"Comme le Père relève les morts et les fait vivre, ainsi..." (Jn 5, 17-30)

S'abonner à l'émission

Prière du matin

mercredi 14 mars à 5h45

Durée émission : 5 min

"Comme le Père relève les morts et les fait vivre, ainsi..." (Jn 5, 17-30)

© michal-bielejewski-UNSPLASH

"Comme le Père relève les morts et les fait vivre, ainsi le Fils fait vivre qui il veut"

Commentaire d'évangile (Jn 5, 17-30) par la pasteur Nicole Fabre

Chant final : "Avec des liens d'amour (brebis égarée)" par les Bénédictines du SACRé-COEUR de MONTMARTRE

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, après avoir guéri le paralysé un jour de sabbat, Jésus déclara aux Juifs : « Mon Père est toujours à l’œuvre, et moi aussi, je suis à l’œuvre. »
C’est pourquoi, de plus en plus, les Juifs cherchaient à le tuer, car non seulement il ne respectait pas le sabbat, mais encore il disait que Dieu était son propre Père, et il se faisait ainsi l’égal de Dieu.

Jésus reprit donc la parole. Il leur déclarait : « Amen, amen, je vous le dis : le Fils ne peut rien faire de lui-même, il fait seulement ce qu’il voit faire par le Père ;
ce que fait celui-ci, le Fils le fait pareillement. Car le Père aime le Fils et lui montre tout ce qu’il fait.
Il lui montrera des œuvres plus grandes encore, si bien que vous serez dans l’étonnement.
Comme le Père, en effet, relève les morts et les fait vivre, ainsi le Fils, lui aussi, fait vivre qui il veut.
Car le Père ne juge personne :
il a donné au Fils tout pouvoir pour juger, afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père.
Celui qui ne rend pas honneur au Fils ne rend pas non plus honneur au Père, qui l’a envoyé.
Amen, amen, je vous le dis : qui écoute ma parole et croit en Celui qui m’a envoyé, obtient la vie éternelle et il échappe au jugement, car déjà il passe de la mort à la vie.

Amen, amen, je vous le dis : l’heure vient – et c’est maintenant – où les morts entendront la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l’auront entendue vivront.
Comme le Père, en effet, a la vie en lui-même, ainsi a-t-il donné au Fils d’avoir, lui aussi, la vie en lui-même ; et il lui a donné pouvoir d’exercer le jugement, parce qu’il est le Fils de l’homme.
Ne soyez pas étonnés ; l’heure vient où tous ceux qui sont dans les tombeaux entendront sa voix ;
alors, ceux qui ont fait le bien sortiront pour ressusciter et vivre,
ceux qui ont fait le mal, pour ressusciter et être jugés.

Moi, je ne peux rien faire de moi-même ; je rends mon jugement d’après ce que j’entends, et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas à faire ma volonté, mais la volonté de Celui qui m’a envoyé. »

Source : AELF
 

Méditation Pasteur Nicole Fabre

 Aujourd’hui, nous ne nous offusquons plus, en tant que chrétiens, d’entendre Jésus parler de Dieu comme son père. Aussi, nous pouvons ne pas nous sentir directement concerné par la polémique. Et pourtant… Sa façon de violer le sabbat nous interroge, même aujourd’hui ! Rappelons-le : Jésus, au lieu d’être au temple ce jour-là, alors qu’il est à Jérusalem, est allé dans un lieu trouble, la piscine de Béthsata, où se mêlent des croyances en des dieux divers. En plus, il y guérit un mal croyant qui n’avait rien demandé. Il n’est pas sûr que nous ne réagirions pas, nous aussi. Jésus, ailleurs que dans nos lieux de culte, un dimanche !!! Mais voilà. Cela permet à Jésus de révéler plus encore qui est son Père et comment celui-ci agit. Et surtout, Il dévoile la force de sa parole dans des lieux impossibles : L’heure vient, dit-il, où tous ceux qui gisent dans les tombeaux entendront la voix du fils de Dieu. Oui, cette parole agit aux lieux mêmes où nous n’y croyons plus. C’est ce que le lecteur découvrira devant le tombeau de Lazare, le frère de Marthe et de Marie. La parole du Père et du Fils est une. Elle est parole qui fait jaillir la vie du cœur même de nos infirmités, de nos morts, de notre péché.
 
Merci Père d’être sans cesse à l’œuvre. Merci de ne pas répugner à habiter les lieux les plus sombres et les plus désespérés en nous comme dans le monde, dans l’Eglise aussi. Ton amour et ta vérité, ton pardon sont notre véritable force.
 Mercredi 14 mars 2018 : Jn 5,17-30
 
Aujourd’hui, nous ne nous offusquons plus, en tant que chrétiens, d’entendre Jésus parler de Dieu comme son père. Aussi, nous pouvons ne pas nous sentir directement concerné par la polémique. Et pourtant… Sa façon de violer le sabbat nous interroge, même aujourd’hui ! Rappelons-le : Jésus, au lieu d’être au temple ce jour-là, alors qu’il est à Jérusalem, est allé dans un lieu trouble, la piscine de Béthsata, où se mêlent des croyances en des dieux divers. En plus, il y guérit un mal croyant qui n’avait rien demandé. Il n’est pas sûr que nous ne réagirions pas, nous aussi. Jésus, ailleurs que dans nos lieux de culte, un dimanche !!! Mais voilà. Cela permet à Jésus de révéler plus encore qui est son Père et comment celui-ci agit. Et surtout, Il dévoile la force de sa parole dans des lieux impossibles : L’heure vient, dit-il, où tous ceux qui gisent dans les tombeaux entendront la voix du fils de Dieu. Oui, cette parole agit aux lieux mêmes où nous n’y croyons plus. C’est ce que le lecteur découvrira devant le tombeau de Lazare, le frère de Marthe et de Marie. La parole du Père et du Fils est une. Elle est parole qui fait jaillir la vie du cœur même de nos infirmités, de nos morts, de notre péché.
 
Merci Père d’être sans cesse à l’œuvre. Merci de ne pas répugner à habiter les lieux les plus sombres et les plus désespérés en nous comme dans le monde, dans l’Eglise aussi. Ton amour et ta vérité, ton pardon sont notre véritable force.
 
 
 
 
 
 
 

 

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours à 05h45, 06h45, 07h45 et 08h45

Chaque matin l'Evangile du jour, commenté par un prêtre ou un pasteur. Ce temps de prière invite à prendre le temps de la méditation et s'achève par la proclamation du Notre Père.