Curieux Carême, par Mgr Jean-Luc Brunin

Parole aux Églises

mardi 17 mars à 6h52

Durée émission : 3 min

Parole aux Églises

© Bruno LEVY/CIRIC - 4 octobre 2016 : Portrait de Mgr Jean-Luc BRUNIN, évêque du Havre. France.

Comment allons-nous remplir le vide que les restrictions imposent à notre vie sociale et ecclésiale? Et si ce temps de confinement nous incitait à prendre conscience de l'essentiel?

LE CARÊME AVEC RCF, 40 JOURS POUR RÉORIENTER SA VIE - Du 26 février au 12 avril, RCF vous accompagne tout au long du Carême et de la Semaine sainte, jusqu'au Dimanche de Pâques. Découvrez notre programmation spéciale sur le thème "Réorienter sa vie".
> En savoir plus

 

Quel Carême ! Nous voici conduits à jeûner d’une manière que nous n’avions sûrement pas envisagée. Jeûne de nos gestes amicaux, jeûne de visites à nos aînés et à nos malades, jeûne de nos retrouvailles en famille ou entre amis, jeûne de nos assemblées de prière, et même jeûne de l’Eucharistie ! Nous sommes bousculés et nous sentons qu’il nous faut vivre à un autre rythme.

Oui, curieux Carême. "Moins est plus", disait le pape François dans Laudato Si’, pour expliquer que "la spiritualité chrétienne propose une croissance par la sobriété" (n° 222). Mystère paradoxal de l’Évangile que cette période nous encourage à réactualiser dans nos vies ! Comment allons-nous remplir le vide que les restrictions imposent à notre vie sociale et ecclésiale ?

Face à de telles mesures contraignantes, nous pouvons nous laisser aller à des assauts d’agacements et de mauvaise humeur. Mais, dans la foi, nous pouvons aussi  accueillir, de façon différente, ces contraintes imposées. Peut-être la période que nous vivons s’apparente-t-elle à celle du désert qui nous fait revenir à l’essentiel. Pour cela, il nous faut chercher les moyens qui permettront de vivre ces moments de confinement, non comme des périodes de vide, mais un temps de plus grande présence au Seigneur et aux autres. Paradoxalement, la distanciation sociale que les responsables de notre pays nous imposent, peut nous permettre de retrouver l’importance du lien.

Cela peut aussi nourrir notre prière. Le Christ est notre communion. Le prier, c’est rejoindre sa prière, lui l’éternel intercesseur auprès de son Père pour toutes celles et tous ceux qui sont nos proches.

Ce temps du vide imposé, s’il ralentit nos activités, peut être mis à profit pour entretenir une plus grande relation d’intimité avec le Christ. Profitons du temps libéré pour mettre notre vie en contact prolongé avec la Parole de Dieu, pour ouvrir un livre qui nous fera grandir dans l’intelligence de notre foi ou l’approfondissement de notre vie spirituelle. L’impossibilité de participer aux célébrations dans les églises peut être aussi l’occasion de nous libérer de la routine et d’approfondir les vraies raisons de notre attachement à l’Eucharistie.

Oui, curieux Carême 2020, qui nous offre de vivre l’expérience que "moins est plus". "C’est un retour à la simplicité - nous dit le pape François - qui nous permet de nous arrêter pour apprécier ce qui est petit, pour remercier des possibilités que la vie offre, sans nous attacher à ce que nous avons ni nous attrister de ce que nous ne possédons pas." (n° 222)

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions