Eric Vinson: "pourquoi notre société n'arrive-telle pas à susciter des Mandela ou des Gandhi?"

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

lundi 8 janvier à 8h10

Durée émission : 15 min

Le Grand Invité

© Nelson Mandela WALTER DHLADHLA AFP FILES AFP

Pour Eric Vinson, ​politologue, spécialiste des questions de religion et de laïcité, rapprocher les parcours biographiques de Gandhi et Mandela permet d'éclairer notre monde contemporain.

Le rapprochement entre Mandela et Gandhi, "même s’il s’impose souvent dans le discours, n’a pas forcément été très étudié", explique Eric Vinson, politologue, spécialiste des questions de religion et de laïcité, auteur du livre ​"Mandela et Gandhi, La sagesse peut-elle changer le monde ?" avec Sophie Viguier-Vinson (ed.Albin Michel). "Le livre vient combler ce vide. C’est aussi l’occasion de montrer la dimension gandhienne de Mandela, et sa dimension spirituelle" explique-t-il notamment.

"Puiser dans la religion pour insuffler un esprit humaniste à la politique"

Eric Vinson explique qu’à travers l’étude de Mandela, c’est toute l’Afrique du sud qui est passée au peigne fin. Cette Afrique du sud qui est selon lui, "une scène primitive de l’Europe du XXème siècle", un pays où ont été développés plusieurs "poisons" qui gangrèneront l’Europe quelques années plus tard comme "les camps de concentration" et les "génocides".

L’auteur et son épouse ont par ailleurs voulu souligner à travers ce livre, la même appartenance de Mandela et de Gandhi à la famille des "spirituels en politique", tout en soulignant leurs différences. "Il ne s’agit pas de les amalgamer et de gommer les aspérités qui existent" rappelle Eric Vinson.

Il précise à ce sujet que c’est Gandhi qui incarne "l’archétype de ces spirituels en démocratie. Il est de ces personnes qui vont puiser dans leur religion de quoi insuffler un esprit humaniste dans la vie politique. Mandela est beaucoup plus réservé dans ce domaine, il va beaucoup moins loin que Gandhi. C’est sans doute pour cela qu’il est beaucoup plus consensuel et médiatisé". Pour autant, tous les deux, pour Eric Vinson, font partie de cette même famille.

"Tous les mots de Mandela sonnent juste"

Cette évolution politique des deux personnages passe par une transformation personnelle. "Surtout pour Gandhi qui l’a vécue mais théorisée. Il s’est étalé dans ce domaine. Ce que Mandela n’a pas fait dans la même mesure. Mais ce que l’on peut repérer, c’est que Mandela a connu une sorte de conversion, vraisemblablement en prison, qui l’a rapproché du modèle gandhien" précise Eric Vinson.

Ce dernier rappelle enfin que quand Mandela s’exprimait, "c’est une âme que l’on entendait". "Tous ses mots sonnent juste. Il ne pratique pas la petite phrase, et les éléments de langage de nos politiques, comme on dit aujourd’hui. Chaque mot pèse son poids de vérité" estime l'auteur.

Face aux Trump, Poutine et Erdogan, sensiblement éloignés des images de Mandela et de Gandhi, Eric Vinson a voulu écrire un livre qui puisse être une sorte "d’antidote à cette actualité". Pour l’auteur, il faut rappeler que "l’on a les grands hommes que l’on mérite", et que "notre société peut être capable de susciter des Mandela et des Gandhi". A cela, Eric Vinson conclut en posant la question : "si elle ne l’est pas, pourquoi ?"
 

Invités

  • Eric Vinson , ​Politologue, spécialiste des questions de religion et de laïcité, auteur de "Mandela et Gandhi, La sagesse peut-elle changer le monde ?" avec Sophie Viguier-Vinson (Albin Michel)

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Stéphanie Gallet reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.