En France, la consommation de viande est en baisse

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le dossier du jour

mardi 11 septembre 2018 à 7h12

Durée émission : 7 min

En France, la consommation de viande est en baisse

© Pixabay

​Les Français mangent moins de viande. Cette tendance vient d’être confirmée par une étude du Credoc.

Les Français consommeraient de moins en moins de viande. C'est le résultat d'une étude publiée par le Credoc, le Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie. D'après cette étude, il faut mettre derrière le mot viande les viandes bovines et ovines, la volaille, le gibier, la charcuterie, qu’ils soient bruts, ou cuisinés c’est à dire dans un plat préparé ou une pizza.
 

18 grammes de viande de moins en dix ans

En 2007, les Français mangeaient en moyenne 153 grammes de produits carnés par jour, contre 135 grammes en 2016. C’est 18 grammes de moins en dix ans. Dans le détail, les Français consomment en moyenne 46 grammes de viande de boucherie par jour, c’est 12 grammes de moins qu’en 2007. La consommation de charcuterie est passée en dix ans de 35 grammes par jour à 29 grammes par jour. Quant à la volaille, elle a relativement stagné, passant de 34 à 33 grammes par jour.

Evolution du mode de vie, santé, environnement, bien-être animal, prix... Autant de critères qui expliquent pourquoi les Français consomment moins de viande. Des arguments auxquels les jeunes semblent pourtant moins sensibles. L’étude du Credoc souligne en effet que les 18-24 ans consomment plus de produits carnés, en particuliers les produits transformés sous forme de plats préparés, sandwichs, pizzas, burgers. Quant aux 55-64 ans, ils restent aujourd’hui les plus grands consommateurs de viande de boucherie.

Finalement, c’est entre ces deux tranches d’âge que l’on prend conscience de la nécessité de privilégier la qualité à la quantité dans l’assiette. Si la consommation de viande est en baisse, ce n'est pas lié à une mauvaise image. Plus de 90% des personnes interrogées considèrent la viande comme "nourrissante", un aliment "qui a du goût" et "faisant partie des aliments qu’on a plaisir à manger".
 

L'importance de la tracabilité

L’origine, la traçabilité, sont désormais un critère de choix lorsque l’on va acheter sa viande. Quitte à en payer le prix et à en manger moins. Une tendance qui impacte évidemment les éleveurs. Pour la fédération des éleveurs de viande bovine, si elle constate une baisse de la consommation, ce qui compte c’est que le consommateur ait envie de manger de la bonne viande. 

Si aujourd’hui les éleveurs se doivent de montrer patte blanche c’est parce qu’un certain nombre de scandales ont rendu les consommateurs méfiants. On se souvient bien évidemment du scandale de la vache folle dans les années 90, plus récemment celui des lasagnes à la viande de cheval ou encore la révélation de la maltraitance d’animaux dans certains abattoirs. Des scandales qui poussent certains consommateurs à stopper leur consommation de viande.

Les végétariens représenteraient aujourd’hui 3 à 5% de la population française. A ne pas confondre avec les végétaliens ou vegan qui excluent tous les produits d’origine animale. Ils sont estimés entre 0,4 et 2%. Quant aux “flexitariens” c’est à dire ceux qui ont pris le parti de manger moins de viande mais de meilleure qualité et bien ils sont aujourd'hui estimés entre 25 et 30%.

 

Les dernières émissions