Francois Hommeril, CFE-CGC : "Ce sera notre dernière manifestation"

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

jeudi 23 janvier à 8h10

Durée émission : 15 min

Le Grand Invité

© Thomas Samson / AFP

A la veille d'une grève générale de grande ampleur contre la réforme des retraites, Stéphanie Gallet reçoit François Hommeril, le patron du 4ème syndicat de France (CFE-CGC)


Après 50 jours de grève et des tentatives, pour les syndicats, d'offrir de nouvelles propositions au gouvernement, François Hommeril n'est pas optimiste : "ça n'a servi à rien". 

Le constat est navrant ; selon lui la surdité du gouvernement est dûe à une volonté première : répondre aux injonctions de l'Union Européenne. "Cette affaire démarre sur un immense mensonge", le gouvernement n'a donc pas voulu établir un système de retraite plus juste, mais plus économique, répondant aux normes européennes. 

Or, analyse François Hommeril, le gouvernement happé par ce mensonge s'y enferme "comme un enfant", surenchérissant par de nouveaux mensonges pour se défendre. 

Les conséquences de cette impossibilité du dialogue sont donc désastreuses pour le dialogue social, et le gouvernement en est le seul responsable : "La paix sociale est écornée". 

Pourtant, le syndicat CFE-CGC veut croire à un retour à la raison du gouvernement

Après cet échec du dialogue, François Hommeril remarque que nous empruntons maintenant un nouveau tournant dans l'histoire de cette réforme. Le projet est présenté demain, vendredi 24 janvier, en conseil des ministres. 

C'est l'occasion pour la CFE-CGC d'une dernière manifestation. Une dernière, car pour filer la métaphore, peut-être que cet enfant qu'est le gouvernement reviendra à la raison : "Nous voulons donner une chance à l'esprit de raison du gouvernement." 

Il est donc évident, pour François Hommeril, que les syndicats ont fait leur travail et que la balle est entièrement dans le camp du gouvernement, et par la suite des Parlementaires. 
 

La CFE-CGC baisse-t-elle les bras ou se range-t-elle dans la case des syndicats réformistes ? 

La CFE-CGC semble avoir été plutôt favorable, en première instance, au projet d'une réforme d'un système de retraite par points. Cela ne fait pas pour autant, selon François Hommeril, de ce syndicat, un syndicat réformiste.

"Notre position est une position indépendante", or réformiste apparaît comme une catégorie politique. Hommeril refuse que le syndicat entre dans une case et redit sa position : "C'est une mauvaise réforme pour la société"

Favorable à un progrès constant, à des réformes qui amélioreraient la situation du corps social, "qui est un corps vivant", la CFE-CGC se désolidarise pourtant tout à fait de cette réforme.

Le gouvernement aurait donc pu mettre en place une bonne réforme fondée sur le système à points, si seulement il avait voulu écouter les syndicats. Mais par son désir technocratique, de tout niveler et simplifier, le gouvernement est passé à côté d'une réalité : la complexité du corps social français. Et cette erreur tend à stigmatiser certaines couches de la population, "les mères de famille, ceux qui ont eu une carrière ascendante", les grands perdants de cette réforme des retraites. 
 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 8h10 et à 20h45

Chaque matin, Stéphanie Gallet reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.