COP24: les pèlerins climatiques en marche pour Katowice

Présentée par

S'abonner à l'émission

3 questions à

vendredi 30 novembre à 6h41

Durée émission : 4 min

3 questions à

© Kasia Strek CIRIC

​Il y a trois ans, des catholiques, des protestants, des musulmans, des hindouistes et des bouddhistes partis de plusieurs pays avaient marché pour le climat…

Ils avaient alors rejoint Paris qui accueillait alors la COP 21. L’initiative avait été lancée par Yeb Sano, l’ancien ambassadeur pour les Philippines à l’ONU, pour le climat. Trois ans plus tard, ce pèlerinage a été relancé. En ce moment, des centaines de personnes marchent justement pour rejoindre Katowice, lieu où se tiendra la COP 24 dès lundi.
 

Trois ans après la signature de l’accord de Paris, qu’est ce qui a changé pour vous ?

"Tout d’abord il y a eu ce rapport spécial du GIEC, qui a étudié les effets de l’augmentation de la température terrestre de 1,5 degré, qui nous alerte à nouveau sur l’urgence à engager des changements radicaux. Ensuite il y a cette COP 24 qui va commencer. La COP 24, par rapport à la COP 21, a un rôle très important, puisqu’il s’agit de réviser les engagements pris durant la COP 21. Engagements qui nous amenaient sur une trajectoire d’augmentation de 3 degrés à la fin du siècle alors que le rapport du GIEC montre qu’une augmentation de 1,5 degré implique d’énormes changements pour les populations les plus pauvres et les plus vulnérables dans le monde" explique Sébastien Dumont, apiculteur dans la Drôme, chrétien engagé qui va rejoindre la marche.
 

Vous allez participer à ce pèlerinage climatique. Parlez-nous de cette initiative…

"J’ai commencé à y participer puisque j’ai marché avec Yeb Sano et les pèlerins climatiques depuis Rome début octobre. Je vais rejoindre à nouveau la marche pour une dizaine de jours à la fin de ce pèlerinage. Je dirai que la motivation principale de cette marche est de réclamer la justice climatique. De demander que justice soit faite pour les plus pauvres et les plus vulnérables, les plus soumis aux changements climatiques. Il s’agit tant d’écouter la clameur de la Terre que la clameur des pauvres. Un vrai souci écologique implique les questions de justice sociale" ajoute-t-il.
 

Pourquoi avez-vous eu envie de participer à cette marche ?

"L’unité de ce combat, le souci écologique, de la justice sociale, des plus pauvres et des plus vulnérables. C’est le souci de la maison commune. Ce qui fait que ce pèlerinage a une dimension interreligieuse, et même croyants et non croyants. Il s’agit pour moi de rejoindre ce combat et d’aller à la rencontre de personnes que je n’ai pas l’habitude de rencontrer, et qui militent aussi pour que des mesures soient prises pour limiter le réchauffement climatique" conclut Sébastien Dumont.

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 06h41 et 07h40

Tous les jours dans La Matinale RCF, un fait d'actualité mis en lumière et expliqué en trois questions.

Le présentateur

Christian Vadon

Journaliste à RCF depuis près de 25 ans, Christian a touché à tout: présentateur de journaux, auteur de reportages, réalisateur d’émissions, il a même commis des magazines pour les enfants et pour les femmes ! Humble coureur de trail, il aime développer sur la durée sa passion d’une information qui fasse sens, d’où sa longévité à RCF.