"C’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez" (Mt 7, 15-20)

Présentée par

S'abonner à l'émission

Prière du matin

mercredi 26 juin à 5h45

Durée émission : 5 min

"C’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez" (Mt 7, 15-20)

© michal-bielejewski-unsplash

"C’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez"

Méditation de l'Evangile (Mt 7, 15-20) par le père Michel Quesnel

Chant final: "La terre a donné son fruit" par le Choeur des moines de Maredsous

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
    « Méfiez-vous des faux prophètes
qui viennent à vous déguisés en brebis,
alors qu’au-dedans ce sont des loups voraces.
    C’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez.
Va-t-on cueillir du raisin sur des épines,
ou des figues sur des chardons ?
    C’est ainsi que tout arbre bon donne de beaux fruits,
et que l’arbre qui pourrit donne des fruits mauvais.
    Un arbre bon ne peut pas donner des fruits mauvais,
ni un arbre qui pourrit donner de beaux fruits.
    Tout arbre qui ne donne pas de beaux fruits
est coupé et jeté au feu.
    Donc, c’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. 

Source : AELF
 

Méditation Père Michel Quesnel

L’un des comportements les plus spontanés est de juger les gens sur l’apparence : celle-ci a belle allure, celui-ci a la peau noire, celui-ci est habillé comme un clochard, celle-ci a l’air d’une coquette… Et alors ? Qu’est-ce que cela peut faire ? Qu’est-ce que cela exprime du cœur de l’homme ? Plus loin dans l’évangile de Matthieu, Jésus dira à ses disciples : « C’est du cœur de l’homme que proviennent les pensées mauvaises : meurtres, adultère, inconduite, vols, faux témoignages, diffamations. » Cela n’a rien à voir avec le look !

Toute personne est capable de se déguiser pour donner le change. Alors, soyons vigilants. On peut s’étonner que Jésus invite à cette vigilance en disant à ses disciples : « Méfiez-vous de… » La bienveillance spontanée n’est-elle pas une meilleure attitude que la méfiance ? En fait, cette traduction n’est pas très heureuse : « Gardez-vous de… » ou « Prenez garde à… » serait plus proche du grec. Il s’agit beaucoup plus d’une mise en garde que d’une méfiance, car la bienveillance n’a pas à se traduire en naïveté.

En fait, ce que Jésus exprime ici est en parfaite conformité avec ce qu’il a dit un peu plus haut dans le Sermon sur la montagne : « Ne jugez pas… » Evaluez ce que les gens font, voyez si les fruits de leur agir sont bons ou mauvais. C’est à cela que vous reconnaîtrez si vous avez affaire à des hommes de Dieu ou à des faux prophètes. Imitez-les s’ils font le bien, ne les imitez pas s’ils commentent le mal. Mais l’intériorité de l’autre est inconnaissable.

Donne-nous, Seigneur, d’être lucides, de discerner ce qui vaut la peine d’être fait et ce qui doit être évité. Mais garde-nous de juger quiconque.
 

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours à 5h45, 6h45 et 7h45

Chaque matin l'Évangile du jour commenté par un prêtre ou un pasteur. Ce temps de prière invite à prendre le temps de la méditation et s'achève par la proclamation du Notre Père.

Le présentateur

Radio RCF