Handicap International s'engage contre les bombardements en zone urbaine

Présentée par

S'abonner à l'émission

3 questions à

jeudi 11 octobre à 6h41

Durée émission : 4 min

3 questions à

© OMAR HAJ KADOUR AFP

​A l’occasion du centenaire de la fin de la guerre 14-18, la France va organiser du 11 au 13 novembre prochains un forum sur la paix.

Handicap International mène une campagne pour que Paris rejoigne le processus politique engagé par douze pays pour bannir la pratique des bombardements en zone peuplée. À ce jour, 90 députés ont signé cet appel.
 

Douze pays travaillent actuellement pour élaborer une déclaration politique contre la pratique des bombardements dans les villes. En quoi cela consiste ? Et quels sont ces pays ?

"Aujourd’hui les conflits se déroulent principalement en zone urbaine. Pour illustre cela, il y a deux chiffres importants à retenir. Les armes explosives en 2017, ce sont 45.000 victimes dont plus de 92% de victimes civiles lorsque ces armes explosives sont utilisées en zone peuplée. Dent ans après la première guerre mondiale, un groupe de douze Etats menés par l’Autriche travaillent activement à une déclaration politique qui représenterait un engagement fort des Etats pour prendre toutes les mesures nécessaires, incluant une amélioration des politiques et des pratiques militaires, ce que nous on appelle la fin de l’utilisation d’armes explosives en zones peuplées. Quand on voit ce qui se passe aujourd’hui à Raqqa, à Sanaa, à Mossoul, ce sont des morts, des blessés, des déplacés forcés, et des régions entières qui sont condamnées à être minées pendant des dizaines d’années" explique Baptiste Chapuis, chargé de plaidoyer au sein de l’ONG.
 

90 députés français interpellent le chef de l’Etat et du gouvernement sur leur responsabilité. En quoi la France est responsable ?

"La France a une responsabilité en tant que membre permanent du Conseil de sécurité des Nations-Unies. En tant que protectrice du droit international humanitaire, la France a aussi un rôle à prendre en considération le risque que ces armes peuvent être utilisées par des parties aux conflits, se rendant coupable de violations du droit international humanitaire. C’est exactement la problématique actuelle que nos équipes constatent en Syrie, au Yémen, en Irak. Et aujourd’hui nous en arrivons à un stade de 90 députés qui sont co-signataires. Ce nombre fait aussi référence au nombre de victimes quotidiennes d’armes explosives en zone peuplée. Nous pensons que le forum pour la paix est une occasion rêvée pour engager la France dans un processus de protection des civils dans un conflit armé" ajoute Baptiste Chapuis.
 

Au-delà de ce combat, cet appel n’est-il pas un peu vain dans la mesure où des groupes armés et des Etats peuvent opérer des bombardements sans prendre en compte ni le droit international, ni l’avis des autres pays ?

"C’est tout le contraire. Et on a énormément d’optimisme. Cet optimisme nous le tenons de nos engagements passés. Lorsqu’il y a plus de trente ans, Handicap International, avec une poignée d’ONG dans le monde, s’est engagée pour faire interdire les mines anti-personnelles dans le monde, on nous a traités de doux rêveur. Force est de constater qu’il y a  vingt ans, un traité d’interdiction des mines anti-personnelles a été signé et ratifié par aujourd’hui plus de 80% des Etats dans le monde. Et même les Etats qui ne l’ont pas signé ont été contraints de modifier leur pratique militaire" conclut-il.

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 06h41 et 07h40

Tous les jours dans La Matinale RCF, un fait d'actualité mis en lumière et expliqué en trois questions.

Le présentateur

Christian Vadon

Journaliste à RCF depuis près de 25 ans, Christian a touché à tout: présentateur de journaux, auteur de reportages, réalisateur d’émissions, il a même commis des magazines pour les enfants et pour les femmes ! Humble coureur de trail, il aime développer sur la durée sa passion d’une information qui fasse sens, d’où sa longévité à RCF.