"Ce n’est pas vous qui parlerez, c’est l’Esprit de votre Père" (Mt 10, 16-23)

S'abonner à l'émission

Prière du matin

vendredi 13 juillet à 5h45

Durée émission : 5 min

"Ce n’est pas vous qui parlerez, c’est l’Esprit de votre Père"  (Mt 10, 16-23)

© benny jackson unsplash

"Ce n’est pas vous qui parlerez, c’est l’Esprit de votre Père"

Méditation de l'évangile (Mt 10, 16-23) par le père François Lestang

Chant final : "Roi céleste –(Prière à l’Esprit-Saint)" par l'ensemble Harmonie Géorgienne

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
Jésus disait à ses Apôtres :
    « Voici que moi, je vous envoie
comme des brebis au milieu des loups.
Soyez donc prudents comme les serpents,
et candides comme les colombes.
    Méfiez-vous des hommes :
ils vous livreront aux tribunaux
et vous flagelleront dans leurs synagogues.
    Vous serez conduits devant des gouverneurs et des rois
à cause de moi :
il y aura là un témoignage pour eux et pour les païens.
    Quand on vous livrera,
ne vous inquiétez pas de savoir
ce que vous direz ni comment vous le direz :
ce que vous aurez à dire
vous sera donné à cette heure-là.
    Car ce n’est pas vous qui parlerez,
c’est l’Esprit de votre Père qui parlera en vous.
    Le frère livrera son frère à la mort,
et le père, son enfant ;
les enfants se dresseront contre leurs parents
et les feront mettre à mort.
    Vous serez détestés de tous à cause de mon nom ;
mais celui qui aura persévéré jusqu’à la fin,
celui-là sera sauvé.
    Quand on vous persécutera dans une ville,
fuyez dans une autre.
Amen, je vous le dis :
vous n’aurez pas fini de passer dans toutes les villes d’Israël
quand le Fils de l’homme viendra. »

Source AELF
 

Médiation Père François Lestang

« Ne vous inquiétez pas ». Devant le tableau de ce qui attend les disciples envoyés en mission, il y aurait pourtant de quoi s’inquiéter ! Etre dévorés par les loups, jetés en prison, battus, fouettés, mis à mort pour ce qui est de la vie corporelle. Etre trahis par ses parents et ses proches, détestés de tous, contraint à l’exil pour ce qui est de la vie sociale ; comment ne pas s’inquiéter ?

« Ne vous inquiétez pas ». Jésus donne à ses disciples deux conseils et leur fait une promesse, pour vivre sans cette inquiétude qui peut ronger ou paralyser. Le premier conseil, qui peut surprendre, est celui d’une prudence comme celle des serpents. C’est surprenant parce que le premier serpent prudent que l’on rencontre dans la Bible est celui qui parle à Eve, dans le jardin d’Eden, et entraine sa chute, ainsi que celle d’Adam. Mais dans le quotidien de nos campagnes, ce qui est typique du serpent, c’est qu’au moindre bruit menaçant il s’échappe ; or c’est bien ce que Jésus demande à ses disciples : il faut savoir quitter un lieu dangereux si c’est possible. Courage, oui, mais pas témérité. Comme disait Tertullien à un chrétien qui voulait mourir martyr, « ce que Dieu demande, ce n’est pas ton sang, c’est ta foi ».

L’autre conseil est d’être « candide comme une colombe » ; le mot grec évoque ce qui est sans mélange, parfaitement uni, complètement disposé à ce pour quoi l’on est fait. Il ne s’agit donc pas d’abord d’une blancheur, d’une pureté, mais d’un engagement, d’une intégrité. Cet engagement, c’est celui pour la paix ; on peut penser au rameau d’olivier qu’une colombe rapporta à Noé après le déluge, et à cette paix que les disciples doivent porter aux villes d’Israël, et dont aujourd’hui nous sommes porteurs dans un monde qui en a tellement besoin.

La promesse enfin, c’est que Dieu lui-même, par son souffle de vie, est avec les envoyés et guide leurs paroles. Tant de fois, dans l’histoire de l’Eglise, les chrétiens ont pu vérifier l’accomplissement de ces promesses, dans des circonstances où il n’était pas possible de fuir, mais où ils pouvaient témoigner simplement de leur espérance, de la présence de Dieu en eux et autour d’eux, et parfois convertir leurs persécuteurs.

Jésus, donne-moi prudence et simplicité, pour vivre sans inquiétude ce jour que tu me donnes de vivre, sous la conduite de ton Esprit.

 

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours à 05h45, 06h45, 07h45 et 08h45

Chaque matin l'Evangile du jour, commenté par un prêtre ou un pasteur. Ce temps de prière invite à prendre le temps de la méditation et s'achève par la proclamation du Notre Père.