"Celui qui n'est pas avec moi et contre moi" (Lc 11, 14-23)

S'abonner à l'émission

Prière du matin

jeudi 8 mars à 5h45

Durée émission : 5 min

"Celui qui n'est pas avec moi et contre moi" (Lc 11, 14-23)

© michal-galezewski-unsplash

"Celui qui n'est pas avec moi et contre moi"

Commentaire d'évangile (Lc 11, 14-23) du Père Nicolas de Boccard

Chant final : "Revenez à moi de tout votre coeur" par le Choeur de l'abbaye de Sylvanes

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, Jésus expulsait un démon qui rendait un homme muet.
Lorsque le démon fut sorti, le muet se mit à parler, et les foules furent dans l’admiration.
Mais certains d’entre eux dirent : « C’est par Béelzéboul, le chef des démons, qu’il expulse les démons. »
D’autres, pour le mettre à l’épreuve, cherchaient à obtenir de lui un signe venant du ciel.
Jésus, connaissant leurs pensées, leur dit : « Tout royaume divisé contre lui-même devient désert, ses maisons s’écroulent les unes sur les autres.
Si Satan, lui aussi, est divisé contre lui-même, comment son royaume tiendra-t-il ?
Vous dites en effet que c’est par Béelzéboul que j’expulse les démons. Mais si c’est par Béelzéboul que moi, je les expulse, vos disciples, par qui les expulsent-ils ?
Dès lors, ils seront eux-mêmes vos juges.
En revanche, si c’est par le doigt de Dieu que j’expulse les démons, c’est donc que le règne de Dieu est venu jusqu’à vous.
Quand l’homme fort, et bien armé, garde son palais, tout ce qui lui appartient est en sécurité.
Mais si un plus fort survient et triomphe de lui, il lui enlève son armement, auquel il se fiait, et il distribue tout ce dont il l’a dépouillé.
Celui qui n’est pas avec moi est contre moi ; celui qui ne rassemble pas avec moi disperse. »

Source : AELF
 

Méditation Père Nicolas de Boccard

Un nouveau miracle de Jésus, il chasse un esprit mauvais. Mais cela lui est reproché : « c’est par Beelzéboul, le chef des démons, qu’il expulse les démons ». Comme si le bien pouvait être engendré par le mal. Le mal ne peut qu’engendrer le mal, et un jour ou l’autre tout s’effondre. Comme le Christ le développe : « Tout royaume divisé devient un désert, ses maisons s’écroulent les unes après les autres ». Le mal peut donner le change, faire croire qu’il est un bien, mais un jour tout s’effondre et se disloque. Le mal n’engendre que l’apparence de bien – on le voit dans le livre de l’Apocalypse où ceux qui incarnent le mal ont quelque chose de disharmonieux, de disgracieux : un lion à tête d’ours, un agneau avec des cornes. Et il finit toujours par s’entretuer avec les autres, à s’anéantir.
Le discernement entre le bien et le mal n’est pas toujours aisé. Rappelons-nous la sagesse de Gamaliel devant le Sanhédrin qui voulait condamner les disciples de jésus-Christ dans le Livre des actes des apôtre au chapitre 5 : « 38Et maintenant, je vous le dis ne vous occupez plus de ces hommes, et laissez-les aller. Si cette entreprise ou cette œuvre vient des hommes, elle se détruira; 39mais si elle vient de Dieu, vous ne pourrez la détruire. Ne courez pas le risque d'avoir combattu contre Dieu. 40».
N’oublions pas que ce 8 mars, nous fêtons Saint Jean de Dieu, qui fut lui-même pris pour un fou et interné – avant de devenir un serviteur des malades psychologiques et psychiatriques en fondant des hôpitaux puis un ordre hospitalier à leur service. La Sagesse de Dieu se révèle par ses œuvres.
 
 
 

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours à 05h45, 06h45, 07h45 et 08h45

Chaque matin l'Evangile du jour, commenté par un prêtre ou un pasteur. Ce temps de prière invite à prendre le temps de la méditation et s'achève par la proclamation du Notre Père.