Algérie: pour Pierre Vermeren, "la Constitution actuelle n'est pas démocratique"

Présentée par PR-19013

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

vendredi 21 février à 8h10

Durée émission : 12 min

Le Grand Invité

© RYAD KRAMDI AFP

Il y a un an débutait le mouvement de contestation citoyenne en Algérie, le Hirak, qui avait conduit Abdelaziz Bouteflika à démissionner.

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

L'Etat, le bien le plus précieux de la nation algérienne

Tout ça pour rien ? Malgré les demandes des manifestants d’un changement radical en matière de politique intérieure, c’est finalement un homme du sérail, Abdelmadjid Tebboune qui a été élu président le 12 décembre dernier à l’issue d’un scrutin boudé par une majorité d’Algériens. Un an après le début du Hirak, qu’en est-il des espoirs de changement rêvés par des citoyens excédés par les conséquences de la corruption et du clientélisme sur la santé de leurs pays ?

"L’État algérien est considéré par les autorités comme l’objet d’une conquête suite à la guerre d’indépendance, et donc comme le bien le plus précieux de la nation algérienne. Tout ce qui attente à la stabilité de cet État est presque considéré comme un mal absolu. Durant les années 90, pendant la guerre civile, l’État ne s’est pas effondré. En revanche il a été menacé. Au nom de sa défense et de sa stabilité, une guerre impitoyable a été menée aux islamistes. Aujourd’hui, l’État et la population aussi se félicitent de ne pas être tombé dans ce trou noir" explique Pierre Vermeren, professeur d’histoire contemporaine à Paris 1 Panthéon Sorbonne, spécialiste du Maghreb, auteur de "Déni Français" (éd. Albin Michel), au sujet du Hirak.
 

Le Hirak, un mouvement d'une grande maturité

Ce mouvement populaire a, il faut le rappeler, néanmoins fait preuve d’une grande maturité. Une maturité dictée par l’histoire pour Pierre Vermeren. "Il faut se rappeler que les années 90 en Algérie ont laissé un profond traumatisme dans la population. On s’était étonné que les Algériens ne bougent pas pendant le Printemps arabe. En réalité ils restaient traumatisés par ce qu’ils avaient vécu. On est reparti sur des bases nouvelles. Il y a une euphémisation. De fait, il n’y a pas eu de violences" ajoute le spécialiste.

Le président actuel, Abdelmadjid Tebboune, n’est en effet pas critique envers le Hirak. Il faut dire qu’il n’avait aucune chance d’accéder au pouvoir, sans ces circonstances particulières. Le chef de l’Etat algérien cherche aussi sans doute à reprendre le Hirak à son compte. Mais c’est un dialogue de sourds. "D’un côté les manifestants demandent un État de droit, une nouvelle Constitution, des élections libres. Et de l’autre côté Tebboune affirme que tout a été obtenu avec le départ de Bouteflika et la mise en prison des principaux chefs mafieux" lance Pierre Vermeren.
 

Une Constitution anti-démocratique

Le président Tebboune a même promis une réforme constitutionnelle avant l’été. La société civile devrait même être mise à contribution. Pendant un long moment, la Constitution n’a plus été respectée. Aujourd’hui cela a changé. Mais, rappelle Pierre Vermeren, "la Constitution actuelle n’est pas démocratique. La vraie question est de savoir si les Algériens vont pouvoir choisir leurs députés, si les partis politiques qui sont à terre aujourd’hui vont pouvoir se reconstruire".

Cet embryon d’évolution ne se sera pas fait néanmoins sans heurts. Provocations policières, arrestations arbitraires... On estime à 150 le nombre de participants au Hirak encore en prison, et à un millier le nombre de citoyens empêtrés dans des affaires judiciaires, jugés ou condamnés.
 

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Simon Marty reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Antoine Bellier

Journaliste à RCF depuis 2009, Antoine est passé par Le Mans et La Roche-sur-Yon, avant de rejoindre la rédaction nationale en septembre 2013. Curieux de l’actualité sous toutes ses formes, amateur de cinéma et de littérature, il lui arrive de passer du micro à la plume.