"Amazon veut être une entreprise globale", selon Benoît Berthelot

Présentée par PR-26531

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

mercredi 13 janvier à 8h10

Durée émission : 12 min

"Amazon veut être une entreprise globale", selon Benoît Berthelot

© Clara Gabillet

La plateforme de e-commerce, sous le feu des critiques des commerçants, a l'ambition d'élargir ses activités, pour devenir plus globale.

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

Elle est devenue la bête noire des commerçants français, en particulier pendant les confinements et les fermetures de magasins. La plateforme Amazon continue de fournir de nombreuses personnes en France en produits divers. Benoît Berthelot a enquêté sur ce système et a publié "Le monde selon Amazon, trois ans d'enquête dans les coulisses de la 'machine à vendre'" (éd. J'ai Lu).

Amazon a profité du confinement

L’entreprise américaine possède 22% des parts de marché du e-commerce français. "On a entendu cet appel à éviter d’acheter sur Amazon en particulier. Amazon a tiré partie de cette période-là en tablant sur les gens qui ne pouvaient pas aller dans certains commerces", affirme Benoît Berthelot. Pourtant, on estime qu’il y a la moitié des ménages français qui achètent au moins une fois par an sur le site, précise le journaliste. "Il n’est pas question de dire qu’il est mauvais en soi mais il faut que tous les commerçants puissent s’en saisir", ajoute-t-il.

Environ 10.000 petites et moyennes entreprises ont rejoint Amazon pour revendre leurs produits. Si cela leur permet de nombreuses ventes à l’arrivée, Benoït Berthelot tempère : "Ils entrent dans le système et doivent payer une commission sur chaque vente, payer les entrepôts pour le stockage. C’est un chiffre trompe-l’œil donné par Amazon, il n’évolue pas. On a montré dans des enquêtes que 55% des best sellers sont des produits chinois"

Le stockage de données, la première source de bénéfices d'Amazon

Amazon est souvent réduite comme une plateforme de e-commerce mais "c’est une entreprise beaucoup plus globale du numérique", selon Benoït Berthelot. L’entreprise possède notamment une filiale fondée sur le "cloud", des serveurs de stockage de données. Cette activité représente la première source des bénéfices d’Amazon et cela leur donne "un grand pouvoir". "C’est une entreprise qui veut être globale", ajoute-t-il.

Créé par le deuxième homme le plus riche au monde Jeff Bezos, Amazon a une ambition débordante. "Ils veulent devenir la première capitalisation boursière au monde. Pour ça, ils veulent utiliser la confiance que leur font leurs clients", analyse le journaliste. Cette volonté de développement se traduit par de nouvelles activités concernant la maison connectée ou la sécurité. 

Des profits très peu taxés

Ce qui provoque aussi parfois la colère à l’encontre d’Amazon, c’est l’impunité donc elle a pu bénéficier sur le plan fiscal. "Ils ont pu mettre en place une organisation avec un siège social au Luxembourg pour avoir des profits très peu taxés. Si vous arrivez à ne pas payer d’impôts c’est un avantage énorme", assure le journaliste. La commission européenne travaille sur cette question, pour "voir si ce ne sont pas des pratiques anticoncurrentielles"

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Simon Marty reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Simon Marty

Simon Marty présente la Matinale RCF.