Cynthia Fleury: "le soin, c'est ce qui fonde notre humanisme"

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

jeudi 5 septembre à 8h10

Durée émission : 15 min

Cynthia Fleury: "le soin, c'est ce qui fonde notre humanisme"

© RCF

Si le soin est le baromètre de notre société, alors cette dernière se porte mal. Décryptage d'une société en manque d'humanisme, avec Cynthia Fleury.

Cynthia Fleury est philosophe, psychanalyste. Elle travaille sur les questions du soin. Elle est titulaire de la chaire Humanité et Santé au Conservatoire national des Arts et Métiers. Elle est enfin l’auteur de "Le soin est un humanisme" (éd. Gallimard).
 

"Les corps se fatiguent, encaissent"

En ouverture de ce dernier opus, Cynthia Fleury pose quelques mois sur des Français croisés sur des ronds-points, ici et ailleurs. Des Gilets jaunes usés, selon elle. "Il y a plusieurs vitesses de société, parce que les pressions qui chosifient l’individu sont très fortes. Pressions économiques, numériques, narcissiques. Petit à petit, les corps encaissent, mais pas nécessairement avec les moyens de résister" explique-t-elle.

S’en suivent des stratégies de contournement du soin. "Le soin ça prend du temps, et l’on n’a plus de temps. Le soin renvoie à une conscience de soi, alors que l’on se blinde. Et le soin coûte cher. Il y a une culture du soin qui attend des summums de non-prévention et de non-soin. Donc les corps se fatiguent alors que l’on est dans une société d’allongement de la vie, et de jeunisme à tout crin" ajoute Cynthia Fleury. Une situation anormale dans un État de droit de la qualité du nôtre.
 

Le soin, "c'est ce qui fonde notre humanisme"

Pourtant, pour Cynthia Fleury, cette capacité à prendre soin fonde notre humanité, entre autres choses. "C’est ce qui fonde notre humanisme. Ce pas de plus dans l’humanisme a lieu avec le fait de prendre soin. On sacralise un lien à l’autre. Et on considère que c’est ce qui nous inscrit dans l’espace temps d’aujourd’hui" précise la philosophe qui estime que le déni n’est pas une solution. "Il faut sortir du déni et avoir une approche capacitaire de la vulnérabilité. Dédramatiser, prendre en considération".

La ministre de la Santé a annoncé cette semaine des mesures en faveur du personnel de services des urgences. Un mal-être révélateur pour Cynthia Fleury. "C’est le dernier bastion de la confiance dans l’institution. L’inconditionnalité du soin est le grand rêve de l’État providence. La pression réificatrice s’abat sur les urgences, avec des conséquences graves. Il faut repenser ces lieux de soin, et prendre soin des soignants. Quoi qu’on en dise, quand on est malade, c’est plus compliqué de soigner les autres" conclut-elle.

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Stéphanie Gallet reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.