Aide alimentaire et couverture à Baghouz

Présentée par

S'abonner à l'émission

L'image de la semaine

vendredi 6 septembre à 8h52

Durée émission : 3 min

Aide alimentaire et couverture à Baghouz

© Pendant la dernière bataille à Baghouz, des femmes de djhadistes reçoivent aide alimentaire et couvertures d’une ONG chrétienne américaine, les Free Burma Rangers. Syrie, mars 2019. © Patrick Chauvel

Une image de Patrick Chauvel pour découvrir l'envers du conflit syrien

UNE PHOTO DE PATRICK CHAUVEL EXPOSEE AU FESTIVAL DE PHOTOJOURNALISME DE PERPIGNAN, PRISE CETTE ANNEE EN SYRIE
 

Comment parler de photo d’actu en septembre, sans parler de ce grand festival : Visa pour l'image ? Depuis 30 ans, la ville de Perpignan expose ce qui se fait de mieux en matière de photojournalisme. Un portrait souvent dur de la planète, où on passe de conflit en conflit, de scènes de dévastation en situations humaines terribles.

Mais au milieu du chaos, c’est cette photo du reporter français Patrick Chauvel qui a particulièrement attiré mon regard.

Ce qui saute aux yeux c’est d’abord une grande couverture aux couleurs chatoyantes : rouge, rose, jaune. On y perçoit des motifs moyen-orientaux, des fleurs, des arabesques. Elle est jetée dans les airs par une jeune fille. Et elle semble danser dans le ciel. Dans son froissé, dans ses contours, on devine le mouvement. C’est joyeux, élégant. Et puis dans la moitié inférieure de l’image, on a des femmes habillées de noir, voilée de la tête au pied, serrées les unes contre les autres, les mains tendues. Elles nous tournent le dos et sont toutes dressées vers la couverture, vers la jeune fille surélevée. Quelques enfants sont tassés derrière elles. C’est triste et déprimant.
 

ON EST SYRIE, PENDANT LES DERNIERES BATAILLES CONTRE DAECH, DANS LEUR BASTION DE BAGHOUZ, EN MARS DERNIER

 
L’armée américaine était en train de bombarder ce petit coin de Syrie
. Ca a duré un mois. Et cette image incongrue – une couverture légère qui vole au dessus d’une masse de femmes – témoigne d’une situation elle-aussi incongrue. C’est une ONG américaine, les Free Burma rangers, créée par un prêcheur chrétien, qui est là pour distribuer des bouteilles d’eaux et des couvertures. C’est la seule ONG qui était là-bas, tant la situation était dangereuse et la population à sauver réduite aux seules familles de djihadistes. C’était un peu dingue.

 
UNE SEULE ONG MAIS AUSSI UN SEUL PHOTOGRAPHE…

Et pas n’importe lequel. Patrick Chauvel est la figure du baroudeur. Il a 70 ans et il a parcouru le monde en guerre. Le Vietnam, quand s’affrontaient Américains, Viet Cong et Viet Minh. Il avait 18 ans et l’envie d’être là, pour voir s’il était « courageux, résistant, et invincible », dit-il. Il a été blessé par un éclat d’obus au Liban, blessé par balles en Iran, plus tard au Panama. Il a vite compris qu’il était courageux. Mais il a compris aussi que c’était un métier exigeant, qu’il avait une responsabilité. Il a alors choisi ses cadres, ses images. Pour leur donner du sens, nous aider à comprendre. Comme ici, il nous dévoile un autre aspect du conflit syrien.

 
Faut-il aller voir CETTE RETROSPECTIVE, CES 50 ANS D’IMAGES DE GUERRE ?

Ah c’est difficile. Patrick Chauvel le dit lui-même dans une récente interview. Les photos au mur, entre un verre de rosé en terrasse et une balade dans les rues de la ville, c’est compliqué. Lui dit que ça le met « mal à l’aise ». Mais c’est une œuvre immense. Rarement exposée. Donc oui, il faut y aller. Et pour ceux qui ne sont pas dans la région, Patrick Chauvel offre ses milliers de photos au Mémorial de Caen. On annonce déjà un film et un livre. Cela permettra de se poser, de prendre le temps, de lire, de voir. Et pourquoi pas de comprendre… 
 

Les dernières émissions

L'émission

Le vendredi à 8h52 et 15h15

Chaque vendredi dans la Matinale RCF, David Groison commente une photo de presse.

Le présentateur

David Groison

David Groison est rédacteur en chef du magazine Phosphore, édité par Bayard et destiné aux 14-19 ans. Il est également directeur des titres ados du groupe (Okapi, I love English) Il est enfin l'auteur de plusieurs ouvrages sur la photo chez Actes Sud Junior (Prises de vue, l'histoire vraie des grandes photos). Le matin, il a toujours une petite goutte de sueur au front : été comme hiver, il vient au studio à vélo. @DavidGroison