Enfants de la Creuse: une histoire encore à vif

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

vendredi 13 avril à 8h10

Durée émission : 15 min

Le Grand Invité

© RICHARD BOUHET AFP

On en sait désormais davantage sur l’épisode des enfants de la Creuse, une page d’histoire de la France, dont les plaies ne sont pas encore cicatrisées.

Pendant deux décennies, entre 1962 et 1984, plus de 2 000 enfants ont été arrachés à leurs parents sur l’île de la Réunion, pour repeupler les campagnes de France. Mardi dernier, le rapport de la commission d’enquête sur ces enfants qui a travaillé pendant deux ans, a été remis à la ministre des Outre-mer, Annick Girardin.
 

Des enfants réunionnais transplantés dans 83 départements

Pour Philippe Vitale, sociologue, enseignant à l’université d’Aix-Marseille, auteur du premier livre sur ce sujet et président de la commission d’enquête, il ne faut pas parler des enfants  de la Creuse, mais "de mineurs de la Réunion". "Des enfants qui ont été transportés dans 83 départements. On parle généralement des enfants de la Creuse car ils représentent le plus gros contingent, mais ce n’est que 10 % de l’ensemble qui a été transplanté" explique ce spécialiste.

Le rapport de la commission d’enquête, fort de ses 700 pages, livre de nombreuses informations sur ce qu’il s’est réellement passé entre 1962 et 1984. En résumé, Philippe Vitale rappelle que "l’Etat français, pour faire face officiellement à l’explosion démocratique et au sous-développement économique dont souffre la Réunion, a organisé la migration de quelques 75 000 réunionnais par l’intermédiaire du Bumidom, le bureau des migrations intéressant les départements d’Outre-mer. Cette politique est la concrétisation d’une conviction partagée, concernant une distorsion entre l’accroissement démographique et l’évolution économique de la Réunion, synonyme de chômage et de misère".
 

Parler de transplantation plutôt que de déportation

Alors que certains n’hésitent pas à évoquer le terme de déportation, Philippe Vitale préfère quant à lui celui de transplantation. "La métaphore nous apparaît intéressante. La transplantation peut prendre ou pas. Certains ont souffert de ce transfert, mais d’autres ont réussi. Et parler de déportation comme on le dirait pour la Shoah n’apporte rien de supplémentaire à la souffrance de ces enfants. D’autant que d’utiliser des termes exagérés nuit à la cause que l’on veut défendre" précise le sociologue.

Aujourd’hui, certaines associations affirment que ces enfants ont été volés à leurs familles. Là-dessus, Philippe Vitale répond qu’au bout de deux ans d’enquêtes, "on n’a pas trouvé de preuves de ces vols. S’il y a dans les dossiers des éléments lacunaires, nous n’avons pas trouvé de preuve de rafle comme il est souvent dit". L’autre partie du drame, c’est ensuite la manière dont les enfants ont été accueillis en métropole.
 

A l'époque, l'enfant est un objet de droit

"L’accueil sur place a été compliqué. Expliquer n’est pas excuser. Je ne dis pas qu’il y a eu traumatisme. Mais la souffrance de ces enfants était équivalente à celle de l’aide sociale à l’enfance de l’hexagone, avec sans doute un surplus de souffrance, qui est celui de l’inculturation. L’enfant n’était pas un sujet de droit, mais un objet de droit. Et la souffrance de ces mineurs de la Réunion vient en surplus d’une couleur de peau différente, d’une langue différente, d’une culture différente et d’une séparation de 10 000 kilomètres" analyse encore le sociologue.
 

1 800 Enfants de la Creuse encore vivants

 Aujourd’hui, ces enfants ont cinquante, soixante, voire soixante-dix ans. "D’après nos calculs, 1 800 sont encore vivants. Un cinquième est retourné à la Réunion. Beaucoup sont en souffrance. Il y a de belles réussites. Certains ont tourné la page. Mais sur les 2 015, nous en connaissons 150. Sur ces 150 il y en a 30 qui font souvent la une des médias. Mais il y a toute une partie de ces ex-mineurs qui soit ne connaissent pas leur statut encore aujourd’hui, soit ne souhaitent pas en parler. Il y a vraiment une inconnue et nous n’avons pas pu malgré nos différentes sollicitations savoir ce qu’ils sont devenus" précise Philippe Vitale.

Malgré des décisions importantes prises à mi-parcours par la ministre Ericka Bareigts, (la possibilité de se rendre sur la Réunion pour consulter leurs dossiers avec billet d’avion et hébergement pris en charge, le rapatriement des corps, la prise en charge psychologique), se pose toujours la question de la réparation. "Nous avons fait un certain nombre de préconisations. Il faut absolument un lieu de mémoire. Nous avons aussi insisté sur l’identité de ces ex-mineurs. En 2014, a été reconnue la responsabilité morale de l’État français" conclut Phillipe Vitale, qui reconnait qu’il reste encore plusieurs inconnues dans cette histoire, notamment sur le plan sociologique et démographique.

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Stéphanie Gallet reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.