"Est-il permis, le jour du sabbat, de sauver une vie ou de tuer ?" (Mc 3, 1-6)

S'abonner à l'émission

Prière du matin

mercredi 17 janvier à 5h45

Durée émission : 5 min

"Est-il permis, le jour du sabbat, de sauver une vie ou de tuer ?" (Mc 3, 1-6)

© michal-bielejewski-UNSPLASH

"Est-il permis, le jour du sabbat, de sauver une vie ou de tuer ?"

Méditation de l'évangile (Mc 3, 1 - 6) par le pasteur Jean Pierre Sternberger

Chant final: "Maître du sabbat" par BERNARD Claude - WACKENHEIM Michel

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là, Jésus entra dans une synagogue ; il y avait là un homme dont la main était atrophiée.
On observait Jésus pour voir s’il le guérirait le jour du sabbat.
C’était afin de pouvoir l’accuser.
Il dit à l’homme qui avait la main atrophiée : « Lève-toi, viens au milieu. »
Et s’adressant aux autres : « Est-il permis, le jour du sabbat, de faire le bien ou de faire le mal ? de sauver une vie ou de tuer ? »
Mais eux se taisaient.
Alors, promenant sur eux un regard de colère, navré de l’endurcissement de leurs cœurs,
il dit à l’homme : « Étends la main. » Il l’étendit, et sa main redevint normale.
Une fois sortis, les pharisiens se réunirent en conseil avec les partisans d’Hérode contre Jésus, pour voir comment le faire périr.

Source : AELF
 

Méditation Pasteur Jean-Pierre Sternberger

C'était dans les années 1730, derrière l'Église Saint-Médard à Paris. Il y avait là un cimetière où l'on venait écouter le diacre François de Paris, une sorte de prédicateur charismatique avant la lettre, peut-être même un peu pentecôtiste. Mais il avait un tel succès et il se passait de telles choses dans ce cimetière que l'archevêque s'en émut et que le cimetière fut fermé. Peu après, une main anonyme vint tracer sur le mur ces quelques mots impertinents  : "de par le roi, défense à Dieu de faire miracle en ce lieu".
Les pharisiens et autres hérodiens dont il est question dans l'évangile de ce jour signeraient volontiers cette phrase qu'ils auraient simplement corrigée en "défense à Dieu de faire miracle en ce temps". En ce temps de sabbat, ils observent Jésus et Jésus les regarde. Il y a de la tension dans l'air. Aussi Jésus ne fait-il rien.
Simplement il demande à un homme à demi paralysé de se tenir au centre  et d'étendre la main. Jésus ne lui dit rien de plus. Il ne le touche pas. Il ne prie pas pour lui.
Mais il se trouve que la main de l'homme est guérie et qu'à la différence des autres guérisons déjà relatée dans l'évangile, personne ne remercie personne. Pas même l'homme guéri. S'ils l'avaient pu, les adversaires de Jésus auraient fait défense à Dieu de faire miracle en ce temps.
  
Seigneur, aie toute liberté d'agir dans nos vies, dès maintenant et tout ce jour.
Amen 
   
 

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours à 05h45, 06h45, 07h45 et 08h45

Chaque matin l'Evangile du jour, commenté par un prêtre ou un pasteur. Ce temps de prière invite à prendre le temps de la méditation et s'achève par la proclamation du Notre Père.