A 85 %, les maltraitances d'enfants ont lieu dans des familles

Présentée par , ,

S'abonner à l'émission

3 questions à

vendredi 2 mars à 6h41

Durée émission : 4 min

A 85 %, les maltraitances d'enfants ont lieu dans des familles

© Pixabay

​Vendredi 2 mars est la journée internationale de mobilisation contre les violences faites aux enfants.

A cette occasion, la Direction générale de la cohésion sociale organise une rencontre à destination de l’ensemble des acteurs concernés afin de faire un point d’étape sur le plan interministériel. Un récent sondage Harris pour l’association L’enfant bleu révèle que 22 % des adultes interrogés disent avoir subi une maltraitance lourde dans leur enfance, dont pour 16 % une agression sexuelle. Deux-tiers des victimes étant des filles.

Quand on parle de maltraitance, qu’est-ce-qu’on entend derrière ce terme ?

"Ce sont les maltraitances physiques, psychologiques, et sexuelles. Et certaines maltraitances qui ne sont pas forcément volontaires comme le manque d’attention apportée à un enfant, ce sont souvent des personnes qui ont besoin d’être aidées plus qu’autre chose" explique Michel Martzloff, secrétaire général de L’enfant bleu.

Dans quel cadre se déroulent ces maltraitances ?

"A 85 %, ce sont des maltraitances qui ont lieu dans les familles. C’est d’ailleurs le problème, puisqu’ayant lieu dans les familles, c’est extrêmement difficile de trouver une voix à l’extérieur qui va vous accompagner et vous aider. L’école est probablement le lieu privilégié où un enfant peut parler à quelqu’un de confiance, à son professeur, même à la dame de cantine" ajoute Michel Martzloff.

Est-ce-que l’école et les réseaux sociaux ne sont pas des lieux où s’expriment ces violences ?

"Bien sûr. Cela arrive. Malgré le plan extrêmement positif qu’ont développé le ministre de la Justice et le ministre de l’Education nationale qui préconisait de passer au crible les casiers judiciaires des enseignants. Nous demandons à ce que ce système d’examen des casiers judiciaires soit étendu à tous les professionnels qui sont au contact avec les enfants" précise secrétaire général de L’enfant bleu.

Dans le milieu familial, qu’est-ce-qu’ont mis en place les pouvoirs publics ? Que faudrait-il ajouter pour réduire le nombre de ses personnes victimes ?

"Ce qui marche, c’est tout le maillage de protection de l’enfance qui fait que dès qu’une situation est identifiée, les choses fonctionnent bien en France. Sous forme de signalement ou d’informations. Le problème se passe au niveau des enfants qui n’ont pas été repérés. Les gens ne connaissent pas les ressources qui sont mises à leur disposition. On se rend compte qu’on ne recourt pas aux interlocuteurs institutionnels. Seulement 6 % des gens appellent la police, 9 % les services sociaux, et 3 % le 119, qui devrait être la ressource principale quand on a une suspicion de maltraitance. Les gens cherchent majoritairement à trouver une solution avec l’entourage. Vouloir résoudre soi-même le problème n’est pas la bonne solution"  conclut Michel Martzloff.

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 06h41 et 07h40

Tous les jours dans La Matinale RCF, un fait d'actualité mis en lumière et expliqué en trois questions.

Les présentateurs

Pauline de Torsiac

Florence Gault

Journaliste à RCF depuis 2005, Florence a d’abord travaillé à RCF Méditerranée, à Toulon pendant six ans, avant de rejoindre la rédaction nationale. Globe-trotter dans l’âme, elle aime partir à la rencontre de l’autre. Ce qu’elle préfère à la radio: jouer avec les sons pour vous raconter des tas d’histoires!

Christian Vadon

Journaliste à RCF depuis près de 25 ans, Christian a touché à tout: présentateur de journaux, auteur de reportages, réalisateur d’émissions, il a même commis des magazines pour les enfants et pour les femmes ! Humble coureur de trail, il aime développer sur la durée sa passion d’une information qui fasse sens, d’où sa longévité à RCF.