Birmanie: "Aung San Suu Kyi n'a pas levé le moindre petit doigt pour défendre ces deux journalistes"

Présentée par

S'abonner à l'émission

3 questions à

mardi 4 septembre 2018 à 6h40

Durée émission : 4 min

3 questions à

© YE AUNG THU AFP

​Deux journalistes de l’agence de presse Reuters ont été condamnés à sept ans de prison lundi 3 septembre dernier en Birmanie.

L’ONU demande aujourd’hui leur libération, tout comme l’ONG Reporters sans Frontières. Ce jugement témoigne d’une chape de plomb sur les médias dans ce pays. Décryptage avec Daniel Bastin, directeur du bureau Asie-Pacifique de l’ONG Reporters sans Frontières.
 

Cette double condamnation est inquiétante dans un pays que l’on présente  comme en transition démocratique ?

"C’est plus qu’inquiétant, c’est, je le crains, le début de la transition démocratique en Birmanie. Aung San Suu Kyi, de facto, la cheffe de gouvernement actuelle, par ailleurs prix Nobel de la Paix, n’a pas levé le moindre petit doigt pour défendre ces deux journalistes de Reuters emprisonnés depuis décembre dernier. Ils sont condamnés pour atteinte aux secrets d’Etat. Ils ont simplement enquêté sur un massacre qui a eu lieu le 2 septembre 2017. Leur seule crime a été de faire leur travail" explique Daniel Bastin.
 

Il y a une volonté claire du gouvernement birman de dissimuler tout ce qui a un rapport avec les rohingyas et les massacres commis par l’armée birmane ?

"Clairement. Il faut savoir que la semaine dernière les responsables de l’ONU ont appelé à des instructions contre cinq dignitaires de l’armée birmane accusés de crime de guerre, crime contre l’humanité et génocide. Personne n’a le droit en Birmanie d’aller enquêter sur ce qui est, d’après les informations que l’on a, un génocide. C’est très grave en 2018 qu’on ne puisse pas laisser les journalistes faire la lumière sur un nettoyage ethnique" ajoute-t-il.
 

Ces deux journalistes travaillent pour l’une des plus grosses agences mondiales. Est-ce un avertissement pour l’ensemble des médias ?

"C’est un message envoyé à l’ensemble des médias du monde en effet puisque les journalistes étrangers n’ont pas le droit d’enquêter sur la crise des rohigyas côté birman. C’est aussi un message clairement adressé aux journalistes birmans qui auraient des velléités de vouloir enquêter sur la question. Les contacts que nous avons au sein de la presse birmane sont tous sur la même note. Ils n’osent pas enquêter sur la question. Le résultat de cette condamnation est d’encourager l’auto-censure et d’intimider les journalistes" lance Daniel Bastin.
 

Est-ce-qu’Aung San Suu Kyi peut réellement ou veut réellement faire quelque chose dans ce dossier ?

"Pouvoir et vouloir c’est là où est toute la question. Elle répondra, ou ceux qui la défendent répondront qu’elle reste l’esclave des militaires, de l’armée, qu’elle ne peut pas faire tout ce qu’elle veut. Il n’en reste pas moins qu’elle est la cheffe du gouvernement birman. Ne serait-ce que prendre verbalement la défense des deux journalistes aurait donné un signe en faveur de la liberté de la presse en Birmanie. Avec ce silence assourdissant, la transition démocratique est clairement en question" conclut-il.

Les dernières émissions

L'émission

du lundi au vendredi à 7h40

Tous les jours dans La Matinale RCF, un fait d'actualité mis en lumière et expliqué en trois questions.

Le présentateur

Jean-Baptiste Labeur