tuer tout le monde. Arrivé sur la colline où ils nous amenaient, ils ont tué mon père devant mes yeux, mon oncle, et moi, j’ai demandé qu’on me tue à coup de machette au lieu du marteau à bois. Ce sont eux qui ont décidé de me laisser, et de me réserver quand tous les Tutsis auraient été exterminés" explique-t-il.

Charles Habonimana est persuadé qu’il est encore en vie aujourd’hui grâce à Dieu. "Je suis un croyant depuis toujours. J’ai survécu jusqu’à ce que l’armée du FPR arrive fin juin. Ils m’ont sauvé, mais j’ai fui comme les autres" ajoute-t-il. Aujourd’hui encore, il n’a rien oublié de ce qui s’est passé. "Le cerveau d’un enfant de 12 ans ne peut pas effacer ce qui se passe, surtout de grands événements comme ça. Ce qui m’étonne encore, c’est comment les gens se sont transformés en diables. C’était des amis" précise-t-il.
 

"Il y a des responsabilités politiques"

Dans son ouvrage, "Moi, le dernier Tutsi" (éd. Plon), Charles Habonimana explique que les enfants ont à la fois été les principales victimes du génocide, mais également les plus nombreux à s’en sortir. "Plus de 60% de la population rwandaise a moins de 30 ans. Les enfants sont nombreux. Ils avaient été ciblés dans ce génocide. Mais puisqu’ils sont petits, ils ont aussi pu échapper n’importe comment. Ils se sont cachés dans des milieux impossibles. Cela nous a permis de survivre" explique-t-il.

Sur son expérience, et aujourd’hui sur son témoignage, Charles Habonimana estime qu’il faut assumer. "Il y a des responsabilités collectives, des responsabilités politiques. Il y a eu du laisser-faire. Quarante ans après, le monde dit "plus jamais". Mais le "plus jamais" n’existe pas. Quand je vois la France, son silence absolu dans cette histoire, j’appelle le peuple à parler. Il y a eu un génocide de plus d’un million de morts, avec une complicité française. Nous devons assumer les responsabilités" lance-t-il.
 

"C'est horrible, mais c'est mon histoire"

Ecrire ce livre n’a évidemment pas été chose facile, mais cela a renforcé son auteur. "Quand je témoignais avant, je ne mettais pas de détails. Il y a des choses sur lesquelles je passais. Je ne voulais pas les voir dans mes yeux. L’écriture de ce livre m’a renforcé. J’évoque des choses impossibles à dire. Certaines personnes me disent qu’ils n’arrivent pas à passer la page 40. C’est horrible, mais c’est mon histoire" confie Charles Habonimana.

Aujourd’hui dans son village, les rescapés vivent avec leurs bourreaux. Une chose difficile à entendre. "C’est possible car c’est un choix. Les gens  sont sortis de prison, ils ont purgé leur peine. On vit ensemble, comme toujours. Mais il y a un peu d’écart. C’est un choix de réconciliation. On ne peut pas diviser un pays en deux, il faut toujours vivre ensemble, même si on sent une peine. C’est  comme ça. On parle de pardon, de choix, et de tolérance. On ne peut pas se venger" conclut-il.

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Stéphanie Gallet reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.