Comment Orange compte réduire la chaleur de ses datacenters

Présentée par

S'abonner à l'émission

La chronique Innovation

lundi 24 juin à 7h20

Durée émission : 3 min

La chronique Innovation

Contrecarrer les dépenses énergétiques dans le domaine des datacenters ? Voici les dernières innovations d'Orange en la matière.

00:00

00:00

Aujourd’hui avec l’utilisation croissante des réseaux Internet, on fait face à deux problématiques énergétiques de taille : la consommation d’énergie et le dégagement de chaleur des datacenters. Une problématique que le génie humain résorbe peu à peu.

À QUOI EST DUE CETTE CHALEUR QUI ÉMANE DES DATES CENTER

Au courant électrique et aux matériaux dans lequel le courant passe et qui dégage de la chaleur. C’est ce que l’on nomme "l’effet Joule", du nom de son inventeur. Et cela entraine des conséquences sur les températures des bâtiments où ils sont implantés. Nous avions d’ailleurs vu dans une chronique précédente l’innovation de Qarno, qui propose de mettre les serveurs des datacenters chez les particuliers pour permettre de chauffer de l’habitat social et de faire de ces serveurs informatiques des radiateurs caritatifs.

MAIS CE N’EST PAS LA SEULE PROBLÉMATIQUE !

Non. Car à cela s’ajoute le besoin de recourir à des sources de refroidissement toujours plus puissantes augmentant l’impact énergétique et les factures d’électricité qui peuvent représenter jusqu’à 50 % de la consommation des sites de datacenters. Orange est d’ailleurs fortement impacté par cette problématique et consomme de l’énergie qu’elle paye, pour évacuer la chaleur qu’elle ne recycle pas. C’est pour ça qu’Orange se tourne vers le Liquid Cooling.

QU’EST-CE QUE LE LIQUIDE COoLING ?

C’est une technique qui apporte une source de refroidissement liquide qui au plus près des composants électroniques permet de réduire leur température et éviter les systèmes de climatisation traditionnelle et orange étudie actuellement trois méthodes:
La première serait déployée sur du matériel existant, au plus près des équipements électroniques, avec pour objectif la capture de l’air chaud pour le transférer à l’eau qui pourrait être soit évacuée, soit réutilisée pour chauffer le bâtiment. La deuxième consiste à immerger les équipements électroniques dans des bains d’huile minérale : ceux-ci ayant une température de vaporisation allant de 45 à 49°, ces fluides viennent piéger la chaleur qui se dégage des composants. Il faudra attendre pour cela 5 à 10 ans. La troisième méthode a été développée dans le cadre d’un projet européen lancé en décembre 2011, appelé OPERA-NET2 et qui consiste en une plaque dans laquelle de l’eau circule est installée au plus près du composant électronique. Par conduction thermique, la chaleur est transférée directement au fluide et les calories sont ainsi récupérées via cette plaque.
 

LAQUELLE DE CES SOLUTIONS ORANGE VA-T-ELLE RETENIR ?

Le troisième car "L’impact est très positif concernant la fiabilité des équipements et qu’à l’échelle du composant, les températures sont plus stable et les baisses de consommation d’énergie atteigne jusqu’à 90 % du poste refroidissement", affirme David Nörtershäuser. Autre avantage précise-t-on chez Orange, cela permet de densifier les équipements au mètre carré et d’économiser des surfaces au sol. Sachant que les bâtiments font aussi partie de l’équation économique, mais ce qui est certain à terme, ces méthodes seront déployées dans tous les pays où Orange est présent. Chez Orange, on a la Cooling Attitude, en attendant profitons du dérèglement climatique et bonne canicule !

Les dernières émissions

L'émission

Le lundi à 7h20 et à 12h30

Tous les lundis à 7h20 la chronique innovation tentera de vous présenter des innovations qui ont un impact pour nous et pour notre quotidien. Une chronique positive solutionnant les enjeux du futur

Le présentateur

Patrick Lonchampt

Présentateur de l'Eco des Solutions.