Après la tuerie de Pittsburgh, les Etats-Unis face au défi de la haine sur Internet

Présentée par

S'abonner à l'émission

3 questions à

mardi 30 octobre 2018 à 6h41

Durée émission : 4 min

3 questions à

© JEFF SWENSEN GETTY IMAGES NORTH AMERICA AFP

La tuerie dans la synagogue de Pittsburg aux Etats-Unis a relancé le débat sur la violence verbale aux Etats-Unis depuis l’élection de Donald Trump.

Cette violence verbale que l’on peut voir poindre sur les réseaux sociaux se traduirait parfois en actes.
 

Cette tuerie de Pittsburg est-elle une forme de concrétisation d’une parole libérée en termes de racisme et d’antisémitisme aux Etats-Unis ?

"Oui c’est la grande question qui se pose aujourd’hui : la ligne étroite entre la violence politique et l’incitation à la violence politique. Il y a quelque chose de factuel. Dans les dix jours qui ont suivi l’élection de Donald Trump, il y a eu 500 actions racistes ou antisémites. Il y a un lien entre l’un et l’autre, sans dire que Donald Trump soit raciste ou antisémite. Dans les deux affaires qui nous intéressent, le poseur de bombes et le massacre dans la synagogue, il faut les dissocier. Dans le premier cas on a un adepte de Donald Trump, dans l’autre, on a un opposant à Donald Trump, néonazi" explique ​François Durpaire, historien spécialiste des Etats-Unis.
 

Cette mouvance néonazie suprémaciste blanche a toujours existé aux Etats-Unis. Là, il y a une forme de libération, de communication presque directe sur les réseaux sociaux.

"Ce nouveau champ de bataille numérique pose deux problèmes : un problème technologique à savoir comment traiter ces millions de menaces racistes quotidiennes sur la toile américaine, et un défi juridique. Il y a le premier amendement qui permet la liberté de tout dire. C’est ce double défi auquel sont confrontés les Américains dans un contexte tendu. Je rappelle que John Mc Cain s’était dissocié d’une partie de ses électeurs trop violents. Donald Trump, c’est plutôt l’inverse" ajoute François Durpaire.
 

Il souffle sur les braises ?

"Il faut quand même rappeler que Donald Trump et la droite n’ont pas le monopole de l’injure en politique. C’est également le parti démocrate et certaines personnalités progressistes qui doivent également s’interroger sur cela. Ce qui est sûr, c’est qu’au contact de Donald Trump, il y a une sorte de contamination de la parole politique, et c’est ce qui inquiète beaucoup d’Américains" conclut l'historien.

Les dernières émissions

L'émission

du lundi au vendredi à 7h40

Tous les jours dans La Matinale RCF, un fait d'actualité mis en lumière et expliqué en trois questions.

Le présentateur

Jean-Baptiste Labeur