Dans le Nord de nombreux migrants trouvent soutien auprès du secours catholique

Présentée par

S'abonner à l'émission

Trois Questions à...

mardi 12 novembre à 7h40

Durée émission : 5 min

Dans le Nord de nombreux migrants trouvent soutien auprès du secours catholique

© 2019 Secours Catholique. Steven Wassenaar

Le secours catholique fait le bilan annuel de l’aide qu’il apporte au plus démunis. La grande pauvreté ne disparait pas. Elle touche aussi les plus diplomés, et les étrangers.

Le secours catholique vient de publier son rapport annuel sur la pauvreté en France. Et dans la région, plus de 80% des personnes qui toquent à la porte de l’association, touchent moins de 800 euros par mois. Parmi eux, des étrangers. Ils sont plus nombreux qu’avant et viennent souvent chercher une aide dans l’attente d’une réponse sur leur accueil. 
Ils ont la plupart du temps moins de 40 ans, et vivent en couple. Ils trouvent au secours catholique une aide pour le logement, la nourriture et les démarches administratives.
Le secours catholique souligne que la demande de ces migrants est de retrouver un emploi. Problème :  20% de ceux qui arrivent à l’association n’ont pas le droit de travailler, car ils sont en attente d’un statut légal. Le secours catholique a souhaité pointé cette année la situation des personnes en migration, ceux qui veulent rejoindre l’angleterre et ceux qui veulent rester en France. Xavier Villette, délégué diocésain du secours catholique revient sur les préjugés qui entourent les migrants et les aides financières.  

 

Invités

  • Xavier Villette, délégué du Secours catholique pour le diocèse de Lille.

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours à 7h40 et 12h15

Actualité locale, nationale, internationale... Associatifs, institutionnels ou anonymes : les acteurs de la vie locale sont sur RCF Nord de France dans "L'invité de la Rédaction".

Le présentateur

Madeleine Vatel

Madeleine Vatel est journaliste, habituée aux grands froids russes, elle découvre maintenant la chaleur du Nord. Récemment arrivée à Lille, elle s’intéresse à l’économie…Mais pas seulement. Car, à RCF comme ailleurs, « il n’est de richesse ni de force que d’hommes » (Jean Bodin, XVIeme).