De l'émancipation et de l'uniformité

Présentée par

S'abonner à l'émission

La chronique des Scouts et Guides de France

mercredi 16 mai à 6h55

Durée émission : 3 min

De l'émancipation et de l'uniformité

© Scouts et Guides de France

Ce matin, François Mandil nous parle de l'uniforme : pour lui, un uniforme raconte beaucoup de choses.

Ce week-end va avoir lieu l’Assemblée générale des Scouts et Guides de France. Si vous mettez au milieu quelqu’un qui ne connait pas le scoutisme, il va être perdu. Mais moi je peux décrire au premier coup d’œil d’où vient chaque personne ou quelle est sa mission. Bref, vu de loin, quand vous n’êtes pas habitué, c’est un uniforme, tout le monde est pareil. Mais vu de près, c’est une tenue et il n’y en a pas deux identiques.

Dans le rapport – qui a fuité – du nouveau groupe de travail sur le Service National Universel obligatoire pour les jeunes, parmi les préconisations, il y a notamment celle de faire porter aux jeunes un uniforme ! Vu de loin, ça ressemble à la tenue des scouts. Vu de près, ça n’a rien à voir. Chez les scouts, la tenue est tout à la fois un signe d’appartenance à un groupe particulier et une façon de s’affirmer personnellement. Sur sa chemise, la guide, le scout raconte son histoire, coud des badges qui montrent sa progression personnelle, ce qu’il appris… Au contraire, quand on lit les défenseurs de l’uniforme au service national ou à l’école, il y a une volonté de rendre tout le monde ressemblant, de brimer les individualités. Il n’y a pas de personnalisation. Imaginez d’ailleurs un instant qu’on demande aux jeunes collégiens de porter tous le même polo et de coudre dessus leur carnet de notes…

On dit souvent que l’uniforme masquerait les disparités sociales. Hélas, ces différences trouveront toujours une façon de s’exprimer. Faudrait-il donc également imposer les mêmes fournitures à tous ? interdire aux élèves de parler de leurs vacances, de comparer leurs téléphones portables ?

Et puis, il y a une autre différence absolument fondamentale. C’est celle … du libre arbitre ! Les jeunes scouts et guides ont adhéré volontairement et sont donc fiers de leur tenue. Le service national sera sans doute obligatoire et les jeunes n’auront pas le choix, or le sentiment d’appartenance nait de l’adhésion à un projet, pas de l’imposition d’un carcan.

Encore une fois, on retrouve cette volonté plus ou moins consciente dans tout ce processus autour du service national consistant à vouloir faire rentrer à tout prix les jeunes dans un moule. C’est le contraire d’une démarche éducative qui vise, elle, à permettre aux jeunes de s’émanciper. De devenir eux-mêmes.
 

Les dernières émissions

L'émission

Tous les mercredis à 06h55

Chaque mercredi, découvrez la chronique des Scouts et Guides de France sur RCF !

Le présentateur

François Mandil

François Mandil est le délégué national Communication et Relations extérieures des Scouts et Guides de France.