De la gargouille au coq

Présentée par

S'abonner à l'émission

Un mot, un jour

mercredi 17 avril à 8h55

Durée émission : 4 min

Un mot, un jour

​De l’incendie dévastateur doit renaître l’espoir, d’une reconstruction rassemblant des donateurs de toutes fortunes et des corps de métier de tous talents, et déjà l’homme trace l’avenir.

Comme je le disais hier, la flèche et la cathédrale est faite pour s’élever vers le ciel. Et du coup aujourd’hui, deux mots me paraissent symboliques, le coq qui se trouvait tout en haut de la flèche, semble-t-il retrouvé, et puis tourné vers le bas, pour l’eau de pluie, les gargouilles, un mot étonnant qui mérite aussi commentaire, en somme le haut et le bas.
 

C’EST UNE BELLE IMAGE, ET PEUT-ÊTRE ALLEZ-VOUS COMMENCER PAR LA GARGOUILLE, UN MOT QUI SONNE DE MANIÈRE ÉTONNANTE…

Vous ne pouviez pas mieux dire parce que c’est effectivement l’origine du mot. Rappelons d’bord en citant notre Petit Larousse que la gargouille désigne le "conduit saillant, souvent orné d’une figure de fantaisie, adapté à une gouttière ou un chéneau, pour déverser les eaux de pluies à distance des murs". Radiographions maintenant le mot en soulignant qu’elle tient son nom de deux mots associés.

Le premier est "gar", qu’on retrouve dans gargariser, c’est un mot onomatopéique, c’est-à-dire imitant ici dans son phonétisme le bruit de l’eau qui s’écoule, qui bouillonne. Au départ, il y a le latin gargala, nom de la trachée-artère où bouillonne le sang. Et dans la seconde partie du mot gargouille, on retrouve l’ancien français, goule, la gueule, celle d’un animal. Voilà comment la gargouille est une gueule ouverte par laquelle l’eau s’échappe en bouillonnant. De fait, dans l’art roman, elle s’illustre par une figure humaine ou animale  ouvrant grande la bouche. L’architecte Viollet le Duc, affirmait qu’il n’y en avait pas deux pareilles en France. Et celles de Notre Dame, sont partout citées.
 

IL RESTE LE COQ...

Et mot également emblématique. Il désigne comme on sait le mâle de la poule, mais lui aussi est onomatopéique. On aurait dû avoir le poul, qui a existé, la poule, et le poulet. En latin, coq se disait gallus ce qui a donné çà et là en ancien français le jal. Mais en fait c’est l’imitation du cri du coq qui déjà en latin impérial s’imposait, qu’on retrouve dans cocorico. Et c’est ainsi que s’imposa le coq, perçu comme sachant se faire entendre, par ailleurs combattant courageux et animal solaire, il est vite devenu un symbole et notamment français. Qu’il soit au sommet de Notre-Dame-de-Paris, porteur de reliques, quel magnifique symbole pour un pays ! Et qu’il soit retrouvé, quel superbe message.

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h55 et 12h50

Jean Pruvost, lexicologue passionné et passionnant vous entraîne chaque matin dans l'histoire mouvementée d'un simple mot !  

Le présentateur

Jean Pruvost

Chroniqueur de langue à RCF depuis 2011, Jean  choisit chaque jour un mot de l’actualité, pour l’intense plaisir d’en partager la saveur, en ouvrant les dictionnaires de sa bibliothèque qui en compte dix mille… Explorer ensemble les mots, c’est construire des harmonies. Jean aime aussi marier les mots et les notes sur sa guitare.