"Cette fille d’Abraham, ne fallait-il pas la délivrer de ce..." (Lc 13, 10-17)

Présentée par UA-143244

S'abonner à l'émission

Prière du matin

lundi 26 octobre à 5h45

Durée émission : 5 min

"Cette fille d’Abraham, ne fallait-il pas la délivrer de ce..." (Lc 13, 10-17)

© alexandra-seinet

"Cette fille d’Abraham, ne fallait-il pas la délivrer de ce lien le jour du
sabbat ?"

Méditation de l'évangile (Lc 13, 10-17) par le père Emmanuel Payen

Chant final: "Notre Dieu" par Grégory Turpin

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
    Jésus était en train d’enseigner dans une synagogue,
le jour du sabbat.
    Voici qu’il y avait là une femme, possédée par un esprit
qui la rendait infirme depuis dix-huit ans ;
elle était toute courbée
et absolument incapable de se redresser.
    Quand Jésus la vit, il l’interpella et lui dit :
« Femme, te voici délivrée de ton infirmité. »
    Et il lui imposa les mains.
À l’instant même elle redevint droite
et rendait gloire à Dieu.
    Alors le chef de la synagogue, indigné
de voir Jésus faire une guérison le jour du sabbat,
prit la parole et dit à la foule :
« Il y a six jours pour travailler ;
venez donc vous faire guérir ces jours-là,
et non pas le jour du sabbat. »
    Le Seigneur lui répliqua :
« Hypocrites !
Chacun de vous, le jour du sabbat,
ne détache-t-il pas de la mangeoire son bœuf ou son âne
pour le mener boire ?
    Alors cette femme, une fille d’Abraham,
que Satan avait liée voici dix-huit ans,
ne fallait-il pas la délivrer de ce lien le jour du sabbat ? »
    À ces paroles de Jésus,
tous ses adversaires furent remplis de honte,
et toute la foule était dans la joie
à cause de toutes les actions éclatantes qu’il faisait.
 
Source : AELF

Méditation du Père Emmanuel Payen   

Jésus, Dieu fait homme, n’a qu’un objectif, sauver l’humanité, sauver concrètement ce qui est cassé, courbé, défiguré, perdu.
Ainsi, Il laissera tout son troupeau pour aller chercher la brebis perdue.
Aujourd’hui, nous le voyons saisi de compassion devant une femme courbée depuis 18 ans, incapable de se redresser.
Et Jésus la libère de son infirmité en lui imposant les mains.
 
Mais, problème, Jésus opère cette guérison un jour de Sabbat, ou c’est théoriquement interdit.
D’où une altercation avec le chef de la synagogue qui rappelle à Jésus l’interdiction de
la loi du Sabbat.
 
Et Jésus d’expliquer que le Sabbat est à respecter mais que guérir est plus important qu’obéir au règlement.
Le Sabbat est fait pour l’homme et pas le contraire. Le Sabbat n’est pas fait pour paralyser l’homme, mais pour le libérer. Le Sabbat n’est pas pour empêcher l’homme d’accomplir le bien, mais pour l’aider à aimer Dieu en étant au service de la Vie.
 
Seigneur, Notre Père, Tu es un Dieu de liberté et d’Amour. Et on ne peut pas aimer sans liberté. C’est pourquoi Tu as libéré l’homme de son travail en ordonnant le repos pour le Septième Jour, le dimanche.
 
Empêche-nous de fausser le sens de tes commandements en faisant d’eux des fardeaux, alors que tu veux qu’ils soient pour nous des stimulants.
 
Accorde-nous la liberté d’esprit et de cœur pour savoir te remercier pour toute action qui libère la personne, Toi qui accomplis la délivrance définitive de l’humanité en Jésus, le Christ Notre Seigneur.

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours à 5h45, 6h45 et 7h45

Chaque matin l'Évangile du jour commenté par un prêtre ou un pasteur. Ce temps de prière invite à prendre le temps de la méditation et s'achève par la proclamation du Notre Père.

Le présentateur

Radio RCF