Dossier de vendredi 20 decembre

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le dossier du jour

vendredi 20 décembre 2019 à 7h12

Durée émission : 7 min

Le dossier du jour

© David LATOUR/CIRIC

A cinq jours de Noël, retour sur l'origine des santons de Provence, véritable institution dans le Sud de la France.

L'origine de la tradition de la crèche

Le 1er décembre dernier, au début de l’Avent, le pape s’est rendu à Greccio, un petit village du centre de l’Italie, au Nord-Ouest de Rome. Une visite qui n’a rien de hasardeuse car c’est dans une grotte de Greccio que Saint François d’Assise a réalisé la première crèche vivante de Noël en 1223.

Il met alors en scène une représentation de la Nativité, avec des personnes réelles et de véritables animaux. Cette "crèche vivante" va donner naissance à une véritable tradition dans toutes les églises. C’est de cette manière qu’elle arrive en France grâce aux moines franciscains.

Les santons provençaux sont assez petits, plus petits que les santons italiens. Ils mesurent entre 5 et 15 cm de hauteur. "Santoun", en provençal, cela signifie petit saint. Et si ces santons sont de petites tailles c’est aussi pour les faire rentrer dans les maisons, dans les familles. Car il faut rappeler qu’après la révolution Française, les églises furent fermées et la messe de minuit interdite. Il n'y avait donc plus aucune représentation de la Nativité pendant la période de Noël. C’est à ce moment là que les croyants commencent à représenter la nativité dans leur foyer.
 

Un art à part entière

A l’occasion de sa visite à Greccio, début décembre, le pape a d’ailleurs publié une lettre apostolique sur la signification et la valeur de la crèche. Une lettre dans laquelle il soutient "la belle tradition de nos familles qui, dans les jours qui précèdent Noël, préparent la crèche". Dans de nombreuses familles, c’est devenu un véritable rituel.

En Provence, la fabrication de ces santons est devenu un art à part entière. Avec un peu d’argile rouge, il faut modeler, façonner, sculpter le corps, les vêtements, les accessoires qui vont permettre de personnaliser le santon.
 

De véritables ateliers reconnus

Il n’y a cependant pas qu’en Provence que l’on fabrique des santons. C'est aussi le cas dans l’atelier Cassegrain à Fleurieu sur L’Arbresle dans le Rhône. Dans cet atelier, on crée des santons depuis 1943. Des personnages traditionnels de la fête de la nativité mais pas seulement. Ce qui fait l’originalité de cet atelier, ce sont ses santons qui représentent la paix ou encore la charité mais aussi de nombreux saints.

La collection est exposée tous les week-ends avant Noël, de 14h à 18h, dans l’atelier Cassegrain à Fleurieu sur l’Arbresle. A ne pas manquer également l’exposition Noël en Provence des ateliers Fouque jusqu’à Pâques, à Aix en Provence.

Les dernières émissions