Grand débat: ce qu'il faut retenir du compte-rendu d'Edouard Philippe

Présentée par UA-60785

S'abonner à l'émission

3 questions à

mardi 9 avril 2019 à 6h41

Durée émission : 4 min

3 questions à

© PHILIPPE LOPEZ AFP

Edouard Philippe a rendu compte des tendances qui se dégageaient des près de deux millions de contributions du grand débat.

Il en ressort une demande de baisse d’impôts, de justice fiscale, de services publics de proximité ainsi que plus d’écologie et de démocratie participative. Le Premier ministre a affiché la volonté de l’exécutif d’annoncer des décisions fortes.
 

Que retenez-vous des propositions émises par les Français au cours de ce grand débat ?

"Je retiens une colère très forte, un ton souvent assez autoritaire, une volonté d’exemplarité et une volonté d’écoute, surtout au niveau local. Dans le fond, on est dans une nouvelle phase de la démocratie. Et il y a un très haut niveau d’attentes démocratiques" explique ​Luc Rouban, sociologue, directeur de recherches au Cevipof, à Sciences Po et au CNRS.
 

Une plus grande proximité des services publics veut-elle signifier un changement dans la manière de faire de la politique ?

"Oui et non. J’ai écouté attentivement le discours du Premier ministre. En matière de fiscalité, il parle bien de ras-le-bol fiscal mais en disant que pour baisser les impôts, il faut aussi baisser la dépense publique. On pourrait penser que dans le fond, on pourrait aller vers une forme d’orientation des résultats du grand débat, vers une forme de politique néo-libérale. Il faut donc attendre les propositions du président de la République. Ce qui pose le problème du redéploiement des services publics. Vous avez la question de la décentralisation. Vous avez la question du mécontentement des élus locaux. Les termes de l’équation sont posés mais elle n’est pas résolue. On attend des propositions concrètes  car si les Français veulent plus de services publics avec moins de dépense publique, il va falloir trouver des solutions institutionnelles" ajoute-t-il.
 

Le Premier ministre a promis des décisions fortes. On peut s’attendre à quoi ?

"La force des propositions est très relative. On ne va pas aller vers l’explosion du cadre constitutionnel de la Vème République. D’autant plus que les propositions des personnes ayant participé au grand débat sont quand même en retrait par rapport à celles des Gilets jaunes. On est beaucoup moins dans la démocratie directe que dans l’amélioration de la démocratie représentative. Je pense que l’on peut aller vers une nouvelle orientation de la décentralisation. Maintenant, on va renvoyer l’ensemble du dossier à la démocratie représentative. Il faut trouver un compromis politique. Le gouvernement a entendu. Maintenant, on va observer l’interprétation de cette écoute en termes politiques classiques" conclut le sociologue.

Les dernières émissions

L'émission

du lundi au vendredi à 7h40

Tous les jours dans La Matinale RCF, un fait d'actualité mis en lumière et expliqué en trois questions.

Le présentateur

Christian Vadon

Journaliste à RCF depuis près de 25 ans, Christian a touché à tout: présentateur de journaux, auteur de reportages, réalisateur d’émissions, il a même commis des magazines pour les enfants et pour les femmes ! Humble coureur de trail, il aime développer sur la durée sa passion d’une information qui fasse sens, d’où sa longévité à RCF.