Frédéric Encel: "il y a très peu de loups solitaires"

Présentée par , ,

S'abonner à l'émission

3 questions à

lundi 26 mars à 6h41

Durée émission : 4 min

3 questions à

© ERIC CABANIS AFP

Trois jours après l’attaque terroriste de Trèbes, l’enquête se poursuit. L’objectif est de savoir maintenant comment l’auteur de l’attentat a pu basculer.

Daech battu sur le terrain militaire, mais dont les capacités de nuisance semblent toujours présentes ?

"Comme à chaque fois qu’il y a un phénomène terroriste. Il faut bien comprendre que l’on s’est un peu laissé amadouer par le caractère très étatique et très militaire conventionnel de Daech en Irak et en Syrie pendant deux trois ans. En réalité, le terrorisme procède généralement de manière extrêmement différente, c’est-à-dire de façon totalement délocalisée, asymétrique, frappant des populations civiles et en faisant le plus de publicité possible, au sein des Etats qu’on prétend détester. Aujourd’hui le problème c’est bien l’islamisme radical, beaucoup plus que la forme étatique qu’il a pris pendant une petite parenthèse" explique Frédéric Encel, géopolitologue et professeur de relations internationales à la Paris Business School.
 

On était resté en France sur de gros attentats de masse avec des réseaux très étoffés. Depuis l’attentat de Marseille, on est sur des personnes isolées, présumées loups solitaires ?

"Ces dernières années, on s’aperçoit qu’il y a très peu de vrais loups solitaires. Des autoradicalisés sur Internet ou à la mosquée, cela n’existe quasiment pas. On fonctionne en réseau même si c’est en petite cellule. Après, même si on a affaire à des gens qui ne parviennent pas à provoquer des attentats factuellement ou symboliquement monstres, ils vont quand  même tenter de donner un écho médiatique  à leurs actes. Et au fond quoi de mieux qu’un lieu non symbolique, non religieux, pas gardé, hors des grandes villes, et où l’on est certain de trouver plusieurs dizaines de personnes au minimum ? On va ainsi pouvoir effrayer l’intégralité des citoyens. C’est quelque chose de nouveau par rapport à ce que l’on a pu voir ces dernières années" ajoute Frédéric Encel.
 

Ce sont aussi des cibles par opportunisme ?

"Et par opportunité. Un attentat n’est pas si facile à organiser. Pour aller frapper des CRS, il a fallu les filer sans se faire repérer. Il a fallu trouver quelques armes, ce qui n’est pas si facile que ça. Il a fallu ensuite recueillir des informations techniques sur le meilleur moment et le meilleur lieu pour frapper. On a à faire à des attentats d’opportunité ou d’opportunisme" conclut le géopolitologue.

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 06h41 et 07h40

Tous les jours dans La Matinale RCF, un fait d'actualité mis en lumière et expliqué en trois questions.

Les présentateurs

Pauline de Torsiac

Florence Gault

Journaliste à RCF depuis 2005, Florence a d’abord travaillé à RCF Méditerranée, à Toulon pendant six ans, avant de rejoindre la rédaction nationale. Globe-trotter dans l’âme, elle aime partir à la rencontre de l’autre. Ce qu’elle préfère à la radio: jouer avec les sons pour vous raconter des tas d’histoires!

Christian Vadon

Journaliste à RCF depuis près de 25 ans, Christian a touché à tout: présentateur de journaux, auteur de reportages, réalisateur d’émissions, il a même commis des magazines pour les enfants et pour les femmes ! Humble coureur de trail, il aime développer sur la durée sa passion d’une information qui fasse sens, d’où sa longévité à RCF.