François Dubet: "les partis politiques devraient mobiliser de l'espoir, plutôt que de la colère"

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

mercredi 10 avril à 8h10

Durée émission : 15 min

Le Grand Invité

© THOMAS SAMSON AFP

​Le grand débat touche à sa fin. Le Premier ministre fait le tour des assemblées pour présenter ses premières conclusions, avant les annonces d’Emmanuel Macron, attendues d’ici 15 jours.

Après cinq mois de mobilisation des Gilets jaunes et après plus de deux mois de grand débat, comment répondre maintenant aux aspirations sociales ?

"Une agrégation de plusieurs petites inégalités"

Mardi 9 avril dernier, devant les députés, et à l’occasion de la présentation de ses conclusions du grand débat, Edouard Philippe a évoqué le "malaise profond de nos compatriotes". Un malaise perçu également par François Dubet. "Il y a plusieurs manières de le définir. Il me semble que ce que nous vivons aujourd’hui, ce n’est pas simplement l’explosion des inégalités sociales, ce que nous vivons, c’est une transformation de la nature des inégalités" explique  ce sociologue, spécialiste de l’école et des inégalités sociales, auteur de "Le temps des passions tristes : inégalités et populisme" (éd. du Seuil).

"Aujourd’hui, chacun d’entre nous a le sentiment d’être défini par une agrégation de plusieurs petites inégalités qui sont aussi vécues comme des agressions, comme des formes de mépris. Ce qui compte dans la vie sociale, ce sont les petites inégalités, qui ne sont pas si petites. On le voit bien dans le mouvement des Gilets jaunes, les gens parlent pour eux, de leur situation à eux. Les grandes inégalités, elles, sont plus éloignées" ajoute le sociologue.
 

Les partis poliutiques, "des banques de la colère"

Pour répondre à cette demande d’écoute, le  gouvernement a donc mis en place ce grand débat. Une mesure inévitable pour François Dubet. "A partir de novembre, vous avez des colères. Ces gens ne parviennent pas à construire une demande. Ils demandent un peu tout et le contraire de tout. Ce peuple-là est extrêmement hétérogène. Et pour n’importe quel gouvernement, dès lors que vous n’avez plus de syndicat qui parle en leur nom, il a fallu construire la demande sociale à laquelle il devait répondre. C’est une situation au caractère paradoxal" lance-t-il.

"Nous sommes dans une situation où les partis politiques se sont constituées comme des banques de la colère. J’ai le choix entre la colère de Mélenchon, mais Rufin est plus en colère que Mélenchon. Marine Le Pen est encore plus en colère etc. Ils veulent mobiliser les colères. Je crois que les partis politiques devraient apprendre à mobiliser des espoirs. Cette France-là existe" conclut François Dubet.

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 8h10 et 20h45 ; le dimanche à 7h30, 20h45

Chaque matin, Stéphanie Gallet reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.