Gilet, jaune ou rouge ?

Présentée par

S'abonner à l'émission

Un mot, un jour

vendredi 16 novembre à 8h55

Durée émission : 4 min

Un mot, un jour

Chaque jour Jean Pruvost décrypte un mot en lien avec l'actualité.

Voilà une semaine et une fin de semaine qui est pour le moins marquée par une formule vestimentaire, « les gilets jaunes ». On a naguère évoqué les « gilets rouges », je vais y revenir. Eh bien voici en vedette une autre couleur, le « jaune » et un vêtement qui reprend beaucoup de poids, bien qu’en principe il n’ait pas de manche, un mot dont l’origine est surprenante…

On va d’abord le définir en citant le Dictionnaire de l’Académie française en sa neuvième édition : « Gilet : Sorte de veste courte et serrée à la taille, le plus souvent sans manches, qui se porte sur la chemise. » Et suivent des exemples : « Gilet de piqué, de velours, gilet brodé. Gilet de chasse, de livrée », sans oublier « les poches, le gousset d’un gilet ». Alors d’où vient ce mot ? Eh bien comme il est signalé dans cette excellente neuvième édition du Dictionnaire de l’Académie française, le mot « gilet » est d’origine arabe, tiré de l’arabe du Maghreb, galika. Il provenait auparavant d’un mot turc, yelek et le mot arabe est passé en espagnol, devenant jileco, et on l’attestera en langue française dès 1664, d’abord avec deux l. On explique la présente du diminutif et par une analogie établie avec d’autres vêtements, en l’occurrence le corset, le mantelet. Et si aujourd’hui les étymologistes sont unanimes quant à l’origine arabe du mot, ce n’était pas encore le cas avec Littré, qui rattachait le mot à Gilles, le personnage de la comédie bouffonne, type même du niais. Au passage rappelons que les Gilles, au pluriel, sont ces personnages de Carnaval, à l’accoutrement pittoresque qui distribuaient notamment des oranges lors du carnaval  de Binche dans le Hainaut en Belgique. Et Littré donc de rattacher le mot « gilet », soit à « Gilles le niais qui portait une sorte de veste sans manche », soit au nom « du premier fabricant de gilets » qui se serait nommé Gilles…

Les « gilets rouges », « gilets écarlates », font référence au gilet de cette couleur provocante porté par Théophile Gautier, lors de la première présentation de la pièce de Victor Hugo, Hernani, un drame en somme porte-drapeau du mouvement romantique s’opposant au classicisme. Et Verlaine de décrire Gautier « qui se démenait dans sa stalle comme aux beaux jours des gilets rouges ». Et du coup les « gilets rouges » ont un temps désigné les partisans du jeune romantisme. Bon, rouge, jaune, voilà qui fait partie des débats humains. Mais là où ça devient grave, c’est quand on parle de gilet pare-balles. Tiens, je n’en ai pas, il paraît pourtant que ça tient chaud…mais ça fait froid dans le dos

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h55 et 12h50

Jean Pruvost, lexicologue passionné et passionnant vous entraîne chaque matin dans l'histoire mouvementée d'un simple mot !  

Le présentateur

Jean Pruvost

Chroniqueur de langue à RCF depuis 2011, Jean  choisit chaque jour un mot de l’actualité, pour l’intense plaisir d’en partager la saveur, en ouvrant les dictionnaires de sa bibliothèque qui en compte dix mille… Explorer ensemble les mots, c’est construire des harmonies. Jean aime aussi marier les mots et les notes sur sa guitare.