"Dieu a envoyé son Fils, pour que, par lui, le monde soit sauvé" (Jn 3, 16-18)

Présentée par UA-124765

S'abonner à l'émission

Prière du matin

dimanche 7 juin à 5h45

Durée émission : 5 min

"Dieu a envoyé son Fils, pour que, par lui, le monde soit sauvé" (Jn 3, 16-18)

© benny-jackson-UNSPLASH

"Dieu a envoyé son Fils, pour que, par lui, le monde soit sauvé"

Méditation de l'évangile (Jn 3, 16-18) par le père Michel Quesnel

Chant final : "Acclamez votre Dieu" par la Communauté de l'Emmanuel

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Dieu a tellement aimé le monde
qu’il a donné son Fils unique,
afin que quiconque croit en lui ne se perde pas,
mais obtienne la vie éternelle.
    Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde,
non pas pour juger le monde,
mais pour que, par lui, le monde soit sauvé.
    Celui qui croit en lui échappe au Jugement ;
celui qui ne croit pas est déjà jugé,
du fait qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.
 
Source : AELF

Méditation Père Michel Quesnel     

« Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle » : dans l’évangile de Jean, il arrive à Jésus de prononcer des phrases tellement synthétiques qu’on a l’impression de ne jamais pouvoir en épuiser la compréhension. C’est à Nicodème que Jésus parle. La rencontre entre les deux hommes se fait de nuit car, en venant trouver Jésus, le pharisien a l’impression de franchir un interdit, un peu comme, lorsque l’on est confiné, on craint de trop s’éloigner de son domicile et d’être contrôlé par la police.
De Dieu, on n’oserait rien dire. Mais Jésus, qui connaît son Père de près, fait de lui le sujet de trois verbes positifs : Dieu a aimé le monde, Dieu a donné son Fils, Dieu a envoyé son Fils. Et il est aussi le sujet d’un verbe négatif : Dieu ne juge pas le monde.
Ainsi nous sommes aimés, alors que nous ne sommes guère aimables. La façon dont nous nous comportons vis-à-vis de nos frères et vis-à-vis de la planète que nous habitons illustre notre capacité à mal faire, pour ne pas dire à faire le mal. Et pourtant, Dieu ne nous juge pas. Il connaît nos fragilités et nos faiblesses ; son pardon est plus fort que son jugement.
Ainsi Dieu a donné son Fils et l’a envoyé risquer sa vie au milieu du monde. C’est un cadeau. Et quel cadeau ! Quel père ou quelle mère risquerait ainsi la vie d’un de ses enfants, surtout si c’est un enfant unique, pour sauver quelques ingrats qui vivent n’importe comment ?   
La fête de la Sainte Trinité nous rappelle que Dieu nous associe à l’amour que se portent entre elles les trois personnes divines. Dieu aime du non-Dieu. Alleluia !
 

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours à 5h45, 6h45 et 7h45

Chaque matin l'Évangile du jour commenté par un prêtre ou un pasteur. Ce temps de prière invite à prendre le temps de la méditation et s'achève par la proclamation du Notre Père.

Le présentateur

Radio RCF