Bienveillance

Présentée par

S'abonner à l'émission

Un mot, un jour

vendredi 22 novembre à 8h55

Durée émission : 4 min

Un mot, un jour

​La bienveillance, c’est sans doute l’une des plus beaux mots de notre langue, un mot compris de tous, et qui n’a de fait jamais été dévoyé. Voilà pourquoi il mérite toute notre attention.

Bienveillance, son orthographe nous embarque sur une mauvaise piste. Eh bien de fait on croit deviner en écoutant et regardant le mot qu’il s’agit du verbe
« veiller » ayant donné « veillant » et donc en un seul mot « bienveillant ».

Que nenni !  En réalité, il s’agit du verbe « vouloir », et à l’origine quand le mot entre en langue française au XIIe siècle, il s’agit de « bienveuillant », alors certes cela aurait dû donner « bienvoulant », mais par analogie avec « veillant », voilà comment on se retrouve avec « bienveillant ». En fait l’adjectif vient du latin classique « bene volens », qui veut bien.

C’est parfois en consultant les mots proposés dans les dictionnaires pour illustrer cet adjectif qu’on perçoit mieux deux sens distincts. Ainsi, tirés du Trésor de la langue française, voici « ami, cœur, hôte, peuple bienveillant » mais aussi « accueil, geste, regard, sourire, ton, visage, bienveillant ». Et, voici encore « expression, pensée, réponse, voix bienveillante », et encore « article conseil critique, jugement, langage bienveillant ».

On sent bien dans ces listes qu’il y a d’une part la bienveillance synonyme de générosité, qui veut du bien aux autres, et d’autre part la bienveillance qui est indulgence, notamment pour les personnes dont on a la responsabilité, enfants, employés, etc.

Et de mon côté, il y a une formule que j’aime beaucoup qui est la captation de bienveillance. Furetière la signale à sa façon lorsque dans son Dictionnaire publié en 1690, lorsqu’il rappelle que « l’Orateur dans son exorde, c’est-à-dire dans son introduction, doit gagner la bienveillance de ses auditeurs ». C’est là ce qu’en rhétorique classique on appelle la captatio benevolentiae, qu’on traduit par captation de bienveillance. Je suis toujours frappé par ces courriers où l’on vous demande brutalement quelque chose ou bien on vous reproche quelque chose sans commencer par la captation de bienveillance qui est une courtoisie.  Et puis à côté de cette formule, ajoutons de jolis verbes disparus.

Eh bien le verbe « bienveigner » qui, rappelle Furetière, signifie « saluer quelqu’un le féliciter sur quelque bonheur qui lui est arrivé, le recevoir avec bienveillance. » Oui bienveignons, bienveignons, c’est ce qu’on fait à RCF.
 

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h55

Jean Pruvost, lexicologue passionné et passionnant vous entraîne chaque matin dans l'histoire mouvementée d'un simple mot !  

Le présentateur

Jean Pruvost

Chroniqueur de langue à RCF depuis 2011, Jean  choisit chaque jour un mot de l’actualité, pour l’intense plaisir d’en partager la saveur, en ouvrant les dictionnaires de sa bibliothèque qui en compte dix mille… Explorer ensemble les mots, c’est construire des harmonies. Jean aime aussi marier les mots et les notes sur sa guitare.