Corée du Sud : des examens en plein air

Présentée par UA-119351

S'abonner à l'émission

L'image de la semaine

vendredi 17 avril à 8h52

Durée émission : 3 min

L'image de la semaine

© YONHAP/AFP/GETTY IMAGE

David Groison décrypte pour nous une photo des examens en Corée du Sud qui ont eu lieu dans un endroit où l'on a pas l'habitude de voir de telles activités ...

On a posté mardi cette photo sur le compte Instagram de la rédaction du magazine Phosphore, on a demandé à nos lecteurs et lectrices de nous dire ce qu’ils en comprenaient. Ils ont presque tous trouvé. « Ils passent des examens dans un stade ! », nous ont-ils écrit. Il faut dire que la photo est très claire, et qu’elle pourrait presque se passer de légende. Où est le photographe ? Il est installé en haut des gradins d’un stade immense. Cela permet d’avoir une vision panoramique de la situation. On découvre ainsi un damier de personnes installées aux quatre coins de carrés parfaits. Une centaine de garçons et de filles tous assis devant un petit bureau, à égale distance les uns des autres. Et les protagonistes sont eux-mêmes au milieu d’un rectangle vert, le terrain en pelouse artificielle. La scène est séduisante car elle respecte les règles de la symétrie. D’habitude, sur un terrain de sport, on est debout et en action. Ici, il n’y a que des gens assis. D’habitude, on est en équipe et on multiplie les contacts physiques (les bousculades, les passes, les mêlées). Sur la photo, tout le monde se tient à distance les uns des autres. Enfin, d’habitude, le stade est le lieu de la compétition sportive. Ici, il n’y a pas de spectateurs dans les gradins et sur la pelouse, c’est un décor administratif, des rangées de petits bureaux.
 
L’horizon des buildings à l’arrière-plan marque un dernier contraste d’ailleurs. Et donne une idée de l’échelle et du lieu. On est en Corée du Sud et c’est grand. Bien plus grand qu’une salle de classe. C’est d’ailleurs pour cela que le photographe est loin de la scène, pour l’englober, la faire tenir toute entière dans le cadre. Le défaut d’une telle distance, c’est qu’il n’y a pas de visage pour être en empathie, pour être aux côtés de ceux et celles qui vivent l’évènement. Mais cela permet de saisir en un regard la situation. Car il s’agit bien comme l’avaient deviné mes lecteurs et lectrices d’un examen écrit qui se déroule dans un stade pour respecter les règles de distanciation sociale. Les petits Français ne connaîtront pas ça. Pas d’épreuves écrites pour le bac cette année. Et pour les concours d’école de commerce et d’ingénieur, les élèves seront bien installés à deux mètres les uns des autres, mais ils devraient rester dans des salles de classe. Avec un peu de gel hydrolalcoolique à l’entrée. Dommage, ça aurait eu de l’allure de passer des examens au Stade de France ! 

Les dernières émissions

L'émission

Le vendredi à 8h52

Chaque vendredi dans la Matinale RCF, David Groison commente une photo de presse.

Le présentateur

David Groison

David Groison est rédacteur en chef du magazine Phosphore, édité par Bayard et destiné aux 14-19 ans. Il est également directeur des titres ados du groupe (Okapi, I love English) Il est enfin l'auteur de plusieurs ouvrages sur la photo chez Actes Sud Junior (Prises de vue, l'histoire vraie des grandes photos). Le matin, il a toujours une petite goutte de sueur au front : été comme hiver, il vient au studio à vélo. @DavidGroison