Frédéric Mounier: "Le dialogue interreligieux est une des priorités" du pape François

Présentée par PR-27739

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

jeudi 18 février à 8h10

Durée émission : 12 min

Frédéric Mounier: "Le dialogue interreligieux est une des priorités" du pape François

© DR

L'ancien correspondant au Vatican pour La Croix revient sur la volonté réformatrice du pape François dans son livre "Le pape qui voulait changer l’Église".

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

Le pape s’apprête à effectuer un voyage en Irak, son premier voyage depuis un an. Et le symbole est d’autant plus fort qu'il s'agit de la première fois qu’un pape se rend dans le pays. À cette occasion, Frédéric Mounier est l’invité de la matinale RCF. Cet ancien correspondant du quotidien La Croix au Vatican publie "Le pape qui voulait changer l’Église" (éd. Presses du Châtelet).

Un voyage hautement symbolique

Même si son voyage demeure encore incertain, le pape François s’apprête à partir en Irak, son premier voyage depuis plus d’un an à cause de l’épidémie de Covid-19. Le pape François doit se rendre dans des lieux symboliques comme à Ur, ville de mémoire d'Abraham, figure commune des trois religions monothéistes. "Le dialogue interreligieux est clairement une de ses priorités", analyse Frédéric Mounier, ajoutant que le pape va rappeler que les chrétiens d’Orient sont des chrétiens d’orient depuis des millénaires. 

"Le pape François a décidé de se rendre aux périphéries, dans les pays les plus pauvres, dans les pays qui ont besoin de sa visite", ajoute Frédéric Mounier.

Un pape réformateur

Si le pontificat du pape François est si long, aussi long que celui de son prédécesseur, c’est "parce que les réformes qu’il a voulu mettre en œuvre prennent plus de temps que prévu", commente Frédéric Mounier. Le pape François devrait notamment publier une nouvelle constitution apostolique "peut-être d’ici à la fin de l’année". "L’objectif c’est de renverser la hiérarchie pyramidale de l'Église pour ouvrir les portes de l’Église aux laïcs. Il s’agit de déconnecter le sacerdoce et le pouvoir. Ce sera une vraie révolution", affirme l’ancien correspondant pour La Croix.

C’est un pape réformateur, qui "ouvre des portes, fait circuler des courants d’airs", selon Frédéric Mounier. Le pape François pourrait notamment ouvrir les portes de l'Église aux femmes. Elles pourraient par exemple intégrer le collège de cardinaux qui entoure le pape. Toutefois, le pape François est conscient que cette éventualité heurte beaucoup de monde. "Aujourd’hui dans les synodes, les conciles il n'y a que des hommes et ils n'aimeraient pas être dirigés par des femmes", affirme Frédéric Mounier qui explique également que le pape est conscient de cette hostilité et prend donc le temps d’écouter chacun. 

"Le pape est garant de l’unité de l’Église mais il sait que ses objectifs de vouloir modifier le fonctionnement de l’Église heurtent beaucoup de monde et donc il est très attentif à ça. C’est un jésuite qui écoute. Il a pris toutes les mesures pour que son successeur lui ressemble", conclut Frédéric Mounier

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Simon Marty reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Simon Marty

Simon Marty présente la Matinale RCF.