"Au jour du Jugement, Tyr et Sidon et le pays de Sodome seront.." (Mt 11,20-24)

S'abonner à l'émission

Prière du matin

mardi 17 juillet à 5h45

Durée émission : 5 min

"Au jour du Jugement, Tyr et Sidon et le pays de Sodome seront.." (Mt 11,20-24)

© David Zawila UNSPLASH

"Au jour du Jugement, Tyr et Sidon et le pays de Sodome seront traités moins sévèrement que vous"

Méditation de l'évangile (Mt 11, 20-24) par le père Bernard Devert

Chant final: "Les justes ont crié (commun des martyrs)" par la schola des moines de l'Abbaye de Ligugé

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
    Jésus se mit à faire des reproches
aux villes où avaient eu lieu la plupart de ses miracles,
parce qu’elles ne s’étaient pas converties :
    « Malheureuse es-tu, Corazine !
Malheureuse es-tu, Bethsaïde !
Car, si les miracles qui ont eu lieu chez vous
avaient eu lieu à Tyr et à Sidon,
ces villes, autrefois, se seraient converties,
sous le sac et la cendre.
    Aussi, je vous le déclare :
au jour du Jugement,
Tyr et Sidon seront traitées moins sévèrement que vous.
    Et toi, Capharnaüm, seras-tu donc élevée jusqu’au ciel ?
Non, tu descendras jusqu’au séjour des morts !
Car, si les miracles qui ont eu lieu chez toi
avaient eu lieu à Sodome,
cette ville serait encore là aujourd’hui.
    Aussi, je vous le déclare :
au jour du Jugement,
le pays de Sodome sera traité moins sévèrement que toi. »

Source AELF
 

Méditation Père Bernard Devert

Malheureuse es-tu Corazine ! Malheureuse es-tu Bethsaïde 
Loin d’une malédiction, nous entendons le cri de la souffrance de Jésus voyant des hommes et des femmes se perdre. Cri qui est autant un SOS qu’une espérance, laquelle jamais ne s’éteint dans le cœur du Christ.
Le péché, c’est privilégier l’instant sur l’avenir, le virtuel sur le réel, le temps sur l’éternité, si bien que l’inessentiel ravage les relations pour laisser place à la promesse du pire, si bien exprimée par la parabole de Lazare et du Riche.
Revenir à l’essentiel, c’est précisément entrer dans la conversion de nos engagements pour refuser ces abîmes qui déchirent le tissu social et créent de tels fossés nés de ces chocs et conflits d’intérêts que le ‘vivre ensemble’ reste une utopie.
Jésus regarde ces villes qui se construisent avec des pierres. Nous entendons ce matin sa peine qui le conduit à nous demander quand allez-vous bâtir pour l’homme, c’est-à-dire devenir des pierres vivantes.
Oui, des pierres qui n’abritent pas seulement les mêmes, mais des êtres différents qui, dans l’esprit de Pentecôte, saisissent l’urgence de la fraternité née d’une incroyable filiation pour être tous enfants d’un même Père.
Ce matin, Seigneur, ma prière est particulièrement en communion avec le Pape François qui, dans son encyclique La joie de l’Evangile dit : « Comme elles sont belles les villes qui ….mettent en relation et favorisent la reconnaissance de l’autre ! Comme elles sont belles les villes qui dépassent la méfiance malsaine et intègrent ceux qui sont différents ».
Seigneur, mets en moi le goût de l’ouverture à la différence, à la diversité. Pour ce faire, viens élargir mon cœur.
 

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours à 5h45, 6h45 et 7h45

Chaque matin l'Evangile du jour, commenté par un prêtre ou un pasteur. Ce temps de prière invite à prendre le temps de la méditation et s'achève par la proclamation du Notre Père.