Edition

Présentée par UA-122228

S'abonner à l'émission

Le mot du jour

mercredi 13 mai 2020 à 8h55

Durée émission : 3 min

Le mot du jour

Des mots que Jean Pruvost connait intimement et qu'il nous raconte ce matin.

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

Edition, voilà un mot qui est au cœur de mon activité
quotidienne,
écrire des chroniques, là c’est d’une
certaine façon une édition radiphonique, mais aussi
écrire des livres sur « l’histoire de la langue française »
par exemple, et puis c’est aussi mon métier actuel, être
éditeur de thèses et autres ouvrages érudits chez Honoré
Champion, inutile donc de dire que c’est un mot qui
m’est cher. Et qui est loin d’être transparent, on va donc
le radiographier.

Et dès qu’il s’agit de livres on évoque nécessairement l’auteur et l’éditeur, ce
dernier mot laissant d’emblée entendre le latin impérial
"editor" et dans le fond c’est un mot qui a franchi les
siècles avec pour ainsi dire la même prononciation.
Point d’érosion phonétique, c’est assez rare. En
revanche, de l’editor romain à l’éditeur français,
l’évolution de sens est certaine. Sous l’Antiquité,
l’editor se définissait en effet comme « celui qui
produit, qui est fondateur », en lien direct avec le verbe
latin edere, « produire, faire paraître au jour ». Il faut
repérer dans ce verbe, edere, le latin dare, donner, un
mot magnifique. C’est au XVI e siècle que le mot éditeur
prendra sa forme française. Et, symbole suprême,
lorsqu’il entre en français, avant 1547, c’est dans une
formule pour le moins valorisante, l’éditeur du tout,
désignant Dieu !
On perçoit ainsi, combien le mot éditeur est
d’abord synonyme de fondateur, y compris de livres.

En fait, l’« éditeur » n’a pas encore un sens
spécialisé au seul monde des livres. Il prend d’ailleurs
aussi la valeur d’un adjectif, et c’est ainsi qu’on
rencontre en ce XVIe siècle, le libraire-éditeur. Jusqu’à
la Renaissance, il copiait et imprimait des livres qu’il
vendait.
C’est au XVIII e siècle, que le libraire devint la
profession consistant à vendre des livres au public,
assorti de ses précieux conseils.
Et en 1732 on
bénéficiait d’une définition moderne de l’éditeur avec
les Jésuites de Trévoux : « Editeur : auteur, homme
d’étude qui a soin de l’édition de l’ouvrage d’un autre ».
Un très beau métier que d’être au service d’un auteur et
d’un public. Et j’aurais presque envie de proposer une
définition de mots croisés que j’inventerais volontiers
pour ce mot :  « trait d’union entre un auteur et
ses lecteurs à venir ».
Et pourquoi pas, fabricant de virus.
Le virus de la lecture bien sûr !

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h22

Jean Pruvost, lexicologue passionné et passionnant vous entraîne chaque matin dans l'histoire mouvementée d'un simple mot !  

Le présentateur

Jean Pruvost

Chroniqueur de langue à RCF depuis 2011, Jean  choisit chaque jour un mot de l’actualité, pour l’intense plaisir d’en partager la saveur, en ouvrant les dictionnaires de sa bibliothèque qui en compte dix mille… Explorer ensemble les mots, c’est construire des harmonies. Jean aime aussi marier les mots et les notes sur sa guitare.