Gilets jaunes: pour Pierre de Villiers, "un chef c'est quelqu'un qui écoute"

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

mardi 11 décembre 2018 à 8h10

Durée émission : 15 min

Gilets jaunes: pour Pierre de Villiers, "un chef c'est quelqu'un qui écoute"

© RCF

Ancien chef d’État-Major qui a démissionné en juillet 2017 suite à un désaccord budgétaire, le général Pierre de Villiers publie "Qu’est-ce qu’un chef ?" (éd.Fayard).

A propos de l’allocution d’Emmanuel Macron mardi soir, le général Pierre de Villiers déclare : "je crois que chacun est dans son rôle et j’attends maintenant la suite des événements". Et à propos de la crise des gilets jaunes : "nous assistons à quelque chose de singulier dans la Vème République, une crise sociétale avec un fossé qui s’est creusé progressivement entre ceux qui dirigent et ceux qui exécutent".

"J’ai eu un différend avec le président de la République sur l’arbitrage budgétaire, et la page est tournée, je suis très heureux dans ma nouvelle vie". Pierre de Villiers ajoute : "je veux témoigner et transmettre ce que j’ai appris, je veux participer aux grands changements qu’il va falloir faire dans notre société, nous sommes dans un changement d’époque plus que dans une époque de changements".

Qu'est-ce qu'un chef

Après avoir voyagé en France ces derniers mois, le général Pierre de Villiers a senti que "sur le fond on est passé de l’espérance à l’inquiétude", "j’ai senti cette colère et je l’ai écrit dans mon livre". Pour lui on restaure la confiance dans un pays par "l’humanité, par l’écoute". "Un chef c’est quelqu’un qui écoute, qui entend et qui comprend, je crois qu’il faut restaurer ce circuit de confiance qui est réciproque par du respect de la considération". Pour le général Pierre de Villiers "nous assistons à une deshumanisation de notre société et l’homme pourrait être en train d’organiser sa propre éviction".

La violence

Le général Pierre de Villiers trouve condamnable la violence des gilets jaunes, "dans l’armée nous connaissons les mécanismes de la violence". "Quand la haine se dissipe la violence s’instaure, c’est un cercle vicieux, il faut l’arrêter tant qu’il est encore temps". Pour lui "seule la force fait reculer la violence, mais ça ne règle pas la paix durable".  "Quand on apporte la sécurité il faut aussi apporter le bonheur et le développement, du travail et de la considération".

Sur le service national universel le général Pierre de Villiers soutient "la démarche de reconstituer le creuset national, on ne peut pas se diluer le sentiment d’appartenance à notre nation".

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Stéphanie Gallet reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.