Des crèches solidaires avec les Apprentis d'Auteuil

Présentée par

S'abonner à l'émission

La bonne idée

vendredi 15 mars à 7h52

Durée émission : 3 min

Des crèches solidaires avec les Apprentis d'Auteuil

© THOMAS SAMSON AFP

Permettre à des parents de chercher du travail sans se préoccuper de la garde de leurs enfants, c'est le but des crèches AVIP soutenues par les Apprentis d'Auteuil.

Sortir de la pauvreté. Cela peut aussi passer en obtenant une place en crèche. Démonstration avec cette initiative lancée par la Fondation des apprentis d’Auteuil.

Elles portent le sigle d’AVIP, crèches à vocation d’insertion professionnelle. Des lieus d’accueil qui réservent des places aux parents en recherche d’emploi. On les doit à Auteuil Petite Enfance, une filiale de la Fondation engagée dans la protection et prévention de l’enfance. 

Ces crèches ont plusieurs atouts: flexibilité au niveau des horaires, implantées dans des quartiers populaires, témoins d'une mixité et d'une entraide sociale. Et par dessus tout, elles prodiguent un accompagnement qui s’adresse aussi bien aux parents qu’à leurs enfants.

Des apprentissages qui tournent notamment autour du langage. Une étude de l’Insee a en effet montré qu’un enfant défavorisé avait un écart de 1.000 mots en moins qu’un enfant du même âge plus favorisé. A noter que 70 % des parents bénéficiaires payent moins d’un euro par heure. Aujourd’hui, 16 crèches AVIP sont en fonctions en France, dont la petite dernière qui vient de s’ouvrir à Toulouse. L’objectif est d’en créer 300 dans toute la France d’ici 2020. 

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 7h52 et 12h52

Chaque jour une bonne idée ! Vincent Belotti fait le tour des solutions et initiatives positives qui améliorent notre quotidien et qui changent la vie !

Le présentateur

Vincent Belotti

Ado, Vincent écoutait dans son lit les voix de la nuit, espérant un jour passer de l’autre côté du transistor. Après avoir couvert l’actualité pour RCF Haute-Savoie puis RCF Lyon, il a animé A votre service puis Ca va mieux en le disant. Avec C’est aussi de l’info une nouvelle aventure commence. Mais il n’abandonne pas sa collection d’appareils de TSF des années 30 à 50.